10257499_764605393589616_3019175891971650124_o

L’Agence Info Libre, organe de propagande présentable de l’extrême droite

Alors que les blogs et sites confusionnistes se comptent par milliers, quelques uns sortent du lot et parviennent à toucher une plus grande audience. C’est le cas de l’Agence Info Libre (AIL) qui, issue de la mouvance extrême droitière et conspirationniste, est désormais largement relayée dans les milieux militants de gauche. Pourtant, malgré un lifting réussi, ses animateurs n’ont jamais renoncé à leurs anciennes idées et profitent de leur site vitrine pour leur donner une allure respectable.

Fondée en septembre 2011, l’Agence Info Libre s’est constituée en association déclarée au Journal officiel le 17 septembre dernier. Elle est notamment animée par Jonathan Moadab, ancien du Cercle des Volontaires (CDV), aux sympathies affichées pour la mouvance Soral/Dieudonné. Si a priori il n’existe plus aucun lien organique entre l’AIL et le CDV, les deux médias se relaient toujours régulièrement l’un l’autre, s’organisant pour couvrir ensemble certains événements. De plus, via Jonathan Moadab qui est correspondant pour l’agence de presse vidéo russe pro-Poutine Ruptly, il existe de fait une collaboration entre l’AIL et ce média, Moadab couvrant les mêmes événements pour les deux à la fois et diffusant indifféremment ses vidéos sur l’un et l’autre.

Lire : Qui est Jonathan Moadab ?

Titulaire d’un master de communication, Jonathan Moadab a commencé à se faire connaître au sein du mouvement des Indignés parisiens, et sur le Net en tant que blogueur « robespierriste »1. Il affiche des sympathies pour Dieudonné, Alain Soral ou le « Juif qui se haît lui-même » Gilad Atzmon2.

Avril 2013 : Jonathan Moadab pose aux côtés de deux de ses idoles : Gilad Atzmon et et Jacob Cohen. Ces deux personnalités juives sont d'acharnées propagandistes antisémites, sous couvert de critique du sionisme.
Avril 2013 : Jonathan Moadab pose aux côtés de deux de ses idoles : Jacob Cohen et et Gilad Atzmon. Ces deux personnalités juives sont d’acharnées propagandistes antisémites, sous couvert de critique du sionisme.

Lui-même de confession juive – fait qu’il ne cesse de rappeler dès qu’on l’accuse d’antisémitisme – Moadab s’est dit par le passé « altersioniste ». Mais il n’a pas de chance : sa défense permanente d’antisémites notoires n’a pas manqué de lui attirer les foudres d’un autre groupe d’extrême droite, sioniste celui-là, la Ligue de Défense juive (LDJ), qui depuis l’agresse ou le menace régulièrement. Deux de ses membres ont d’ailleurs été condamnés en première instance à deux mois de prison ferme pour avoir lancé une bombe incendiaire artisanale sur sa voiture en septembre 2012.

Continuant sur la même ligne politique depuis qu’il participe à l’Agence Info Libre, il finit par se faire remarquer par Ruptly qui le recrute comme pigiste début 2014. Dans ce média russe appartenant au réseau RT (ex-Russia Today), il est entre autres préposé à la couverture de l’actualité du Front national (FN).

Jonathan Moadab félicite Serge Ayoub pour son « joli logo » et se dit très fier d'avoir pu interviewer Béatrice Bourges, la porte-parole du Printemps français au nez et à la barbe des journalistes du « Petit Journal » de Canal +, qui se sont vus traiter ce jour-là de « faux journalistes ».
Jonathan Moadab félicite Serge Ayoub pour son « joli logo » et se dit très fier d’avoir pu interviewer Béatrice Bourges, la porte-parole du Printemps français, au nez et à la barbe des journalistes du « Petit Journal » de Canal +, qui se sont vus traiter ce jour-là de « faux journalistes » par la même.

Enfin, Jonathan Moadab semble disposer de quelques relais dans la presse mainstream : l’affaire de la bombe incendiaire a ainsi été couverte notamment par Le Parisien et Le Figaro3. En une autre occasion, il a été interviewé au sujet de Dieudonné par le journal Le Monde, qualifiant d’« émasculation du débat » le refus de discuter avec l’ex-humoriste ou Robert Faurisson4.

Jonathan Moadab pratique un antiracisme à géométrie variable, dénonçant celui des ultrasionistes d'extrême droite israéliens alors que lui-même est un promoteur de l'antisémitisme sous couvert d'antisionisme et appartient au champ de l'extrême droite française.
Jonathan Moadab pratique un antiracisme à géométrie variable, dénonçant celui des ultrasionistes d’extrême droite israéliens alors que lui-même est un promoteur de l’antisémitisme sous couvert d’antisionisme et appartient au champ de l’extrême droite française.

Aujourd’hui, l’AIL dispose d’un site à l’aspect très professionnel, tant par son esthétique que par la qualité de ses productions vidéos. Elle dispose d’un correspondant local très actif à Toulouse, un à Nantes, sans doute un à Lyon et elle en cherche un à Marseille. De plus, ses autres membres n’hésitent pas à se déplacer en province pour couvrir certains sujets, ce qui lui permet de ne pas être une média uniquement parisiano-parisien. L’Agence s’aventure même à l’occasion à l’international, même si c’est le plus souvent au travers de mobilisations ayant lieu en France sur des questions internationales, quoique quelques fois là encore son équipe fasse le déplacement, comme lors du sommet européen qui s’est tenu à Bruxelles les 19 et 20 décembre 2013.

L'équipe de l'Agence Info Libre à Bruxelles en décembre 2013, avec (de gauche à droite) : Lisandro Dias, Ugo Passuello, Jonathan Moadab et Paul de Bary dit Polo Badal.
L’équipe de l’Agence Info Libre à Bruxelles en décembre 2013, avec (de gauche à droite) : Lisandro Dias, Ugo Passuello, Jonathan Moadab et Paul de Bary dit Polo Badal.

Sa ligne éditoriale se veut pluraliste et de fait, ses membres couvrent de nombreuses mobilisations sociales, anti-impérialistes et écologistes avec, et c’est ce qui fait sa force, une ligne éditoriale qu’on pourrait le plus souvent qualifier d’« objective »5, voire de complaisante.

Lire : L'Agence Info Libre sur les fronts écologiste, social et anti-impérialiste

A plusieurs reprises, L’Agence Info Libre a couvert les événements de Notre-Dame-des-Landes, ou traité du problème des gaz de schiste. Elle a aussi récemment tourné à la Zad du Testet, ayant échappé à la vigilance des antifascistes pourtant présents sur le terrain.

Côté mobilisations sociales, elle a couvert des manifestations d’ouvriers de l’automobile, de sages-femmes6, d’intermittents7, de salariés du groupe Airbus8, de travailleurs sociaux9 ou encore la récente grève des pilotes d’Air France10. En décembre 2013 et janvier 2014, l’AIL avait même ouvert une rubrique intitulée « la météo des plans sociaux » dont elle a publié trois épisodes. Cet été, elle a été présente à Paris et en province sur les manifestations de soutien aux Palestiniens et suit assidûment depuis mai dernier l’actualité liée aux combats du peuple kurde. Enfin, on la retrouve sur les mobilisations contre l’Accord commercial transatlantique (plus connu sous l’acronyme anglais Tafta) aux côtés d’autres réactionnaires qui tentent de s’y faire une place.

Dans le cadre de ces mobilisations, des militants écologistes, des travailleurs en lutte, des syndicalistes ou des représentants d’organisations comme le Parti de Gauche ont accepté de répondre aux questions de l’AIL. Le 11 octobre dernier, sur une manifestation de soutien à la ville kurde de Kobanê assiégée par l’État islamique Daesh, l’AIL a même profité de la de la cohue et de la présence d’autres journalistes pour interroger Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), sans avoir à s’annoncer, ainsi qu’un militant libertaire auprès de qui elle ne s’est pas annoncée non plus et qu’elle a interviewé juste à la suite d’une autre journaliste11. Mercredi dernier, elle a également publié, sans en demander l’autorisation, le communiqué du NPA saluant la relaxe de son militant Alain Pojolat12, jugé pour avoir déposé puis maintenu deux manifestations interdites pour la Palestine cet été (le parquet a depuis fait appel).

Il est à noter que la complaisance de l’Agence avec les mobilisations de gauche s’arrête quand l’extrême droite n’a aucun intérêt à s’en emparer ou quand les organisations couvertes sont connues pour être peu perméables à ses tentatives d’infiltration. Ainsi, une manifestation pro-choix13 du 1er février 2014 a été traitée avec mépris : la vidéo, accompagnée de commentaires anti-IVG et antiféministes, n’apparaît que sur la chaîne Youtube de l’AIL14 et non sur son site alors que les manifestations anti-choix et anti-mariage homosexuel y sont abondamment couvertes. Et même sur la manifestation kurde, le NPA et les libertaires sont présentés négativement comme opposés à Bachar Al-Assad (une telle vision en dit long sur la position de l’AIL par rapport à ce dictateur) et partageant sur la Syrie les mêmes idées que les partis représentés à l’Assemblée nationale15 ou même que le président turc Erdogan16.

Quelques jours avant de couvrir une manifestation pro-choix le 1er février 2014 dont il s'est d'ailleurs fait exclure par des militants antifascistes, Jonathan Moadab faisait de la propagande anti-IVG sur Facebook.
Quelques jours avant de couvrir une manifestation pro-choix le 1er février 2014 dont il s’est d’ailleurs fait exclure par des militants antifascistes, Jonathan Moadab faisait de la propagande anti-IVG sur Facebook.

Il faut lire également les commentaires qui accompagnent ces sujets pour se rendre compte que la parole réactionnaire est suffisamment présente sur le site et la chaîne YouTube pour contrebalancer celle des militants progressistes rencontrés17.

Bien évidemment, la gauche qui plaît le plus à l’AIL n’est pas celle qui est anti- et/ou internationaliste (NPA, antifascistes ou libertaires) mais celle qui défend des positions souverainistes et nationalistes. Il n’est donc pas étonnant que certains représentants du Parti de Gauche – lui même très perméable au confusionnisme, parfois jusqu’à un haut niveau de décision18 – interviennent régulièrement au micro de l’AIL, tel Eric Cocquerel19, ni que l’Agence félicite à l’occasion Jean-Luc Mélenchon pour certains de ses discours20.

Jonathan Moadab (encore lui) crache sur les positions antinationalistes des antifascistes.
Jonathan Moadab (encore lui) crache sur les positions antinationalistes des antifascistes.

Le problème est que l’AIL rend tout aussi assidûment et complaisamment compte de l’actualité des diverses tendances de l’extrême droite, y compris les plus groupusculaires, dans des proportions inédites pour un média prétendant ne rien avoir à voir avec cette mouvance : cela va de la couverture des procédures judiciaires impliquant Dieudonné et son avocat21, Alain Soral22 ou Robert Faurisson23 aux Manifs pour Tous24 en passant par le Jour de Colère25, Unité continentale et La Dissidence, Serge Ayoub, le mouvement néo-fasciste italien Casapound, les royalistes de l’Action française26, SOS Tout-Petits27 ou encore la réalisation d’interviews des auteurs d’extrême droite présents au dernier Salon du Livre28.

Lire : Comment l'Agence Info Libre promeut l'extrême droite

L’AIL n’hésite pas à prendre part aux débats internes à l’extrême droite, non en les analysant comme on pourrait l’attendre de gens qui y seraient extérieurs, mais en offrant des tribunes à certains de leurs protagonistes, comme par exemple l’ex-chef de Troisième Voie Serge Ayoub contre l’aurodéputé Front national Aymeric Chauprade29. Dans le même état d’esprit, l’AIL est allée interroger Marine Le Pen sur la Ligue de Défense Juive30. Celle-ci esquivant la question – symptôme probable d’une gêne sur ce thème – , cette vidéo est susceptible de plaire non seulement à l’extrême droite antisémite mais aussi à l’extrême gauche antisioniste.

Bien que dans l’interview faite par l’AIL de Casapound 31, ce mouvement italien se présente lui-même comme promoteur d’un « esprit fasciste », l’AIL, dans le chapô de son article, tient à démentir le bien-fondé des accusations de fascisme à l’égard de ce mouvement car « derrière les mots et les anathèmes se cachent (sic) bien souvent une réalité complexe et méconnue de tous ».

Autre exemple récent : afin de défendre les thèses d’Eric Zemmour sur Vichy et sa prétendue participation au sauvetage des Juifs de France32, l’AIL fait appel à un « spécialiste » (bien que lui-même reconnaisse qu’il n’est pas historien) : Adrien Abauzit33, essayiste publié par la maison d’extrême droite Le Retour aux sources. Ce dernier cite une phrase de l’historien Léon Poliakov écrite en 1951 et qui semble favorable à cette théorie, sans indiquer que par la suite cet historien a révisé son jugement à l’aune des recherches menées sur la question, comme l’explique très bien ce site de passionnés d’histoire. Il cite également un livre de Robert Aron datant de 1954 et de Raul Hilberg datant de 1961 sans préciser que ces travaux ont depuis été invalidées par l’historiographie plus récente, sachant que Hilberg lui aussi a reconnu ses torts, même si c’était il est vrai sur le tard34. Par ailleurs, Abauzit refuse d’emblée de tenir compte des travaux de ce spécialiste de Vichy qu’est l’Américain Robert O. Paxton, qui démontrent la participation active du régime pétainiste à l’extermination des Juifs de France. Il dénonce même une supposée « doxa paxtonienne »35.

Le 14 octobre dernier, l’AIL proposait de suivre en « immersion » David Van Hemerlyck36, promoteur du slogan « Hollande démission »37, Ce slogan et sa variante « Hollande dégage » sont également convoités par les identitaires et repris par plusieurs mouvements homophobes, Veilleurs et Jour de Colère en tête.

Ces interviews sont la démonstration s’il en était besoin que l’AIL baigne bien dans un univers d’extrême droite, de part les contacts qu’il est nécessaire d’entretenir pour obtenir de tels entretiens.

L'équipe de l'Agence Info Libre est retenue par la police avec d'autres manifestants suite à sa participation à la première manifestation Jour de Colère le 26 janvier 2014, au cours de laquelle elle a réalisé un direct.
L’équipe de l’Agence Info Libre est retenue par la police avec d’autres manifestants suite à sa participation à la première manifestation Jour de Colère le 26 janvier 2014, au cours de laquelle elle a réalisé un direct.

Expert de la petite phrase (ou plutôt ici de l’absence de petite phrase, Manuel Valls ne répondant pas) qui fait le « buzz » à l’extrême droite, l’AIL, quand elle a l’occasion de rencontrer le premier ministre, ne lui pose aucune question sur des sujets importants mais préfère l’interroger sur un livre publié à son sujet par Emmanuel Ratier38, essayiste, éditeur et libraire d’extrême droite inconnu en dehors de cette mouvance.

Quand il s’agit de parler des camps de migrants à Calais, l’AIL choisit non d’enquêter sur les conditions de vies désastreuses de ceux-ci et les risques qu’ils prennent pour tenter de sortir de l’Europe forteresse, non plus d’entendre ce qu’ont à dire ceux qui les soutiennent, mais au contraire de donner la parole aux racistes du collectif « Sauvons Calais »39, mené par les groupes Jeune Nation, le Parti de la France ou le Réseau Identités. Yvan Benedetti, président de l’Oeuvre française – mouvement dissous suite à l’assassinat de Clément Méric mais qui refuse cette décision – faisait partie des personnalités qui ont pris la parole au rassemblement organisé par ce collectif devant la mairie de Calais le 7 septembre dernier et dont l’AIL a filmé l’intervention.

Bien entendu, pour l’AIL, Dieudonné n’est pas un propagandiste antisémite mais un « humoriste » et Robert Faurisson n’est pas un négationniste mais un « révisionniste ». Rappelons que « révisionnistes » est le terme sous lequel s’auto-désignent les négationnistes du génocide des juifs par les nazis, espérant ainsi se faire passer pour des historiens. S’agissant de Dieudonné, l’AIL a surfé sur la mode de la « quenelle » et de l’ananas pour récolter des fonds, proposant à la vente en début d’année un calendrier à la mode dieudonniste.

Couverture du calendrier dieudonniste de l'AIL, trouvée sur le site de son dessinateur, Olive dit aussi Krilin.
Couverture du calendrier dieudonniste de l’AIL, trouvée sur le site de son dessinateur, Olive dit aussi Krilin.

Côté intellectuels, quasiment personne de marqué à gauche n’est interviewé. Seules sont relayées d’ex-personnalités de gauche comme le physicien belge Jean Bricmont40, depuis devenu compagnon de route des négationnistes, ou l’économiste Jacques Sapir41, désormais soutien de Nicolas Dupont-Aignan.

Sur les questions internationales, L’AIL tient une ligne de soutien aux dictatures syrienne ou iranienne, et défend la ligne poutinienne sur la crise Ukrainienne, allant même jusqu’à filmer une micro manifestation des groupuscules La Dissidence et Unité continentale42. Depuis, cette dernière organisation a envoyé quelques membres combattre les armes à la main aux côtés des indépendantistes pro-Russes de l’Est de l’Ukraine43.

Logiquement, quand il lui arrive d’organiser un événement public, elle le fait avec un autre groupuscule d’extrême droite : les FFI 2.0 (mouvement décédé cet été en même temps que son leader, le nationaliste quenellier Erick « Bozz » Mary). C’est ainsi que le 12 mars dernier, les deux organisations ont invité à débattre au Café du pont Neuf à Paris deux souverainistes de droite, la blogueuse Magali Pernin44 et une représentante de Debout la République, Laure Ferrari. La conférence portait un titre à connotation complotiste : « Dans l’oeil des lobbies »45.

Une chose est sûre, c’est que les autres médias d’extrême droite ne s’y trompent pas : l’Agence Info Libre y est abondemment relayée, y compris sur les sites les plus infréquentables comme celui du dessinateur négationniste Joe Le Corbeau, Croah.fr46, ou Médias Presse Info47. Elle a également fait l’objet d’un article élogieux du Boulevard Voltaire, site fondé par Robert Ménard, en février dernier48. Enfin, l’AIL s’est également créée un compte sur le site complotiste Agoravox, qui lui aussi est rempli de propagande extrême droitière.

L’Agence Info Libre produit donc des vidéos de qualité susceptibles d’être relayées dans l’ensemble du monde militant, de l’extrême gauche à l’extrême droite, avec pour effet de faire relayer par des militants de gauche des idées d’extrême droite et de faire connaître à l’extrême droite les mobilisations de gauche. Pour quiconque prend la peine de s’attarder un peu sur le site de l’AIL – et ne se contente pas de visionner une de leurs vidéos trouvée au hasard des réseaux sociaux indépendamment du reste du site -, il saute aux yeux que son pluralisme de façade cache mal son confusionnisme de fond, au profit de l’extrême droite.

Lire : Une maîtrise parfaite de la communication virale sur Internet

L’AIL maîtrise parfaitement les stratégies de diffusion virale de ses vidéos. Il ne faut en effet pas oublier que plusieurs de ses membres ont fait des études de journalisme et/ou de communication. Présente sur Facebook et Twitter, l’Agence profite du fait que sur ces réseaux sociaux, les gens relaient bien souvent des liens sans jamais aller vérifier le reste du contenu du site les diffusant, souvent en reprenant ceux postés par leurs contacts, sans compter qu’il est très courant  d’y diffuser un lien uniquement parce que le titre ou le sujet plaît, sans même prendre la peine de le visionner ou de le lire.

Cependant, tout lien diffusé contribue à la visibilité de l’ensemble du site sur le Net. C’est ainsi qu’involontairement, des militants de gauche peuvent être conduits sans le savoir à participer à cette œuvre de propagande extrême droitière y compris pour les plus curieux qui visitent le site mais pensent qu’il est sinon de gauche du moins « neutre »49, en relayant certaines des vidéos d’extrême droite qu’il contient.

Comme l’ensemble de la blogosphère confusionniste, l’AIL table sur le fait que ses relais de gauche n’iront pas le plus souvent vérifier la ligne éditoriale de la source des vidéos diffusées. De fait, quand cela arrive et qu’elle est prise la main dans le sac, elle proteste énergiquement, dénonçant d’imaginaires « amalgames », « anathèmes », « articles diffamatoires » et autres « vicieuses calomnies »50.

En effet, à l’heure où les diverses tendances de l’extrême droite cherchent à élargir leur audience en adoptant des discours à caractère social ou écologiste, on peut sans nul doute affirmer que l’AIL joue le rôle d’organe de propagande au profit de cette stratégie qui joue sur le confusionnisme politique pour faire avancer des idées qui sinon resteraient largement marginalisées. Il est d’ailleurs à noter que parmi les mobilisations de gauche couvertes prioritairement par l’AIL, beaucoup sont caractérisées par un certain mélange des genres et que l’AIL n’hésite pas à donner abondamment la parole aux réactionnaires qui tentent de s’y faire entendre, qu’ils soient tolérés ou non par les autres militants et même si leur présence sur les manifestations est très anecdotique et non représentative.

Lire : Comment L'AIL profite du confusionnisme à gauche

Sur certaines manifestations sociales ou écologistes, des groupuscules ou individus appartenant à la droite conservatrice ou réactionnaire voire à l’extrême droite tentent régulièrement de se faire entendre, profitant de la certaine tolérance dont ils font trop souvent l’objet. Usant elle aussi du confusionnisme ambiant, l’Agence Info Libre les soutient dans cette démarche en leur donnant la parole pendant ces événements, et contribue ainsi à les aider à lisser leur image, puisqu’en s’associant à des mobilisations progressistes, ces personnes tentent d’apparaître pour moins réactionnaires ou conservatrices qu’elles ne le sont en réalité.

Sur la récente grève des pilotes d’Air France, L’AIL a ainsi interviewé Nicolas Dupont-Aignan51. Bien que ce dernier se présente comme un gaulliste, n’oublions pas qu’il a tout de même soutenu aux côtés du Rassemblement Bleu Marine (RBM)52 la candidature de l’ex-porte-parole de Reporters sans Frontières Robert Ménard à la mairie de Béziers lors des élections municipales de 201353. Sur cette manifestation, il est interviewé juste avant Eric Coquerel du Parti de Gauche. Or, l’AIL comme Dupont-Aignan avaient toutes les raisons de venir à cette mobilisation : des cadres de la CGT d’Air France sont connus pour faire la promotion de Dieudonné54.

Sans surprise, l’AIL couvre aussi abondamment les mobilisations contre le Tafta. Il faut dire qu’un de ses plus discrets collaborateurs, Paul de Bary dit Polo Badal, a réalisé un web-documentaire d’une heure et demie sur le sujet55. Dans ce film, il a entres autres interviewé les souverainistes de droite dure Magali Pernin, gérante du blog Contrelacour, et François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine (UPR), alors même que pendant la collecte de fonds il avait annoncé un film à coloration altermondialiste56. Elle profite d’un terrain favorable, puisque les mobilisations contre le Tafta sont composées d’un bien curieux mélange des genres : outre les très attendus Europe-Ecologie-Les Verts, Attac, Front de Gauche ou Solidaires, le spectre politique présent va d’Alternative libertaire (AL) à l’UPR en passant par le groupe citoyenniste Les Engraineurs (auteur d’affiches sexistes contre Tafta57 ), Nouvelle Donne, les Colibris du gourou écologiste Pierre Rabhi, le Parti pirate58, le M’Pep59 ou Debout les jeunes (le mouvement de jeunes qui soutient Nicolas Dupont-Aignan). Sur la dernière manifestation, on a même pu apercevoir un membre du groupuscule national bolchevique Organisation socialiste révolutionnaire européenne (OSRE), éditrice du fanzine Rébellion, basé à Toulouse. C’est d’ailleurs en sortant de cette manifestation que l’AIL a rejoint celle des Kurdes et pu interviewer à leur insu Olivier Besancenot et un militant libertaire.

Gangréné depuis des années par des dérives antisémites, le mouvement de soutien au peuple palestinien fait lui aussi l’objet de toutes les attentions de l’AIL. Si certaines de ses vidéos tournées cette été sur les manifestations contre les bombardements israéliens sur Gaza ont pu séduire à gauche par leur point de vue moins caricatural quant à la diversité des manifestants que celui relayé dans les médias dominants, et si l’Agence Info Libre interviewe parfois Salah Hamouri60, des responsables de l’Union juive française pour la Paix (UJFP)61 ou le journaliste israélien de gauche Gideon Levy62, il n’en reste pas moins qu’elle fait surtout le choix de largement donner la parole aux provocateurs confusionnistes ou d’extrême droite qui s’agitent sur cette question, qu’il s’agisse d’Europalestine (et alors même que ce groupe issu de la gauche mais ouvertement pro-Hamas est désormais mis eu ban des soutiens progressistes au peuple palestinien)63, de Neturei Karta (des Juifs orthodoxes qui s’étaient présentés sur les listes du Parti antisioniste aux côtés d’Alain Soral ou de Dieudonné)64, du collectif lui aussi pro-Hamas Cheikh Yassine, de la Gaza Firm (Groupe de hooligans proche d’Alain Soral et mené par Mathias Cardet)65, etc. Les vidéos « correctes » faites par l ‘AIL sur cette question servent donc de produit d’appel vers des contenus beaucoup moins recommandables. Un exemple flagrant parmi d’autres, l’article consacré à la manifestation pour Gaza du 19 juillet comporte trois vidéos : la première donne la parole aux manifestants anonymes ou de gauche, la deuxième est une vidéo de Ruptly et la troisième une vidéo du Cercle des Volontaires interviewant les Neturei Karta66.

Enfin, même quand les indésirables sont chassés par les autres manifestants, l’AIL n’en rend pas compte mais préfère mettre en avant leur action, comme le montre le traitement qu’elle a fait le 7 octobre d’un rassemblement de soutien à la lutte du peuple kurde, au cours de laquelle de très rares soutiens de Bachar Al Assad sont venus faire de la provocation avant de devoir reculer sous l’hostilité de la foule.67.

Une autre tendance qui sans surprise a largement sa place sur l’AIL et qui elle aussi bénéficie de cette stratégie est le conspirationnisme. L’Agence Info Libre donne ainsi régulièrement voix à des théories pseudo-scientifiques, sans jamais faire preuve du moindre sens critique.

Lire : Bilderberg, chemtrails et autres théories du complot à l'honneur sur l'Agence Info Libre

Un des faits d’armes dont l’AIL est particulièrement fière est sa couverture du sommet Bilderberg qui s’est tenu à Watford au nord-ouest de Londres début juin 2013, en collaboration avec le Cercle des Volontaires. Cette rencontre annuelle de personnalités internationales de la finance, de la diplomatie, de la politique et des médias est l’objet de tous les fantasmes chez les conspirationnistes, qui manifestent aux abords du sommet. C’est cette manifestation que l’AIL a couverte pendant quatre jours, interviewant notamment Alex Jones, célèbre figure américaine du conspirationnisme, marquée politiquement très à droite et pour qui la diffusion de théories du complot est un business très lucratif68. Pour ce reportage, l’AIL et le CDV avaient auparavant reçu les encouragements de l’essayiste catholique sédévacantiste Pierre Hillard69.

Les accréditations de l'AIL et du CDV au rassemblement conspirationniste anti-Bilderberg.
Les accréditations de l’AIL et du CDV au rassemblement conspirationniste anti-Bilderberg.

Les théories les plus farfelues ont pignon sur web grâce à l’Agence, qui traite notamment des « chemtrails », une thèse qui veut que les traînées de condensation laissées par les avions dans le ciel n’en sont en réalité pas, mais sont soit des virus, soit des produits chimiques, soit des métaux lourds visant à faire des expériences sur les hommes et/ou le climat, voire, dans sa version la plus extrême, à éradiquer la majeure partie de l’humanité70. Egalement, l’AIL relaie deux interviews données par l’astrophysicien Jean-Pierre Petit, connu pour sa prétention a échanger des formules mathématiques avec des extraterrestres appelés « Ummites », au site poutinien La Voix de la Russie sur le thème des « Voyages interstellaires et contacts extraterrestres »71.

Plus grave, l’AIL fait la promotion de diverses théories du complot relatives à la nourriture et à la santé. Parmi ses intervenants privilégiés sur ces sujets, on trouve l’ex-chanteuse Claire Séverac, la « spécialiste » des additifs alimentaires Corinne Gouget (toutes deux habituées d’Egalité et Réconciliation et pour la seconde « bonne cliente » de l’AIL), le promoteur du manger cru ( le « vivre cru ») Thierry Casasnovas et celui de la « cuisine heavy metal » (« heavy metal cook ») Gilles Lartigot. Récemment, l’AIL a couvert de manière complaisante des mobilisations de patients en faveur de l’oncologue Nicole Delépine, qui est interviewée sans que la moindre mention ne soit faite du fait que l’ensemble de la communauté oncologique critique fortement ses méthodes de soin72. Quand le complotisme médical véhiculé par l’AIL touche au virus ebola73, on confine à la négligence criminelle, tant cette maladie est un drame humain et tant la diffusion de théories du complot parmi les populations touchées est un frein pour l’accès aux soins.

L’argument de la liberté d’expression

Comme il est désormais ordinaire dans ce genre de médias, la justification apportée à cette ligne éditoriale fourre-tout est la liberté d’expression  :

« Nous estimons que la liberté d’expression est sacrée et que toute opinion, quelle qu’elle soit, a sa place dans le débat public (dans le respect de la loi). Nous ne nous fermons à aucun sujet et tentons de donner la parole à un maximum de personnes avec pour objectifs l’impartialité et l’ouverture des perspectives de réflexions. »

Il s’agit d’une excuse habituelle de ce type de média pour justifier son confusionnisme. Pourtant, la défense de la liberté d’expression, même en tant que concept bourgeois74 , n’induit pas nécessairement de donner la parole à toutes les opinions, des plus extrémistes aux plus farfelues, considérant que toutes se vaudraient. Or, que peut bien valoir l’opinion d’un raciste face à celle de sa victime, que vaut une théorie pseudo-scientifique face aux acquis de la recherche scientifique ? En diffusant allègrement thèses d’extrême droite et élucubrations pseudo-scientifiques comme si ces idées étaient tout aussi valables que celles de ceux qui s’y opposent et en sont parfois victimes, l’AIL contribue à les légitimer et choisit se faisant un camp politique clair : celui de la Réaction.

Des « journalistes », vraiment ?

La charte de Munich ou « Déclaration des devoirs et des droits des journalistes », signée le 24 novembre 1971 à Munich et adoptée par la Fédération européenne des journalistes, fait depuis office de code déontologie de la profession en Europe. Les membres de l’Agence Info Libre y font référence en en publiant les dix devoirs sur leur site à la page « Qui sommes-nous ? » et en s’engageant à les respecter.

Pourtant, il se révèlent bien incapables – mais ceci est très certainement volontaire – de trier leurs sources en fonction de leur pertinence ou de vérifier leurs affirmations, même les plus fantaisistes. Dès lors, ils transgressent allègrement le premier principe de la charte : « respecter la vérité »75, ainsi que le troisième : « publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ».

En trompant leurs interlocuteurs de gauche sur leurs intentions et leur ligne politique et éditoriale, en se faisant passer auprès d’eux pour un média « indépendant »76, voire en ne s’annonçant pas du tout, ils contreviennent au quatrième principe de la charte : « ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ».

Surtout, ils bafouent l’un des plus importants, le neuvième devoir : « ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ».

Un succès inquiétant

En dépit de ces manquements, l’AIL commence à se forger une réputation de média « sérieux » et a même été, à sa grande fierté, relayée à plusieurs reprises ces derniers mois par la presse dominante que pourtant elle dit exécrer (mais dont elle n’hésite pas à reprendre certaines informations) : que ce soit France 2 qui a repris ses images d’une manifestation anti-aéroport à Nantes – sans citer l’AIL il est vrai, mais c’est toujours quand même un bon prétexte pour se mettre en valeur en faisant mine de protester77 – ou à plusieurs reprises par le site @rrêt sur Images de Daniel Schneidermann, qui semble ne pas trop savoir sur quel pied danser, puisque l’Agence y a d’abord été justement qualifiée de « média d’extrême droite » avant que la mention ne soit improbablement supprimée, peut-être suite à des  menaces de poursuites judiciaires, comme l’avait à l’époque laissé entendre Jonathan Moadab sur Facebook78.

À L'AIL, la liberté d'expression s'arrête là où commence la critique à son encontre.
À L’AIL, la liberté d’expression s’arrête là où commence la critique à son encontre.

L’AIL a également été citée par L’Express et MetroNews79 au sujet des rapports entre Marine Le Pen et les journalistes de la chaîne Canal +.

Aujourd’hui, sa diffusion sur le Net est loin d’être anecdotique, et confine même au média de masse : ainsi, ses vidéos les plus populaires oscillent entre 400 000 et 1,5 millions de vues sur YouTube et l’AIL compte un peu plus de 56 000 abonnés à sa chaîne. Avec 40 000 abonnés en février dernier, l’Agence Info Libre se vantait même d’être devant l’Agence France-Presse (AFP)80, qui selon elle plafonnait alors à 38 000. Sur Twitter, elle compte plus de 8 200 abonnés et environ 40 400 sur Facebook.

Ainsi, l’Agence Info Libre est sans doute le premier webmédia a aussi bien réussir sur le créneau qui est le sien, en appliquant à la lettre les théories de la Nouvelle Droite (elles-mêmes inspirées d’Antonio Gramsci) sur la conquête de l’hégémonie politique par l’action culturelle81.

O. G.


A (re)lire sur Confusionnisme.info :

BDS France et Génération Palestine boycottent à leur tour l’Agence Info libre
Jonathan Moadab se fait discret sur Facebook
L’Agence Info Libre change sa politique de modération
Le comité BDS Toulouse sanctionne l’Agence Info Libre
Les petits fours du Cercle des Volontaires
Nettoyage chez Reporterre : encore un effort !
La Décroissance par l’incohérence ?
S’informer sur Michel Collon


Source des illustrations : Facebook (sauf indication contraire)

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

  1. Son blog s’intitulait « Gazette d’un robespierriste : jmoadab.wordpress.com/ 

  2. Il l’a dit lui-même à plusieurs reprises, précisant en être « fier ». 

  3. Ici et

  4. Cette incroyable logorrhée est à lire ici

  5. Entendons-nous bien : l’objectivité journalistique est un mythe, mais disons que le traitement par l’AIL de ces sujets est souvent moins caricatural que celui qui a majoritairement court dans la presse dominante. 

  6. Ici : agenceinfolibre.fr/manifestation-des-sages-femmes-a-paris-accord-sur-un-changement-de-statut-professionnel/ ou là : agenceinfolibre.fr/journee-internationale-des-sages-femmes-7e-mois-de-greve-pour-les-sages-femmes-francaises/ 

  7. agenceinfolibre.fr/manifestation-contre-le-changement-de-statut-des-intermittents-exige-par-le-medef-27-fevrier/ 

  8. agenceinfolibre.fr/astrium-manifestation-devant-le-siege-dairbus-group-a-toulouse/ 

  9. Par exemple ici : agenceinfolibre.fr/les-travailleurs-sociaux-mobilises-toulouse/ 

  10. agenceinfolibre.fr/rassemblement-pilotes-dair-france-paris/ 

  11. agenceinfolibre.fr/manifestations-prokurdes-lextreme-gauche-alignee-les-positions-anti-assaderdogan/ 

  12. agenceinfolibre.fr/info/manifestation-pro-palestinienne-interdite-alain-pojolat-relaxe/ 

  13. Les partisans du droit à l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) se disent pro-choix, car ils sont pour le libre choix des femmes en matière de procréation. 

  14. youtube.com/watch?v=ZDKEyjhgX4k 

  15. Alors qu’à la fois entre ces partis et en leur même les opinions sur ce sujet peuvent varier du tout au tout. Seul parti épargné par l’AIL : le FN. 

  16. Qui s’il ne porte pas le gouvernement syrien dans son cœur est est pourtant loin d’avoir une position claire par rapport aux événements de Kobanê 

  17. Mise à jour 29/10/2014 : Quelques heures après la parution de cet article, l’AIL a décidé de modifier sa politique de modération et de supprimer les commentaires sur ses chaînes YouTube et Dailymotion 

  18. Qu’on pense au cas René Balme qui a pu rester jusqu’aux dernières municipales maire Front de gauche alors qu’il animait un site complotiste ayant fait par le passé de la propagande dieudonniste ou à Jean-Luc Mélenchon qui entre beaucoup d’autres choses n’a jamais renié sa sympathie pour le site Legrandsoir.info, n’hésite pas à reprendre le vocabulaire du FN quand il dénonce les « banksters » ou tout récemment rendait hommage sur France 3 au « courage » de Nicolas Dupont-Aignan pour ne jamais avoir changé d’idées – comme si c’était une valeur en soi. Ceci sans même compter le nombre impressionnant de confusionnistes présents dans la blogosphère estampillée « Front de Gauche », et dont on peut trouver quelques exemples ici ou

  19. agenceinfolibre.fr/rassemblement-pilotes-dair-france-paris/ et là : agenceinfolibre.fr/stop-tafta-paris/ 

  20. agenceinfolibre.fr/moment-deloquence-jean-luc-melenchon-lukraine-gaza/ 

  21. agenceinfolibre.fr/tag/dieudonne/ 

  22. agenceinfolibre.fr/proces-soral-haziza-3-mois-prison-sursis-requis-contre-president-degalite-reconciliation/ 

  23. agenceinfolibre.fr/?s=faurisson 

  24. agenceinfolibre.fr/tag/manif-pour-tous/ 

  25. agenceinfolibre.fr/tag/jour-de-colere/ 

  26. agenceinfolibre.fr/tag/action-francaise/ 

  27. agenceinfolibre.fr/interview-du-docteur-dor-president-fondateur-de-lassociation-s-o-s-tout-petits/ 

  28. Michel Drac, Maurice Gendre, Pierre Hillard, Piero San Giorgio, Francis Cousin, Lucien Cerise, Philippe Landeux et Adrien Abauzit : agenceinfolibre.fr/?s=salon+du+livre Les valeureux reporters de l’AIL ont par ailleurs tenté de « piéger » en cette occasion des personnalités comme Yann Moix ou Valérie Pécresse, ou encore Edwy Plenel, qui lui semblant les connaître a refusé de répondre à leurs questions. Ils ont également ouvert leur micro à l’ex-ministre de François Mitterand devenu conspirationniste Roland Dumas, qui justement y a traité Plenel d’« agent de l’étranger »

  29. Serge Ayoub dit « Batskin » était le chef du mouvement Troisième Voie jusqu’à ce que ce dernier soit interdit suite à l’assassinat du militant antifasciste Clément Méric par un de ses membres. Figure du mouvement bonehead (skinheads d’extrême droite), son interview sur l’AIL était tellement importante aux yeux de l’équipe qu’elle a même été annoncée par un « teaser » (sorte de mise en bouche vidéo destinée à attirer de l’audience) : agenceinfolibre.fr/tag/serge-ayoub/ 

  30. agenceinfolibre.fr/ldj-marine-le-pen/ 

  31. agenceinfolibre.fr/interview-casapound-italia/ 

  32. Thèse défendue dans le dernier livre d’Eric Zemmour, Le suicide français, publié aux éditions Albin Michel 

  33. agenceinfolibre.fr/adrien-abauzit-revient-polemique-zemmoursalame-regime-vichy/ 

  34. En plus de ces liens, voir aussi cet entretien accordé par l’historien Serge Berstein aux Inrocks.com : http://www.lesinrocks.com/2014/10/06/actualite/serge-berstein-zemmour-petain-11528197/ ou encore ces réactions d’autres historiens contemporains, tel André Kaspi : http://www.lepoint.fr/societe/rehabilitation-de-petain-zemmour-decrie-par-les-historiens-19-10-2014-1873827_23.php 

  35. Paxton lui-même a réagit à la publication du livre d’Eric Zemmour et au « débat » qui s’en est suivi en France dans une tribune publiée par le journal Le Monde. Voir aussi ses réponses au site Rue89. 

  36. agenceinfolibre.fr/en-immersion-david-hollande-demission/ 

  37. Depuis deux étés, il fait la tournée des plages en avion, tirant derrière lui une banderole publicitaire affichant l’adresse du site Hollande-demission.fr. 

  38. agenceinfolibre.fr/un-commentaire-de-manuel-valls-par-rapport-au-livre-demmanuel-ratier/ Le livre de Ratier s’intitule Le vrai visage de Manuel Valls et est publié aux éditions Facta. 

  39. http://www.agenceinfolibre.fr/rassemblement-contre-linvasion-migratoire-calais-7-septembre-2014/ 

  40. agenceinfolibre.fr/tag/jean-bricmont/ 

  41. agenceinfolibre.fr/info/lettre-ouverte-jacques-sapir-francois-hollande/ 

  42. agenceinfolibre.fr/manifestation-contre-lotan-devant-lambassade-dukraine-paris/ Dès ses origines en 2011, le groupe La Dissidence a été dénoncé par des antifascistes. Outre la compilation faite à l’époque par le blog Conspis hors de nos vi[ll]es sus-cité, on peut lire également cette analyse libertaire parue au même moment. Unité continentale quant à elle est de formation beaucoup plus récente, puisqu’elle date du printemps 2014. Se revendiquant « continentaliste », elle prône un nationalisme à la fois français et européen et vise à la constitution d’une grande nation européenne « de l’Oural à l’Islande » dont la Russie serait le fer-de-lance, conformément aux thèses « eurasistes » défendues par un de ses théoriciens fétiches, Alexandre Douguine. Son manifeste est disponible sur Facebook : facebook.com/unite.continentale/info?ref=page_internal 

  43. Voir aussi sur le site de La Dépêche

  44. Son blog : contrelacour.fr 

  45. agenceinfolibre.fr/dans-loeil-des-lobbies-une-conference-avec-magalie-pernin-et-laure-ferrari/ 

  46. http://croah.fr/mots-clefs/agence-info-libre/ 

  47. medias-presse.info/?s=agence+info+libre&lang=fr 

  48. bvoltaire.fr/christopheservan/courageux-journaliste-pose-laurent-fabius-la-question-qui-tue,49772 

  49. Comme l’objectivité, nous ne considérons pas que la neutralité journalistique et/ou politique puisse exister dans un média autrement que sous la forme de mythe professionnel. Mais ce mythe, qui est aussi un argument commercial, est fort y compris auprès du public et l’AIL sait très bien jouer sur ce tableau 

  50. par exemple ici : agenceinfolibre.fr/polemiques-autour-manifestation-sauvons-calais-ail-repond/ ou là : agenceinfolibre.fr/comite-bds-toulouse-boycotte-lagence-info-libre/  

  51. agenceinfolibre.fr/rassemblement-pilotes-dair-france-paris/ 

  52. Pour rappel : il s’agit du nom donné à une coalition de partis souverainistes voulue par Marine Le Pen à l’occasion des élections présidentielles de 2012 puis réactivée à chaque épisode électoral et dont de Front national est la composante centrale. 

  53. Voir sur le site de L’Express, et lire également les propos élogieux que Nicolas Dupont-Aignan a tenus à peu près au même moment à l’égard de Marine Le Pen sur l’antenne de RTL, retranscrits par le journal Le Monde

  54. Voir ici et

  55. youtube.com/watch?v=DyoyCg8HOFE 

  56. Voir : kisskissbankbank.com/l-europe-bientot-americaine 

  57. collectiflesengraineurs.tumblr.com/post/64384963695/depuis-juillet-2013-laccord-librechangiste-tafta 

  58. Parti confusionniste s’il en est, puisque l’un de ses candidats a donné une interview au journal d’extrême droite Minute à l’occasion des dernières élections législatives (minute-hebdo.fr/tout-minute/politique/110-entretien-avec-philippe-blanc-candidat-du-parti-pirate) et puisqu’il a connu il y a un an et demi des déboires internes liés au sexisme de certains de ses membres (Voir aussi ici et ). 

  59. Le Mouvement politique d’émancipation populaire est dirigé notamment par l’ex-responsable d’Attac Jacques Nikonoff, connu pour le soutien qu’il apporte à Nicolas Dupont-Aignan. A une époque, le M’Pep a même tenté une alliance souverainistes avec d’autres organisations de gauche comme de droite, dont les staliniens du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) et l’UPR de François Asselineau. Il compte parmi ses adhérents récents un autre proche de l’Agence Info Libre très actif sur Facebook : Sylvain Baron, directeur du journal bordelais Poil à gratter. Nationaliste, ce dernier tient régulièrement des propos homophobes et sexistes et remet en cause la responsabilité nazie dans le déclenchement de la Seconde guerre mondiale. 

  60. agenceinfolibre.fr/salah-hamouri/ 

  61. Ici : youtube.com/watch?v=no3H1hIaNgs et là : agenceinfolibre.fr/entretien-michele-sibony-vice-presidente-lunion-juive-francaise-paix/ L’AIL a aussi interviewé un invité de l’UJFP à l’issue d’une conférence : agenceinfolibre.fr/comprendre-letat-disrael-yakov-rabkin/  

  62. agenceinfolibre.fr/ce-ca-fait-detre-lhomme-hai-en-israel/ 

  63. Ici : agenceinfolibre.fr/europalestine-entretien-fadila-elmiri/ et là : agenceinfolibre.fr/rassemblement-soutien-gaza-6-septembre-2014/ 

  64. Via une vidéo du Cercle des Volontaires : agenceinfolibre.fr/manifestation-gaza-defile-encombre-paris/ 

  65. agenceinfolibre.fr/?s=gaza+firm 

  66. agenceinfolibre.fr/manifestation-gaza-defile-encombre-paris/ 

  67. agenceinfolibre.fr/manifestation-soutien-kurdes/ 

  68. agenceinfolibre.fr/reportage-au-bilderberg-2013-jour-1-interview-alex-jones/ 

  69. cercledesvolontaires.fr/2013/06/05/pierre-hillard-encourage-le-cercle-des-volontaires-et-info-libre-pour-leur-reportage-au-bilderberg/ 

  70. agenceinfolibre.fr/?s=chemtrails 

  71. agenceinfolibre.fr/tag/jean-pierre-petit/ Sur Jean-Pierre Petit, voir cet article des Inrockuptibles (dans lequel il est également question de Jonathan Moadab et du Cercle des Volontaires). 

  72. Voir ici : agenceinfolibre.fr/analyse-du-systeme-sante-francais-gerrard-nicole-delepine/ là : agenceinfolibre.fr/nicole-delepine-au-ministere-de-la-sante-manifestations-et-temoignage-resume-200514/ et là : agenceinfolibre.fr/nicole-delepine-plan-cancer-2/ 

  73. agenceinfolibre.fr/info/medecin-militaire-confirme-virus-ebola-soignable-depuis-pres-40-ans/ 

  74. Il serait trop long de discuter ici des problèmes soulevés par la liberté d’expression en tant que liberté bourgeoise, mais nous vous renvoyons à deux textes intéressants sur le sujet (il en existe d’autres), l’un en provenance du blog Luftmenschen et l’autre du blog Brasiers et Cerisiers

  75. là encore, la vérité, surtout en termes de journalisme, est largement un mythe professionnel (ce qui ne veut pas dire qu’elle soit relative au point que toutes les idées se vaudraient, mais disons simplement qu’elle est socialement et historiquement datée à l’aune des connaissances du moment). Cependant, puisque l’Agence Info Libre y fait référence, on est bien obligé de la prendre au mot 

  76. Là encore, l’indépendance est un mythe professionnel. Sans parler de la dépendance à son éventuel employeur et à ceux qui le financent, le journaliste, même prétendumment « indépendant », reste toujours prisonnier de ses propres préjugés, de la nécessité de trier les informations qu’il choisit ou non de mettre en avant, des formats qu’on lui impose ou qu’il s’impose, etc. 

  77. agenceinfolibre.fr/france-2-vole-les-images-de-lagence-info-libre/ 

  78. Depuis, l’AIL se vante d’être devenue une source d’information pour @si et se permet d’appeler Schneidermann par son prénom : agenceinfolibre.fr/liberte-d-expression-contextualisee/  

  79. Ici et

  80. Message Facebook de Jonathan Moadab du 10 février 2014. Depuis, le compte YouTube de l’AFP ne semble plus actif. 

  81. Même s’il n’est pas sûr que l’AIL lise beaucoup Alain de Benoist – auquel il n’est nullement fait référence sur son site – ou Antonio Gramsci.