Propagande, haine et meurtre : l’histoire du terrorisme d’extrême droite en Europe

Alors que l’existence d’un terrorisme islamiste sert de prétexte à la libération de la parole et des actes racistes et que certains de nos dirigeants irresponsables agitent le chiffon rouge d’une « guerre de civilisation », nous vous proposons pour mémoire une plongée dans l’histoire du terrorisme d’extrême droite, qui a fait plus de deux cents morts dans toute l’Europe depuis quarante ans. Ce documentaire, diffusé sur Arte en 2012, souligne la complicité dont certains groupes ont pu jouir par le passé de la part de larges pans des appareils étatiques, par exemple dans l’Italie des années de plomb. Mais il montre aussi l’actualité encore prégnante du phénomène, puisque, au-delà du cas spectaculaire d’Anders Behring Breivik, dans les années 2000, une cellule de trois activistes a perpétré en Allemagne des meurtres sur des personnes d’origine immigrée à l’ombre du terrorisme islamiste, qui détournait alors l’attention de la police et à permis à ces néo-nazis d’agir en toute impunité. Encore aujourd’hui, on peut se demander si les militants néo-fascistes partis combattre en Ukraine feront à leur retour l’objet des mêmes mesures de surveillance que les islamistes désireux de rejoindre Daesh.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page