La gauche

Des dérives confusionnistes à gauche et dans la gauche radicale…

Pierre Henry (France Terre d’Asile) piégé par le Cercle des Volontaires

Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile, a participé avant-hier au « Dîner du Cercle », tourné en direct dans les locaux du Cercle des Volontaires avec Francis Cousin (philosophe soralien) et Bassam Tahhan (fidèle soutien de Bachar Al-Assad). Il s’est justifié sur Facebook en expliquant avoir été piégé (cliquer pour agrandir) :

2015-09-27_pierrehenry_cdv22015-09-27_pierrehenry_cdv

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Belgique : le rappeur dieudonniste Médine à la Manifiesta

Le rappeur Médine, soutien de Dieudonné, a donné un concert à la Manifiesta, fête annuelle de soutien à Solidaire, le journal du Parti du Travail de Belgique (PTB), le 19 septembre dernier. Le chanteur est présenté ainsi sur le site de l’événement : « avec sa voix de granit qui gifle la musique et interpelle l’auditeur, Médine a remis le rap au service d’une parole engagée et responsable. » Selon nos informations, la polémique n’a visiblement pas conduit à l’annulation de ce concert. Une rencontre a même été organisée « pour que ceux qui le souhaitent aient l’opportunité de l’interroger et de discuter avec lui sur son actualité musicale, sa vision sur la politique en France et au niveau international et de débattre autour de notre volonté commune de combattre l’ignorance, le défaitisme et l’individualisme ». Dans un communiqué destiné à justifier ce choix, Solidaire explique que « s’il a fait le geste de la « quenelle », il a aussi dénoncé ceux qui voulaient lui donner un contenu raciste ou antisémite » (ben voyons…) et cité une interview dans laquelle le chanteur expliquait à la revue du PTB qu’il entendait combattre Soral sans le nommer et relativisait son appartenance à l’extrême droite en expliquant qu’on en trouvait des équivalents ailleurs dans le champ politique : « Ce n’est pas forcément mon travail de démasquer les uns et les autres, dans ce marasme politique actuel où des Soral, il y en a à droite et à gauche, à l’UMP, au PS. Mon travail est de mettre en évidence leurs contradictions. Et Dieu sait que les contradictions chez monsieur Soral, cette distorsion de la réalité vont bon train dans ses discours. Mais cela se fait tout seul. Je n’ai pas besoin de le nommer, on comprend que les contradictions sont très présentes dans ce qu’on appelle aujourd’hui la “dissidence”. Cette prétendue dissidence ne fait finalement qu’amener beaucoup de complotisme, de désarroi, jette un peu plus de flou dans les quartiers populaires aujourd’hui. »

Cliquer pour agrandir.
Extrait du site de la manifiesta. Cliquer pour agrandir.
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La dernière de Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon, encore, sur la crise migratoire, il y a deux jours : « Après avoir transformé la Grèce en protectorat, le gouvernement allemand veut désormais punir les États européens qui ne se plient pas à ses exigences. » Question : ces États européens que Mélenchon prétend défendre incluent-ils ceux qui mènent des politiques directement inspirés de l’extrême droite comme celui de Viktor Orban en Hongrie ?

Source : jean-luc-melenchon.fr/2015/09/15/migrants-leurope-allemande-dicte-ses-ordres/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

L’ami anthroposophe de Jean-Luc Mélenchon

Le quotidien Le Progrès nous informe que « Jean-Luc Mélenchon est arrivé mercredi soir dans le Jura pour y suivre la campagne de vendanges 2015 chez son ami Claude Buchot, viticulteur bio à Maynal. » Or, le blog Alors ça pousse, qui est favorable à ce genre de pratiques et qui vend les produits de Claude Buchot, nous apprend que cet agriculteur est un adepte des pratiques anthroposophiques promues notamment par Pierre Rabhi, et qui se traduit en agriculture par la pratique de la biodynamie, une forme d’agriculture biologique reposant sur les préceptes totalement irrationnels développés par Rudolf Steiner, le fondateur de ce mouvement. Par ailleurs, selon Le Progrès, « le fondateur du Parti de Gauche tourne un film pour promouvoir le vin comme objet de culture et de civilisation. » Voir (cliquer pour agrandir) :2015-09-11_mélenchon_vendanges 2015-09-11_mélenchon_vendanges2

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Jean-Luc Mélenchon : « Nous préférons la France à tout autre chose »

Dimanche dernier, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de « C Politique » sur France 5. A propos de la crise des migrants, il a déclaré que s’il fallait les accueillir, on ne pourrait le faire sur la durée :

« Les gens nous devons les accueillir pour la raison qu’il n’y a aucune autre solution rationnelle […]. On ne peut faire autrement que notre devoir humain […]. Et j’adjure que tout le monde comprenne que la loi du cœur est la bonne dans ce cas. Mais après comme responsable politique, on ne doit pas se moquer des gens. Cette année, le gouvernement allemand dit qu’il va accueillir 800 000 réfugiés. Supposons qu’il le fasse réellement […]. Et l’année suivante ? Accueilleront-ils 800 000 personnes de plus ? Et l’année d’après ? Ce n’est pas sérieux. Nous ne pouvons pas faire face à la situation avec de telles méthodes. Il faut donc dissuader les gens de partir en leur donnant des raisons de rester. C’est à dire qu’il faut que nous assumions nos responsabilités. C’est l’Europe avec les Etats-Unis qui ont déclenché la guerre d’Irak qui a déclenché une pagaille gigantesque. C’est l’Europe qui a entretenu les troubles d’opposition qui ont emmené la guerre en Syrie. […] Par conséquent, il faut maintenant arrêter cette politique-là, traiter les causes, parce que nous ne seront pas capables d’accueillir des vagues humaines de cette ampleur. […] Ce qui sont là, nous ne les rejetterons pas à la mer. Mais il est urgent d’arrêter l’hémorragie qui fait que ces gens sont obligés de partir. Donc débrouillons-nous pour faire la paix en Syrie. »

Et d’en appeler pour ce faire à rouvrir des discussions avec Bachar Al-Assad, à l’instar de ce que fait Poutine, en vue d’imposer un « gouvernement d’union nationale » qui réunirait, si on le suit, des partisans de Bachar et « tous les démocrates de ce pays ». Et qui devrait imposer un tel gouvernement ? « Nous puissances occidentales ». Colonialisme, quand tu nous tiens… Par ailleurs, sur la question de l’Europe et de l’euro, le leader du Parti de gauche a déclaré : « Nous préférons la France à tout autre chose, et le diable l’emporte qui n’est pas avec nous. La France, notre indépendance, notre liberté, la démocratie. Ce sont des valeurs fondamentales de l’Europe, elles ont disparu du rêve européen. » Enfin, à la question de savoir qui était le plus à même de battre Marine Le Pen, il a modestement répondu : « Moi, parce que je suis ce qui est le plus le contraire. Et par conséquent, c’est ce qui est le plus respectueux de l’intelligence des Français. » Et comme conseil de lecture pour la rentrée, le livre de Jean-Christophe Cambadélis (PS) : « Celui de Camba est intéressant et bien écrit. Évidemment je suis en désaccord complet, mais je pense que ça vaut la peine pour bien comprendre le parti socialiste d’aller lire le dernier des Mohicans, le dernier qui croit à la social-démocratie. » Voir quelques tweets de Jean-Luc Mélenchon pendant cette émission (cliquer pour agrandir) :

2015-09-11_JLMélenchon_CPolitique2

2015-09-11_JLMélenchon_CPolitique

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Podemos nomme Thomas Piketty conseiller économique

Pablo Iglesias et Thomas Piketty lors d'une précédente rencontre en janvier à Madrid. (Source : El Economista)
Pablo Iglesias et Thomas Piketty lors d’une précédente rencontre en janvier à Madrid. (Source : El Economista)
Podemos, la formation espagnole alliée de Syriza et du Front de Gauche, vient de nommer Thomas Piketty à son  « comité international d’experts » dans le but de construire son programme économique pour les élections de décembre prochain. Cet économiste, auteur du best-seller Le Capital au 21e siècle (Seuil, 2013) qui porte sur les inégalités, a réussi l’exploit de devenir la coqueluche à la fois d’une certaine gauche critique et des dirigeants du monde entier, dont Barack Obama, qui l’a reçu suite à la parution de son livre. En 2005, Piketty avait fondé, à la demande de Dominique de Villepin alors premier ministre, l’Ecole d’économie de Paris, en vue de « rivaliser avec la London School of Economics« . Proche du Parti socialiste, il est membre du comité d’orientation scientifique de l’association « À gauche en Europe », fondée par Michel Rocard et Dominique Strauss-Kahn et a soutenu Ségolène Royal puis François Hollande (qu’il critique aujourd’hui) lors des deux dernières élections présidentielles. Pour ajouter à son caractère subversif, il avoue sans gêne n’avoir « jamais vraiment essayé » de lire Le Capital de Marx, auquel le titre de son livre fait pourtant explicitement référence, trouvant ce livre « très difficile » (ce qui ne l’empêche pas d’en discuter certains aspects, souvent à l’emporte-pièces, dans son propre ouvrage). Qu’un tel « expert », qui ne fait que pointer certains « excès » du capitalisme sans jamais remettre en cause ce dernier, puisse être nommé conseiller de Podemos, voilà qui n’augure rien de bon pour le futur programme économique de ce parti. Du coup, on attend avec impatience de connaître les noms des autres membres de ce « Comité international d’experts ». Lors de sa visite récente à Paris, lors de laquelle il a fait cette annonce, Pablo Iglesias, le leader de Podemos, a également rencontré Jean-Luc Mélenchon mais aussi les « frondeurs » du Parti socialiste. Il a ainsi déclaré : « Nous voulons nous asseoir avec tout le monde, et en particulier avec ceux qui viennent de la famille socialiste et qui ne sont pas d’accord avec les orientations de cette famille ces dernières années ».

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Fakir interviewe un militant de la FNSEA

fakir_été2015Afin de savoir où en était ce journal, nous nous sommes procurés le numéro estival de Fakir. Encore une fois, nous n’avons pas été déçus. Ça commence dès la « une », illustrée par un dessin à forte connotation sexiste (voir ci-contre, cliquer pour agrandir). A l’intérieur, à côté d’un sujet sur les Contis ou d’une interview d’un journaliste de La Tribune (sic) à propos de la crise grecque, on trouve un dossier sur l’élevage de porcs en Bretagne. Rencardé par la FDSEA, le journal picard a offert une tribune à David Riou, responsable du Comité régional porcin, président de la Pig Parade et, ce que Fakir a omis de préciser, militant chez les Jeunes agriculteurs du Finistère (un syndicat affilié à la FNSEA). Si la critique des aspects les plus maltraitants de ce type d’élevages est bien là, ce qui ressort néanmoins, c’est une forme d’empathie assez gênante envers ce représentant d’un syndicat de droite qui s’est notamment illustré ces derniers mois en attaquant la Zad du Testet, sous prétexte de « comprendre comment il raisonne, quelles sont ses contraintes ». Car Fakir ne peut rompre avec sa ligne productiviste. On sent d’ailleurs poindre une touche de nostalgie quand le journal se demande, à propos des fondateurs de la filière porcine en Bretagne : « Mais où est passé l’esprit pionnier ? » soulignant, pour qui veut l’entendre, que « c’est une épopée qu’on vécue les hommes. On peut, aujourd’hui, critiquer le complexe agro-alimentaire, mais sans négliger l’élan qui a animé ses initiateurs. Et qui a, bel et bien, fait décoller la Bretagne ». La conclusion du dossier, qui a aussi fait un crochet par le marché au porcs de Plérin (Côtes d’Armor) est sans surprise qu’il faut du protectionnisme et plus d’État pour réguler le marché. Ailleurs dans le journal, un reportage sur l’évolution du Canal du Midi, sous prétexte de refaire une partie du voyage des deux héros du Tour de France par deux enfants, ouvrage édité à des millions d’exemplaires sous la 3e République pour enseigner aux enfants l’histoire et surtout l’amour de la patrie. Également, dans ce numéro, des brèves d’un goût très douteux, comme celle-ci : « Bien dilatés – Cambadélis (PS) : « Il faut que les militants arrêtent de se regarder le nombril. » Ils feraient mieux de se regarder le cul, pour mesurer à quel point ils se sont fait avoir… » En revanche, la rubrique tenue par BRN a disparu. La faute au lancement de Ruptures ? Fakir met en tout cas un tel zèle à défendre l’État-nation qu’on se demande bien comment il a pu être cet été la cible de militants d’extrême droite taguant ses locaux avec les mots « Traîtres à la France ».

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Danielle Simmonet (FdG) dénonce Sapir mais cite RT

Danielle Simonnet, conseillère Front de Gauche de Paris, sur twitter le 25 août dernier :

Danielle Simonnet 25082015C’est bien d’expliquer que son programme n’a rien à voir avec celui du Front national. Mais le faire une interview accordée à Russia Today (RT), média russe pro-Poutine, dont le régime est pourtant connu pour ses liens avec l’extrême droite française et européenne avec laquelle RT est spécialement complaisante, n’est-ce pas un peu « Irresponsable » ?

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Eric Hazan : « La police avec nous ! »

Le 14 juillet dernier, Judith Bernard a publié sur son site Hors-Série un débat entre Frédéric Lordon et Eric Hazan enregistré le 27 novembre 2014 au Lieu-Dit à Paris. Hazan l’a conclu ainsi, pour le plus grand bonheur de Lordon qui n’a pas eu à le dire :

« Un de mes points de divergences avec les camarades du Comité invisible – j’essaye de leur montrer le lumière mais ils ne veulent pas la voir : c’est une erreur totale de prendre les forces de l’ordre – la police – comme un tout homogène et de la figer en lui montrant qu’on lui voue une haine indiscriminée. Quel rapport y-a-t-il entre les Bac – les brigades anti-criminalité qui sont des cowboys racistes immondes et les types de trois (sic), les petites patrouilles sur le boulevard de Belleville où il y a souvent un Arabe et une femme qui vont… Heu… Allez, chasser, empêcher de travailler les vendeurs de maïs grillé. Ce n’est pas les mêmes ! Il faut jouer la contradiction à l’intérieur des forces de l’ordre. la défection des forces de l’ordre a toujours été le moment critique des insurrections, celle où elles sont passées du côté victorieux. Et quand il n’y a pas de défection des forces de l’ordre, l’insurrection est massacrée, comme ça a été le cas en juin 1948 où la garde mobile a massacré l’insurrection, comme ça a été le cas pour l’insurrection spartakiste où les Freikorps, qui étaient des mercenaires, ont massacré l’insurrection. Il faut dire : « la police avec nous ! » »

Ainsi selon Eric Hazan, il n’est pas pertinent de juger l’action de la police à l’aune de sa fonction sociale, qui est d’être le bras armé de l’Etat et du capital. Il y aurait donc d’après lui des bons flics, ce qui ne font « que » chasser (gentiment ?) les vendeurs à la sauvette (des pauvres d’origine étrangère) des quartiers populaires de Paris et qui se distingueraient par leur côté black-blanc-beur (faut-il en conclure que cela leur permettrait d’échapper à tout racisme et sexisme, eux qui chassent tout aussi bien les migrants du quartier de Belleville, parmi lesquels de nombreuses femmes prostituées chinoises ?), à opposer aux brutes racistes de la Bac. Étonnante analyse, pour quelqu’un qui édite tout  la fois le Comité invisible ou des proches des Indigènes de la République, entre autres choses.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Bernard Langlois, son soutien au Yéti et ses élans réactionnaires

Un lecteur (merci à lui) nous a signalé les flatteries de Bernard Langlois, fondateur de Politis, a l’endroit du blogueur confusionniste Le Yéti, hébergé par le site du journal. Langlois assume partager les analyses de haute volée proposées sur la situation internationale par le Yéti, pourtant connu pour sa complaisance avec divers régimes autoritaires, dont celui de Vladimir Poutine en Russie, celui de Bachar Al-Assad en Syrie et celui des mollahs en Iran. Voici ci-dessous la quintessence de la conversation, publiée sous un article intitulé « Comment l’Occident prépare une 3e guerre mondiale perdue d’avance contre ses « barbares » ». On y lit Bernard Langlois donner du « cher Yéti » au blogueur et opérer la chasse aux « trolls » (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_yéti_langlois_1 2015-08-26_yéti_langlois_2 2015-08-26_yéti_langlois_3 2015-08-26_yéti_langlois_42015-08-26_yéti_langlois_5A noter que trois jours après cet échange sur le blog du Yéti, Bernard Langlois assurait sur son propre blog la promotion d’un roman de David Desgouilles, membre de la rédaction du Causeur dont on retrouve aussi la signature sur Atlantico ou Le Comptoir (source : politis.fr/En-entrant-Nafissatou,31455.html). Pour rappel, Bernard Langlois avait participé en 1992 au n°12 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist. Erreur de parcours ? Le doute est permis, puisqu’il rendait encore hommage à l’intellectuel d’extrême droite sur Twitter en 2013 (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_langlois_debenoist1 2015-08-26_langlois_debenoist2

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page