décroissance

La Décroissance par l’incohérence ?

Au fil des mois, le journal La Décroissance semble prendre une orientation de plus en plus confusionniste et droitière. Le point sur ses drôles d’accointances avec des penseurs réactionnaires ou le rédacteur en chef d’une revue proche de la Nouvelle Droite.

En dépit des divergences que l’on pouvait par ailleurs avoir avec sa ligne éditoriale, le journal La Décroissance pouvait jusqu’à il y a quelques temps être encore considéré comme une source d’information crédible. Du coup, quand dans son numéro de février 2012, il a publié une prise de position de Chems Eddine Chitour, ingénieur algérien travaillant pour le lobby pétrolier et défendant le nucléaire iranien, habitué du site rouge-brun Le Grand Soir et auteur de propos à connotation antisémite1 en le présentant comme un partisan de la décroissance, il était encore possible de croire à une erreur de casting.

Cependant, cette ligne confusionniste, voire franchement droitière, n’a depuis cessé de s’affirmer2. Ainsi, le penseur réactionnaire (mais qui se fait passer pour « socialiste ») Jean-Claude Michéa intervient au moins une fois par an dans le journal depuis 2011, tandis que son hagiographe le soralien Charles Robin y a été publié en avril 20133, en même temps qu’une apologie du mouvement italien M5S (Mouvement 5 étoiles) présenté comme « très proche des partisans de la décroissance ». Pourtant, cette formation est dirigée par l’humoriste démagogue italien Beppe Grillo, qui sous couvert d’expérimentation démocratique défend des idées clairement racistes (Voir ici et ), des faits déjà connus au moment de la publication de l’article de La Décroissance, qui a d’ailleurs été directement écrit par Maurizio Pallante, conseiller de Beppe Grillo4.

Nouvelle Droite, vieilles rengaines

Déjà le mois précédent, La Décroissance avait publié un « débat » intitulé « PMA, GPA : le meilleur des mondes ? » qui accordait une large place aux argumentaires anti-procréation médicalement assistée (PMA) et contre l’adoption d’enfants par les couples homosexuels développés par Thierry Jaccaud, rédacteur en chef de l’édition française de L’Écologiste, une revue proche de la Nouvelle Droite5, tandis qu’un juge pour enfants, Jean-Pierre Rosenczveig, y écrivait que « L’enfant se construit aussi sur des identités biologiques », que « le sperme, ce n’est pas qu’une matière inerte qu’on injecte avec une pipette dans un utérus » et que « le groupe de pression homosexuel est très structuré et compte électoralement », tout en se plaignant de se faire traiter d’« homophobe » sur Internet. On se demande bien pourquoi…

Couverture du n°94 de La Décroissance dénonçant les survivalistes.
Ironie ? Le n°94 de La Décroissance (novembre 2012) dénonçait les survivalistes.

A ce stade, on a du mal à croire qu’il s’agisse d’ignorance ou de maladresses, en particulier dans la mesure où deux membres éminents de l’équipe du journal, Bruno Clémentin et Vincent Cheynet, avaient démissionné en 1999 du Mouvement écologiste indépendant (MEI) à cause de rapprochements avec la Nouvelle Droite initiés par Antoine Waechter et Laurent Ozon et impliquant Edward « Teddy » Goldsmith… fondateur de The Ecologist, dont est inspirée la revue française éponyme que dirige aujourd’hui Jaccaud ! En tout cas, le journal a beau jeu ensuite de dénoncer Alain Soral, les survivalistes ou Pierre Rabhi6

Débats improbables

Désormais spécialiste de l’alliance des contraires, le journal La Décroissance a, dans son numéro de mai 2013, organisé un « débat » (extrême) droite-(extrême) gauche, avec pour intervenants Bernard Friot (sociologue de gauche), Anselm Jappe (critique de la valeur), Olivier Delamarche (chroniqueur à BFM business apprécié tant d’Égalité et Réconciliation que du Cercle des Volontaires) et surtout Olivier Berruyer. Ce dernier est actuaire (il prévoit l’évolution des marchés pour permettre aux spéculateurs de spéculer en toute sécurité) et le tenancier du blog Les-crises.fr, dont la ligne éditoriale est en ce moment poutinienne s’agissant de la crise en Ukraine. En dehors de La Décroissance et d’@rrêt sur images et hormis quelques rares passages dans la presse dominante, il est exclusivement relayé et soutenu par les médias confusionnistes et d’extrême droite auxquels il ne refuse jamais une interview. Le débat dans La Décroissance étant artificiel (a priori les gens ne se sont pas rencontrés), on peut se demander si Friot et Jappe ont été informés au préalable qu’ils se trouveraient en si charmante compagnie et ce qu’ils en ont pensé.

Plus récemment, ce sont Aurélien Bernier (ex-M’Pep) et Galaad Wilgos (un blogueur belge membre du Parti de Gauche qui défend un « patriotisme républicain » et même « révolutionnaire ») qui ont pu s’exprimer dans les colonnes du journal en février 2015 ou les réactionnaires Olivier Rey en novembre 2014 et Alexis Escudero en juillet-août de la même année.

Et quand le journal donne la parole à une militante homosexuelle  et féministe, il choisit Marie-Jo Bonnet (septembre 2014), dont l’opposition à l’égalité des droits dans le mariage mais aussi à la gestation pour autrui (GPA) ainsi qu’à la procréation médicalement assistée (PMA) ne repose pas seulement sur une condamnation de la marchandisation du corps humain (et en particulier de celui des femmes), mais aussi sur une base morale à tonalité réactionnaire, puisque, semblant oublier que le lien parent-enfant est avant tout le fruit d’une construction sociale, elle dénonce un peu partout « l’occultation de l’origine paternelle de l’enfant » car « l’important est que l’enfant ait accès à sa double filiation. La filiation monosexuée n’existe pas, c’est un fantasme »7. Défendant donc le fait que « pour l’enfant, l’important est l’accès aux origines » (ce qui peut constituer une dangereuse remise en cause du droit à accoucher anonymement), elle renchérit : « En revanche, je suis inquiète quand je vois, chez certains couples homosexuels, un désir de faire des enfants sans l’autre sexe. Pour moi, c’est la procréation qui a permis aux sexes de dialoguer, on a besoin de l’autre sexe pour se reproduire. Et heureusement, parce que sinon, les femmes auraient été exterminées ! »8 Voilà le genre de féministes et de militantes homosexuelles que La décroissance apprécie…

O. G.


Mise à jour, 17 mai 2015, 21h10 : Cela nous avait complètement échappé, mais dans son numéro de décembre 2014, La Décroissance a fait la promotion du groupuscule « anarcho-royaliste » Le Lys noir, sous couvert de second degré, et ce pour son plus grand bonheur : 2015-05-17_décroissance_lysnoirA noter que Paris Zone de Combat, webzine fascisant que nous pointions du doigt il y a quelques jours, apprécie également le journal de Vincent Cheynet et consorts, pour sa capacité à drainer des réactionnaires dans le camp écologiste :

« Quant aux identitaires et aux anarcho-royalistes du Lys Noir qui contrôleraient une partie du service d’ordre de l’Action Française, l’intérêt pour le Bourget peut exister. Rappelons que ces deux organisations, attirées par les aspects réactionnaires de la Décroissance (et même la personnalité catholique de Vincent Cheynet) se sont mis depuis plusieurs années à inscrire la frugalité et « l’écologie profonde » dans leur catalogue idéologique initié par Alain De Benoist et les arnacoroyalistes (sic) qui semblent raffoler de la chose… »

(Pazoc n°1, « Les fachos sont-ils black Bloc compatibles ? »)


Mise à jour, 9 juillet 2015, 17h00 : Ajout d’une note sur Chems Eddine Chitour.


Mise à jour, 26 octobre 2015, 17h20 : Notre réponse aux calomnies de La Décroissance.


A (re)lire sur Confusionnisme.info :

Dans La Décroissance, une BD qui fait Führer
Encore un florilège de réactionnaires dans La Décroissance
L’extrême droite et l’écologie
Gaultier Bès : catho-pop et écolo-réac
Nouvelle Droite, « dissidence »… une connexion italienne
Ecologie, Monnaie… Le clan Rabhi à l’avant-garde de la confusion
Nettoyage chez Reporterre : encore un effort !
Pour ceux qui douteraient des rapports entre Olivier Rey et la Nouvelle Droite
Une brochure sur le masculinisme en milieu anti-industriel
Découvrez Thierry Casasnovas, le gourou du « manger cru »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

  1. Voir sa contribution sur le site d’extrême droite VoxNR, dans laquelle il a pris la défense du négationniste Roger Garaudy et semble estimer qu’il convient de défendre de la même manière les « réels ou imaginaires néo-nazis » : voxnr.com/cc/etranger/EkupkpkVyZfSvXHjHt.shtml  Il avait aussi qualifié les révolutions arabes de « Printemps arabe qui n’en finit pas de mourir emportant avec lui des milliers de personnes au nom d’un Nouvel ordre que l’Occident veut imposer » : lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/147514-les-verites-de-rifkin-stiglitz-sachs.html. On retrouve sa signature notamment sur Le Grand Soir, Mondialisation.ca ou le site antisémite Alterinfo. 

  2. Pour s’en assurer, voir les sommaires du journal : ladecroissance.net/?chemin=sommaires 

  3. Sur deux pages tout de même, avec en encadré un texte de Thierry Jaccaud tiré d’un éditorial de la revue L’Écologiste. Deux autres contributeurs font indirectement le lien avec Michéa et ses théories : Cédric Biagini, directeur des éditions L’Echappée (qui éditent Pièces et Main d’Oeuvre) qui est cité comme chroniqueur dans l’ours du journal et Patrick Marcolini, tous deux ayant coordonné le livre controversé Radicalité, 20 penseurs vraiment critiques dans lequel figure un article de Charles Robin sur Michéa et un article d’Olivier Rey sur Pasolini. 

  4. Dans ce numéro, Pallante était présenté comme « notre ami turinois ». Il avait déjà publié dans La Décroissance en décembre 2011. 

  5. Qui a associé pour la décrédibiliser la PMA à la gestation pour autrui ou GPA qui est vraiment, elle, une exploitation du corps des femmes, confusion ceci dit déjà entretenue dans le titre même de l’article. Jaccaud avait déjà été invité dans La Décroissance en mars 2007 et septembre 2012 sans que jamais l’orientation  politique de L’Écologiste ne soit mentionnée. 

  6. En mars 2013, dans le même numéro qui accueillait Jaccaud ! 

  7. lefigaro.fr/vox/societe/2014/07/18/31003-20140718ARTFIG00172-marie-jo-bonnet-lesbienne-feministe-de-gauche-et-opposee-a-la-pma-et-a-la-gpa.php Notons que si la PMA est une revendication ne faisant pas débat au sein des mouvements féministes et LGBTI, en revanche, la GPA, qui implique de faire porter son enfant par une femme tierce (dite « mère porteuse ») est rejetée par nombre de féministes au nom du refus de l’exploitation du corps des femmes qu’elle implique. 

  8. liberation.fr/societe/2014/02/07/le-mariage-est-devenu-de-gauche-un-paradoxe-incroyable_978617