Sylvain Baron se plaint des démosophes « sectaires », « paranoïaques » et « fous »

Sylvain Baron s’est fendu hier d’une vidéo se plaignant de menaces en provenance d’Eric Fiorile et de Bruno Le Floch, dans le cadre de la lutte des egos qui l’oppose à ses concurrents pour la direction d’un Mouvement du 14-Juillet en pleine déliquessence. Il y qualifie les deux démosophes de « gens un peu sectaires, plus que paranoïaques qui relèvent vraiment de la psychiatrie ». Il s’y plaint que sa page Facebook soit « sans cesse trollée par des fous ». Comique, de la part de quelqu’un qui n’a cessé depuis des mois de donner le change à des militants d’extrême droite et conspirationnistes de toutes sortes, en leur ouvrant notamment les pages de son journal, Poil à gratter. Au passage, Baron indique ne plus avoir d’affiliation partisane : il faut donc croire qu’il ne serait plus au M’Pep, fait qui reste à vérifier.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le Monde diplomatique publie un article d’Annie Lacroix-Riz

Dans son numéro de juillet, Le Monde diplomatique a publié un court article d’Annie Lacroix-Riz intitulé « Troublante indulgence envers la collaboration » et dénonçant l’exposition « La Collaboration (1940-1945) », présentée aux Archives nationales comme présentant des aspects visant à réhabiliter Vichy, ainsi que plusieurs ouvrages présentant le même biais. Osant se revendiquer de l’héritage de Robert Paxton, l’historienne stalinienne n’a pu s’empêcher d’y procéder à des raccourcis tels que celui-ci : « Elle fait silence sur les origines de Vichy, le complot contre la République et la débâcle mitonnés depuis 1924, notamment avec la création de la première vague des ligues fascistes, et ne dit presque rien des élites ». Or, si Vichy trouve très certainement une partie de ses origines (pas toutes) dans les ligues fascistes mais aussi dans les écrits de Georges Valois, qui a justement théorisé l’idée de « Révolution nationale » en 1924, en faire une sorte de complot remontant aussi loin dans le temps, soit presque dix ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, est très exagéré. En particulier, que des groupes aient voulu dans les années 1920 et 1930 la chute de la République ne fait aucun doute. Mais en déduire qu’ils auraient mis en place dès 1924 une conspiration en vue de provoquer la débâcle relève du fantasme. Ce faisant, Annie Lacroix-Riz reste fidèle à elle-même, mais il est toujours étonnant de voir un journal de la qualité du Monde diplomatique continuer à lui accorder du crédit.

2015-07-30_lacroixriz_diplo

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Reims : après son dérapage, L’Union fait la leçon

Le quotidien régional L’Union dénonce aujourd’hui l’emballement des réseaux sociaux dans l’affaire du pseudo-lynchage d’une femme en bikini à Reims (cliquer pour agrandir) :

2015-07-26_LUnionCette manière de donner des leçons est assez mal venue de la part du journal qui avait lui-même mis le feu aux poudres en annonçant sans preuves que la jeune femme avait été agressée à cause de « sa tenue légère jugée indécente en pareil endroit », parce qu’elle se serait rebellée, « effarée par un tel discours aux relents de police religieuse ». L’affaire s’est depuis révélée bien plus triviale, mais pose une fois encore la question de la responsabilité de certains médias dans la montée en épingle de faits divers libérant la parole raciste. Et que dire enfin de la manifestation ridicule organisée par SOS-Racisme pour soutenir le droit de se vêtir en maillot de bain dans les parcs et contre la haine religieuse, alors que cette dernière n’était absolument pas en cause ici mais que se déchaînait au contraire un peu partout sur le web des torrents de racisme anti-musulmans ou supposés tels ?

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

En Suède, l’extrême droite prétend organiser une Gay Pride

Page Facebook de la Gay Pride nationaliste.
Page Facebook de la Gay Pride nationaliste.

En marge de la Gay Pride, qui est à Stockholm un véritable festival qui dure plusieurs jours, l’extrême droite n’hésite pas à récupérer l’événement en organisant le 29 juillet prochain sa propre « Marche des Fiertés », qui est censée traverser des quartiers populaires et se veut une provocation à destination de ceux de leurs habitants, nombreux, qui sont musulmans ou d’origine musulmane et donc supposés homophobes, selon l’extrême droite locale. Derrière cette « Pride Järva » se trouve Jan Sjunnesson, ancien rédacteur en chef du journal des Démocrates suédois, le Samtiden, qui travaille aujourd’hui pour un forum raciste, Avpixlat, dont le rédacteur en chef, Mats Dagerlind, soutient également l’initiative (lire ici en anglais et ici et en suédois). En France, cette initiative a été relayée avec beaucoup de mauvaise foi par Résistance républicaine et Breiz Atao. Les deux sites d’extrême droite font ainsi mine de s’offusquer que la gauche radicale et les mouvements LGBTI suédois protestent contre cette initiative : « L’extrême-gauche a donc décidé d’organiser une “anti-Gay Pride” pour soutenir le “droit à l’homophobie” des musulmans, explique ainsi le site breton, repris par le site jacobin. Mieux, elle demande à ce qu’elle soit interdite par les autorités en tant “qu’incitation à la haine” contre les musulmans, leur sentiment homophobe pouvant être “heurté”. Gauche et militants gays se mobilisent donc, par antiracisme, en faveur des musulmans et de leur droit à haïr les homosexuels. Une sorte de “privilège” réservé aux orientaux d’obédience islamique. Ce que l’on appelle communément un cas patent de schizophrénie. » Encore un bel exemple de l’opportunisme de l’extrême droite, qui est prête à récupérer n’importe quelle cause pour se faire valoir !

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le « Sommet des consciences », vaste farce écolo-religieuse

Une belle brochette de farceurs.
Une belle brochette de farceurs. (Source : La Croix. Cliquer pour agrandir)

Les 20 et 21 juillet derniers s’est tenu un « Sommet des consciences pour le climat » qui a réuni a Paris des représentants des grandes religions, en vue de préparer la Cop21. Le journal La Croix, qui était partenaire de l’événement, indique que celui-ci était « une initiative conjointe de Nicolas Hulot, envoyé spécial auprès du président de la République française, de l’association Alliance of Religions and Conservation (ARC), de Bayard (éditeur de La Croix), du R20 (réseau associant collectivités locales et entreprises, fondé par Arnold Schwarzenegger) et du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ». Une quarantaine de personnalités religieuses de toutes obédiences et d’hommes politiques s’y sont retrouvés, dont le président François Hollande, l’ex-secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, le Prince Albert de Monaco, Nicolas Hulot, Ségolène Royal, mais aussi le patriarche œcuménique Bartholomeos 1er (Eglise orthodoxe de Constantinople), le cardinal Turkson (catholique), Maître Zhang Gaocheng (taoïste), des représentants juifs, bouddhistes, hindous ou musulmans ou encore de peuples amazoniens, ainsi que l’indispensable Vandana Shiva (liste complète ici : whydoicare.org/fr/le-sommet-des-consciences). Même les Colibris de Pierre Rabhi étaient là :

12346456_1510922299207842_1677820086558621097_nEn revanche, Arnold Schwarzenegger a préféré se décommander à la dernière minute afin d’assurer la promotion du dernier Terminator. Le tout a débouché sur un « appel des consciences » qui en appelle à la réflexion intime des dirigeants politiques pour sauver le climat : « Alors que vous vous préparez à venir à Paris, nous souhaitons vous demander de réfléchir à votre  rôle personnel, de vous interroger sur ce qui vous a conduit aux fonctions que vous occupez aujourd’hui, et, pour cela, de vous poser, en votre for intérieur, cette simple question : Why do I care ? Votre réponse sera sans doute très intime. » L’appel vise à « inciter au questionnement individuel chacun d’entre nous, quel que soit son rôle, son investissement, sa mission au regard des négociations à venir » et cite le Pape François comme une référence. En bref, encore un énième raout aussi coûteux que ridicule et inutile, n’ayant d’autre but que de nourrir la bonne conscience de ceux qui, par leurs décisions et prises de position, contribuent à transformer l’écologie en vaste farce sans débouchés.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Alain Soral et Dieudonné lancent leur parti et rencontrent Jean-Marie Le Pen

Alain Soral et Dieudonné ont finalement lancé, dans l’indifférence médiatique la plus totale, leur parti Réconciliation nationale. L’objectif est notamment de se distinguer du Front national, accusé de vouloir adopter sous la houlette de Marine Le Pen conseillée par Aymeric Chauprade un positionnement « pro-israélien ». Peu après, on a appris que Jean-Marie Le Pen avait fêté son 87e anniversaire en compagnie des deux compères. Le signe d’un rapprochement à venir, en vue de concurrencer le FN dont le patriarche rêve de se venger depuis son éviction récente ?

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le rap d’extrême droite, ça existe !

Les Inrocks viennent de publier un article sur le rap d’extrême droite. La tendane, lancée par Goldofaf, monte en puissance depuis quelques années avec pour représentants notamment Kroc Blanc et Amalek, des rappeurs qui se situent, si tant est que ce soit possible, à droite du FN. A côté de cette scène identitaire, l’article aborde aussi le cas des rappeurs issus de la mouvance Soral et Dieudonné, comme le SKS Crew.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Russie et Grèce : des procès à suivre

10995610_1677680795793908_3091674201233652150_oLe procès d’Alexandre Koltechenko et d’Oleg Sentsov vient d’ouvrir il y a quelques jours en Russie. Aujourd’hui, c’est le procès de militants anti-austérité, arrêtés lors de la manifestation du 15 juillet dernier, qui a commencé en Grèce. Une pétition de soutien a été déposée à l’ambassade de Grèce, notamment par Alain Krivine. Voici un extrait du texte de la pétition : « Le gouvernement SYRIZA-ANEL, qui a adopté le nouveau mémorandum dans la lignée des gouvernements précédents, prouve qu’il ne peut ni mettre en œuvre les nouvelles mesures d’austérité qui détruisent la vie des travailleurs et du peuple en Grèce ni réussir à opérer un renversement du NON massif de la classe ouvrière, sans recourir à la forme ultime de la domination sociale : la violence policière d’État et la répression. «  Nous essaierons de vous tenir au courant autant que possible du déroulé des événements.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

François Asselineau : « La Réunion, une terre française depuis toujours »

Pour François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine (UPR), l’île de la Réunion sur laquelle il s’est rendu récemment est une « terre française depuis toujours ». Voici la citation complète, tirée d’un communiqué vantant l’arrivée d’un 8000e adhérent issu de l’île :

« Il m’apparaît aussi comme un merveilleux symbole : car « la Réunion » porte bien son nom. Dans cette terre française depuis toujours, des Français de toutes les ethnies, de toutes les religions, de toutes les convictions, y vivent de façon harmonieuse, dans une « réunion » autour des grandes valeurs de la France et de la République.

Au fond, l’idéal de l’UPR est justement de « réunir » les Français du XXIe siècle autour de l’amour de la France et des idéaux d’égalité et de justice dont notre pays est porteur, et dont le modèle réunionnais est l’un des plus émouvants exemples. »

Alors que la France elle-même n’a pas été « française depuis toujours » (faut-il encore rappeler que les États et les nations tels que nous les connaissons sont des constructions historiques relativement récentes ?), c’est pourtant encore moins le cas de ses ex-colonies comme la Réunion, colonisée aux tournants des 17e et 18e siècles. Reprenant la propagande touristique, le leader de l’UPR, qui y a effectué un voyage récent, y a vu une société « harmonieuse ». Pourtant, derrière les clichés, comme dans toutes les sociétés issues de la colonisation et anciennement esclavagistes, les discriminations tant sociales que raciales ou de genre persistent aussi à la Réunion (un exemple parmi d’autres). François Asselineau est apparemment en très grande forme en ce moment, puisqu’il a aussi appelé ces jours derniers les éleveurs en colère, pourtant pour la plupart membres de la FNSEA et premiers bénéficiaires de la Politique agricole commune (Pac) à rejeter l’Union européenne comme cause de tous leurs maux, mais aussi les militants des autres partis politiques et notamment ceux du NPA, du MRC, de Debout la France et du FN à rejoindre l’UPR pour ne pas « se faire « syriser » ».

 

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Jacques Nikonoff, Jacques Myard et Gabriel Rabhi dînent chez Raphaël Berland du Cercle des Volontaires

Autour des petits fours du Cercle : Jacques Nikonoff, Jacques Myard, Gérard Foucher et Gabriel Rabhi.
Autour des petits fours du Cercle : Jacques Nikonoff, Jacques Myard, Gérard Foucher et Gabriel Rabhi.

Le dernier Dîner du Cercle, l’émission de débat du Cercle des Volontaires (CDV), a réuni Jacques Nikonoff (Parti de l’Émancipation du Peuple – ex-M’Pep), le député républicain Jacques Myard, Gabriel Rabhi et Gérard Foucher, un écrivain qui s’intéresse à la création monétaire. Notons s’agissant de Myard qu’il est en ce moment en délégation parlementaire en Russie et en Crimée occupée, en compagnie notamment de Claude Goasguen et Thierry Mariani. Quant à Rabhi, il semble que ce soit devenu un habitué du CDV, pour lequel il a récemment écrit deux articles au sujet de la crise grecque. Le prochain dîner devrait réunir Claude et Lydia Bourguignon, deux militants écologistes promoteurs de la biodynamie (une version anthroposophique de l’agriculture biologique) qui sont peu regardants sur leurs collaborations médiatiques (on les a vus par exemple sur MetaTV) et qui sont relayés notamment par Égalité et Réconciliation.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page