Un témoignage sur l’antisémitisme dans le mouvement pro-palestinien

Sur Paris-Luttes.info, un militant pro-Palestine d’origine juive nous livre son « ressenti » sur les manifestations d’antisémitisme qu’il a pu constater lors des manifestations de cet été contre les bombardements à Gaza. Plus globalement, il regrette que « tout le monde oblige les Juifs à avoir une position (vous pouvez pas imaginer, au collège et au lycée particulièrement, le nombre de fois où on m’a demandé de me justifier pour ce que faisait l’État d’Israël) » et le fait « qu’il faut faire son CV militant pro-palestinien pour avoir droit à la parole sur la question de l’antisémitisme (on croit rêver) ». Il conclut :

« Pourquoi je raconte tout ça ? Parce que si, pour certain-e-s, l’antisémitisme dans le mouvement de soutien aux Palestiniens c’est juste trois bolosses qui crient « mort aux juifs », grand bien leur fasse, mais ne venez pas nous dire, à nous, juifs, comment on doit le ressentir. À cette manifestation, je me suis senti submergé, à certains moments, je me sentais mal, je tremblais. Il me semble, quand on est révolutionnaires, qu’on laisse la parole, en priorité, aux premier-e-s concerné-e-s par une oppression. Est-il normal de demander des « données objectives » pour justifier le ressenti de juifs quant à l’antisémitisme ? […] Non, personne, chez les révolutionnaires, n’amalgame antisionisme et antisémitisme. Mais, oui il y a un antisémitisme profond chez nombre d’antisionistes. Il faut le combattre. Et pour le combattre, il faut commencer par ne pas l’invisibiliser ! »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Etienne Chouard : suite et fin ?

Etienne Chouard vient de fermer son blog, Chouard.org, et envisagerait de cesser toute activité publique. C’est l’occasion pour Judith Bernard d’enfin s’en désolidariser, dans un communiqué publié hier sur le site d’@rrêt sur Images, dans lequel elle évoque sa « coupable naïveté ». A propos des tergiversations de Chouard, elle écrit :

« ce comportement erratique, révélant à tout le moins une grande confusion intellectuelle, et sans doute la prise de conscience de ce qu’a d’intenable son projet démocratique de « réconciliation » avec le moins démocrate d’entre tous, trahit surtout ce que je n’avais pas voulu voir : sa complaisance désormais manifeste, et parfaitement inexcusable, pour le « soralisme », que je tiens, moi, pour une idéologie délirante, à vocation fasciste, et extrêmement dangereuse. […] Sa position politique s’est disloquée à ce point d’achoppement des demandes de clarification. C’est donc que cette position n’était soit pas assez réfléchie, soit pas complètement avouable. »

Pour autant, elle ne désespère pas de voir le blogueur revenir après un temps de « réflexion solitaire » qui lui permettrait d’écrire un livre qui se situerait « au cœur du seul combat qui mérite d’être mené: le processus constituant instituant la souveraineté populaire – et faisant le plus vigoureux barrage aux tentatives de capture fasciste de cette souveraineté. » L’un des derniers soutiens qui restent à Chouard semble donc être le blogueur confusionniste Pierrick Tillet alias Le Yéti, publié par le site de la revue Politis et auteur d’un plaidoyer en défense d’Etienne Chouard paru il y a deux jours.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page