Bohort Mignolet (Mouvement du 14-Juillet) détenu au Cra de Vincennes ?

2015-12-06_mignolet_cra_cdv

Le Belge Bohort Mignolet, qui occupe l’église Sainte-Rita avec le Mouvement du 14-Juillet, prétend avoir été placé pendant six jours en rétention au Centre de rétention administrative de Vincennes suite à sa participation aux chaînes humaines du 29 novembre contre la Cop 21. Et horreur ! On l’y a privé de sa caméra : « les conditions là-bas ne sont pas terribles du tout, explique-t-il benoîtement au Cercle des Volontaires. La preuve : on ne peut pas emmener de caméra, on ne peut pas filmer parce que c’est révoltant. » Néanmoins, la police continue de rester son amie : « Maintenant les forces de l’ordre qui sont là sont des êtres humains, ils parlent avec politesse et tout ça, donc on ne peut pas en vouloir à ceux qui nous détiennent dans le centre administratif parce que voilà, ils n’y peuvent rien, ils suivent des ordres. Donc au niveau du traitement dans le centre sans-papiers il n’y a rien à dire, ils sont corrects et tout ça. » Ah bon ? « A part que évidemment les toilettes c’est dégueulasse, la bouffe, c’est dégueulasse, si on veut dormir on caille, on a une couverture d’à peine trois centimètres, on peut avoir certaines heures pour prendre des boissons ou quoi… […] les détentions sont avec une certaine précarité inhumaine. » Selon lui, deux Belges y seraient encore détenus, et Mignolet d’appeler à la solidarité avec eux « car c’est aussi des citoyens du périmètre Schenghen, ils ont le droit d’être en France, ils ont les papiers ». En revanche, pour ce qui est de la solidarité avec tous ceux qui n’ont pas ue la chance de naître du bon côté de la frontière européenne, on repassera… Et de sous-entendre que les attentats récents auraient été fomentés par « l’oligarchie » pour les mettre sur le dos des réfugiés fuyant les guerres fomentées par cette même « oligarchie ». La conclusion de cette interview vaut son pesant de cacahuètes : « Alors je sais qu’il y a énormément de conflits entre la gauche, la droite, le milieu mais à un moment donné vous devez bien comprendre que si vous n’êtes pas d’accord avec cette oligarchie on a besoin de tout le monde, on a besoin de l’extrême droite, on a besoin de l’extrême gauche, on a besoin du milieu, on a besoin des animaux, de nos enfants, des insectes… On a besoin de toute la population ! » Et pour s’organiser efficacement face aux forces de l’ordre, il préconise une alliance de « dissidents » incluant Le Poil à gratter de Sylvain Baron, le site complotiste Le 4e Singe, les agriculteurs ou les Bonnets rouges…

Source : cercledesvolontaires.fr/2015/12/04/consequences-de-letat-durgence-un-citoyen-belge-place-en-centre-de-retention-pour-migrants-2/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Pour Benjamin Ball, on peut convaincre des fachos de respecter la parole des sans-papiers

La nouvelle création de Ball, "les Jedis pour la justice climatique", est contre les "banksters", notion promue par l'extrême droite. Photo Michela Cuccagna pour Streetpress.
La nouvelle création de Ball, « les Jedis pour la justice climatique », est contre les « banksters », notion promue par l’extrême droite. Photo Michela Cuccagna pour Streetpress.

Benjamin Ball sur Streetpress le 30 novembre 2015 :

« C’est ma vision de la mobilisation. Il n’y a pas d’ennemis de classe. Le flic, le curé, le patron, et même le facho sont des êtres humains. C’est sûr, il faut écrire en très gros et crier très fort qu’on est contre les idées d’extrême droite. Après, si les mecs viennent quand même, et qu’on arrive à leur faire accepter que l’avis des sans-papiers compte autant que le leur, j’estime que c’est une victoire sur le fascisme. »

Pour rappel, Benjamin Ball, ancien de Nouvelle Donne, est une figure bien connue des milieux militants parisiens, qui s’est largement décrédibilisée par ses pratiques et ses fréquentations. Lieutenant de Xavier Renou, il a longtemps eu comme bras droit Grégory Pasqueille, passé depuis dans le camp néo-nazi. En son temps, Indymedia Paris l’avait épinglé à plusieurs reprises. Voici trois articles publiés à l’époque par le site militant :

28042011-fausse_amie_-_la-manif_sarkozy-dc3a9gage_du_1mai
4102011-copwatch-benjamin_ball_fait_son_bizz
25112012-copwatch-le_retour_des_branquignoles

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Des « libertaires » se présentent aux élections….

Alors que le mouvement anarchiste est normalement anti-électoraliste, un mouvement se présente sous l’étiquette « libertaire » aux élections régionales en Ile-de-France. Fluo (pour Fédération libertaire unitaire ouverte) est composée de candidats issus du Parti pirate, d’une ancienne porte-parole du Strass (Syndicat du Travail sexuel) et d’une militante d’Act-Up, entre autres. Fondé sur une idée de Sylvain de Smet (élu écologiste au conseil régional et dissident d’EELV), la liste présente un programme axé sur la prévention des risques en matière de Sida, de drogues, ou de prostitution ou encore en faveur d’un logement pour tous ou de mesures écologistes. On y trouve aussi une référence à la mise en place d’un revenu de base universel à l’échelle régionale ou d’une monnaie régionale, mais aussi la proposition, étrange pour une liste se disant féministe, de « développer dans les établissements gérés par la région des toilettes publiques mixtes ainsi que des vestiaires mixtes notamment dans les lieux sportifs », qui sont pourtant en général les derniers endroits ou les femmes ont envie de croiser des hommes inconnus.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page