Tariq Ramadan sur l’homosexualité

2015-11-29_ramadan_qatarIl y a quelques jours, le magazine marocain Tel Quel révélait que Tariq Ramadan avait encore tenu des propos polémiques sur l’homosexualité lors d’une conférence à Doha au Qatar. Expliquant que « Dans tout l’occident, il y a une volonté de normaliser l’homosexualité dans l’enseignement du fait que c’est un comportement normal », il appelle les parents musulmans à contrer ces discours auprès de leurs enfants, les invitant à « «être présents aux côtés de leurs enfants pour leur dire ce que l’islam dit à propos de l’homosexualité et leur faire comprendre que dans la religion, il y a le respect des individus même si nous ne sommes pas d’accord avec ce qu’ils font. […] On ne peut pas normaliser ça» SOS-homophobie a diffusé la vidéo de la séquence. Ce n’est pas le première fois que les positions de Tariq Ramadan sur ce sujet sont critiquées. Deux chercheurs sénégalais avaient pointé un discours tenu dans leur pays en 2013. Alors que l’homosexualité est pénalisée au Sénégal, Ramadan s’y posait cette fois-ci en parangon de tolérance. Après avoir rappelé ses liens avec les frères musulmans et le prédicateur Yûsuf al-Qaradhâwî dont l’homophobie de fait aucun doute, les chercheurs insistaient sur le contexte sénégalais dans lequel Ramadan s’exprimait, et montraient que ses propos n’avaient rien d’incompatibles avec les discours plus sévères tenus en d’autres lieux :

« À noter aussi que les prises de parole du prédicateur au Sénégal ne sont pas toujours vues d’un bon œil, de loin s’en faut, de la part des intellectuels sénégalais. Ces derniers lui font le grief d’entretenir une forme de paternalisme à l’égard de ses coreligionnaires africains. […] Ensuite, les propos que T. Ramadan a tenus au Sénégal, jamais il ne les a tenus, et sans doute ne les tiendra-t-il jamais, au Qatar ou au Maroc, monarchies au sein desquelles il entretient pourtant des relations de proximité, voire d’amitié avec toutes sortes d’acteurs importants, des gens influents de la politique et de la culture. Sans doute craint-il de se couper des réseaux qui l’entretiennent, dans la mesure où il a des charges universitaires aussi bien à Doha qu’à Casablanca. Le fait est qu’en s’adressant aux Sénégalais dont il n’accepte pas une seule contradiction – paternalisme ? -, Tariq Ramadan parlait surtout à ceux qu’il appelle les « Occidentaux », et aux Français qu’il dit « déranger » pour donner des gages d’un discours tolérant dont il serait porteur. »

Si sur ce sujet, Ramadan répète souvent qu’il faut néanmoins respecter les individus mais si on désapprouve leurs pratiques, notons qu’il s’agit là d’un discours pas si différent de celui tenu par certains responsables de la Manif pour Tous qui, au moment de ses grandes mobilisations, récusaient sur ces mêmes bases être homophobes. Sur son site, Ramadan prend d’ailleurs prétexte de l’intolérance des autres religions ou même de Freud à l’égard de l’homosexualité pour appuyer le fait qu’il soit justifié de la condamner en islam (voir : tariqramadan.com/blog/2009/05/28/islam-et-homosexualite/). Lors d’un meeting récent à Saint-Denis, l’islamologue a par ailleurs tenu des propos problématiques sur les événements récents, rapportés par Libération : « le 13 Novembre est un prétexte pour engager la guerre. […] Les sources [de l’islamophobie], on les connaît : 80% des discours sont liés à des organisations aveuglément pro-sionistes. »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page