Le hareng de Bismarck, ou le poison nationaliste

L’initiative communiste ouvrière (ICO) propose une critique du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. L’organisation marxiste analyse :

« Le Hareng de Bismarck (le poison allemand) est le titre du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. Si dans quelques interview, il tempère à peine son propos pour dire qu’il n’a rien contre les Allemands, dans le fond, ce n’est pas seulement contre Angela Merkel ou la bourgeoisie allemande que se dirige sa plume, mais bien contre tous les Allemands, riches ou pauvres, bourgeois ou prolétaires. […] Un tel pamphlet serait risible s’il s’agissait d’une rédaction bâclée d’un lycéen ayant dû subir l’intégrale de Derrick en VO pendant ses cours d’allemand ; de la plume d’un politicien ayant malheureusement une certaine influence dans les cercles de ceux qui veulent changer ce monde, elle instille le poison du nationalisme. »

Mélenchon insiste beaucoup dans son livre sur une « domination allemande » sur l’Europe, dont pâtirait à ses yeux l’économie française. Or, souligne l’ICO, « s’il est vrai que l’Union Européenne est tout sauf égalitaire, la France est, avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne, une des principales puissances impérialistes dans cette union. La France qui dispose d’un des plus puissants complexe militaro-industriel, qui envoie ses troupes au Mali et ailleurs, dont les multinationales comme Bolloré, Total ou Areva contrôlent des pays entiers, serait donc « un pays dominé » ? » A contrario de l’union internationale des prolétaires prônée par Marx, « Toute une partie de la thèse de Mélenchon revient à opposer non pas les prolétaires et les bourgeois, les ouvriers et les patrons, mais les « Français » aux retraités allemands. […] faut-il rappeler qu’en Allemagne comme en France ou ailleurs, la grande majorité des retraités sont des ouvriers et employés en retraite ? L’ouvrier en retraite de Volkswagen est-il l’ennemi de l’ouvrier de PSA ? » Dans une interview à Politis, le leader du Parti de gauche a même été jusqu’à envisager de remplacer « l’Europe allemande » par une « Europe française ». Impérialisme, quand tu nous tiens…

"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous" : un beau slogan pour répondre à Jean-Luc Mélenchon
« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » : un beau slogan à opposer à Jean-Luc Mélenchon
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page