L’étrange fascination du journal Fakir pour la période nazie

La dernière couverture du journal Fakir provoque des remous dans son lectorat et s’attire de vives condamnations des antifascistes sur les réseaux sociaux. En effet, sous prétexte de dénoncer le prix trop élevé du gaz, la « une » du journal caricature un Hitler enrageant au vu de sa facture de gaz. Un mauvais goût qui rappelle celui d’une blague populaire notamment à l’extrême droite sur le fait que le suicide d’Hitler serait du à la réception de sa facture de gaz, à savoir de celui dépensé dans les chambres à gaz. Fakir entretiendrait-il une fascination morbide pour le régime nazi ? Avec le Réseau de Repaires de « Là-bas si j’y suis », l’équipe du journal se trouve en effet à l’origine de la campagne « De l’air à France Inter » visant à revendiquer une meilleure représentation des classes populaires sur l’antenne de service public. Or, les promoteurs de cette campagne organiseront le 12 janvier 2015 au Théâtre Dejazet à Paris une « Nuit des Longs Micros », référence explicite à la « Nuit des Long Couteaux » de 1934, au court de laquelle les SS ont éliminé les SA dans le cadre d’une purge interne au parti nazi et à son appareil d’Etat. Difficile de comprendre une telle référence pour des militants se disant de gauche : veulent-ils signifier par là qu’ils entendent purger France Inter en suivant ce modèle ? On n’ose imaginer que les organisations (Verts, PCF, PG, PS, Ensemble, CGT, SNJ-CGT, Solidaires, Confédération paysanne, Attac, Acrimed, Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui, Compagnie Jolie Môme) ayant participé à la soirée de lancement de l’initiative le 9 octobre dernier, et qui  sont signataires d’une lettre commune à Laurence Bloch, directrice de France Inter, cautionnent effectivement pareille dénomination.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page