Bernard Langlois fan d’Alain de Benoist

L’éviction du Yéti de Politis, qui a mis en joie plusieurs de nos lecteurs, nous a donné l’occasion de nous repencher sur le cas de Bernard Langlois, fondateur du journal et figure du mouvement altermondialiste qui continue contre vents et marées de soutenir le blogueur confusionniste. Déjà il y a quelques mois, à l’occasion d’autres commentaires en soutien au Yéti, nous notions : « Pour rappel, Bernard Langlois avait participé en 1992 au n°12 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist. Erreur de parcours ? Le doute est permis, puisqu’il rendait encore hommage à l’intellectuel d’extrême droite sur Twitter en 2013. » En refouillant les poubelles du web, nous n’avons pas été déçus ! Langlois a de nouveau diffusé un texte d’Alain de Benoist en décembre 2014. Aux lecteurs qui ont pointé le problème, il a fait la même réponse que précédemment, à savoir que c’était le contenu du texte qui l’intéressait et pas l’identité ou l’orientation politique de son auteur et en affichant de nouveau son estime pour l’intellectuel phare de l’extrême droite française :

2015-12-11_Langlois_DeBenoist2Répondant avec une condescendance toute sexiste quand une femme lui a posé le problème, il a évoqué le proverbe du doigt qui regarde la lune :

2015-12-11_langlois_luneMais que vient faire ici cette fumeuse comparaison ? Langlois a développé plus récemment, en réponse à des lecteurs scandalisés qu’il ait diffusé le 19 novembre dernier un post du blog Les Crises reprenant une interview sur France Inter d’Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs actuelles, à propos de supposées révélations de Bernard Squarcini, ex-directeur de la DCRI sur les relations entre services secrets français et syriens, les premiers étant accusés d’avoir refusé des informations des seconds sur les djihadistes français combattant en Syrie. Bien que la source ait été jugée douteuse par nombre de ses collègues et lecteurs, voici ses réponses :

2015-12-11_langlois_yéti32015-12-11_Langlois_crises2Ont suivi les leçons de morale, dont l’histoire du fameux doigt qui regarde la lune :

2015-12-11_langlois_minute22015-12-11_langloisluneUn lecteur a souligné qu’à côté de Minute, feu le journal rouge-brun de Jean-Edern Hallier L’Idiot International avait lui aussi révélé l’information sur la fille cachée de François Mitterand. Dans sa réponse, Langlois nous apprend que même ce dernier a pu trouver grâce à ses yeux :

2015-12-11_langlois_idiotinternationalConclusion : Bernard Langlois n’est pas gêné de mettre sa notoriété au profit de la promotion d’auteurs d’extrême droite ou réactionnaires, contribuant ce faisant à banaliser leurs idées au sein de la gauche de gauche que pourtant il prétend avec d’autres incarner. Mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est sa constance dans la confusion…

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page