lepen_larechefoucauld

Décryptage du programme écologique du Front national

Un texte d’Ornella Guyet pour Luttons contre le FN, dans le cadre de notre dossier sur l’extrême droite et l’écologie.


Écologie : Que dit le Front national ?

Le fait que le FN parle d’écologie ne date pas de son court compagnonnage avec Laurent Ozon, chantre de la Nouvelle Droite qui a conseillé Marine Le Pen sur ce sujet en 2011. Dès 1981, l’écologie figurait au programme de sa pré-campagne. Depuis 1989, le FN met régulièrement en avant les questions écologistes lors des élections auxquelles il se présente.

En 1996, Bruno Mégret a affirmé lors d’une formation de cadres que « Le Front national est le seul mouvement authentiquement écologiste de France » tandis que Pierre Vial, responsable de l’Institut national de formation du FN (et aujourd’hui de l’association Terre et Peuple) a renchéri : « Notre congrès de mars devra élaborer une plate-forme politique en vue des élections législatives et régionales. Les Français attendent nos propositions, y compris sur l’écologie ».

Libération, présent lors de la conclusion de ce colloque, a précisé à l’époque que depuis 1990, Mégret et Vial ont milité pour que le FN «repense l’écologie». Persuadés que « les partis écolo-gauchistes sont une espèce en voie d’extinction », ils prônaient un retour « à une éthique et une esthétique de la vie qui raniment le sens du sacré et de la durée, et permettent à l’homme de retrouver la conscience de ses racines et de son identité… ». Ainsi « l’identité nationale » retrouverait son « essence écologique ». Bruno Mégret assénait : « Défendre la faune, la flore, les sites, le patrimoine, c’est défendre ce que l’on est, c’est défendre son identité, sa vie. » Contre « l’écologisme cosmopolite », le délégué général du parti d’extrême droite « pose comme essentielle la préservation du milieu ethnique, culturel et naturel de notre peuple ».

En 2010 pourtant, Jean-Marie Le Pen associait encore « l’écologisme » à une « nouvelle religion des populations urbaines aisées ‘bobos gogos‘ de l’Occident » lors d’un colloque organisé par son parti, sobrement intitulé « Réchauffement climatique, mythe ou réalité ».

C’est donc logiquement qu’en février 2013 Marine Le Pen a lancé une campagne sur le thème de la « ruralité » lors d’une visite dans les Charentes.

Lire la suite →


A (re)lire sur Confusionnisme.info :

Saint-Nazaire : des militants de la CGT et des élus FN brisent une lutte écologiste
L’extrême droite mobilisée contre une ferme industrielle dans la Creuse
Le Journal de Béziers : comment le Front national réécrit l’histoire
Ecologie, Monnaie… Le clan Rabhi à l’avant-garde de la confusion
Nettoyage chez Reporterre : encore un effort !


Image de « une » : Marine Le Pen en visite sur le marché de La Rochefoucauld dans les Charentes le 9 février 2013. (Photo La Charente libre)

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page