Alain De Benoist

Bernard Langlois fan d’Alain de Benoist

L’éviction du Yéti de Politis, qui a mis en joie plusieurs de nos lecteurs, nous a donné l’occasion de nous repencher sur le cas de Bernard Langlois, fondateur du journal et figure du mouvement altermondialiste qui continue contre vents et marées de soutenir le blogueur confusionniste. Déjà il y a quelques mois, à l’occasion d’autres commentaires en soutien au Yéti, nous notions : « Pour rappel, Bernard Langlois avait participé en 1992 au n°12 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist. Erreur de parcours ? Le doute est permis, puisqu’il rendait encore hommage à l’intellectuel d’extrême droite sur Twitter en 2013. » En refouillant les poubelles du web, nous n’avons pas été déçus ! Langlois a de nouveau diffusé un texte d’Alain de Benoist en décembre 2014. Aux lecteurs qui ont pointé le problème, il a fait la même réponse que précédemment, à savoir que c’était le contenu du texte qui l’intéressait et pas l’identité ou l’orientation politique de son auteur et en affichant de nouveau son estime pour l’intellectuel phare de l’extrême droite française :

2015-12-11_Langlois_DeBenoist2Répondant avec une condescendance toute sexiste quand une femme lui a posé le problème, il a évoqué le proverbe du doigt qui regarde la lune :

2015-12-11_langlois_luneMais que vient faire ici cette fumeuse comparaison ? Langlois a développé plus récemment, en réponse à des lecteurs scandalisés qu’il ait diffusé le 19 novembre dernier un post du blog Les Crises reprenant une interview sur France Inter d’Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs actuelles, à propos de supposées révélations de Bernard Squarcini, ex-directeur de la DCRI sur les relations entre services secrets français et syriens, les premiers étant accusés d’avoir refusé des informations des seconds sur les djihadistes français combattant en Syrie. Bien que la source ait été jugée douteuse par nombre de ses collègues et lecteurs, voici ses réponses :

2015-12-11_langlois_yéti32015-12-11_Langlois_crises2Ont suivi les leçons de morale, dont l’histoire du fameux doigt qui regarde la lune :

2015-12-11_langlois_minute22015-12-11_langloisluneUn lecteur a souligné qu’à côté de Minute, feu le journal rouge-brun de Jean-Edern Hallier L’Idiot International avait lui aussi révélé l’information sur la fille cachée de François Mitterand. Dans sa réponse, Langlois nous apprend que même ce dernier a pu trouver grâce à ses yeux :

2015-12-11_langlois_idiotinternationalConclusion : Bernard Langlois n’est pas gêné de mettre sa notoriété au profit de la promotion d’auteurs d’extrême droite ou réactionnaires, contribuant ce faisant à banaliser leurs idées au sein de la gauche de gauche que pourtant il prétend avec d’autres incarner. Mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est sa constance dans la confusion…

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Les curés à l’honneur chez l’athée Jean Bricmont

Décidément, on aime les curés chez les soutiens du régime syrien, même quand on est prétendument athée et de gauche : c’est ainsi que Le Grand Soir (LGS) vient de publier une interview d’Atallah Hanna, archevêque grec orthodoxe du Patriarcat de Jérusalem, en présentant ses analyses comme étant la voix de la jeunesse palestinienne. Un article repris par Jean Bricmont, qui quelques jours avant relayait un autre curé, l’archevèque d’Alep, depuis une traduction reprise sur le site du blogueur cégétiste Jacques Tourteaux, qui est un habitué des publications complotistes et de soutien aux habituelles dictatures soutenues par les campistes rouges-bruns. Cliquer pour agrandir : 2015-10-23_bricmont_lgs_curé 2015-10-23_bricmont_tourteaux_curéCe n’est pas la première fois que Bricmont rend hommage à un curé bachariste. Lors du meeting du 31 mars 2012 que nous évoquions ici, il avait dit, à propos du père Michel Lelong (défenseur de Maurice Papon et de Roger Garaudy) : « bien que Belge et athée je me suis senti assez proche de ce catholique français ». La veille, il s’en était remis à dieu pour que cette rencontre ait bien lieu. Cliquer pour agrandir :

2015-10-23_bricmont_dieuNotons que ces derniers jours, Bricmont a aussi relayé un entretien du site d’extrême droite Boulevard Voltaire avec Alain de Benoist, tandis que LGS a publié ces dernières semaines Edouard Limonov (25 septembre) ou un article sexiste et anti-LGBTI de la conspirationniste Ariane Walter (11 octobre). Cliquer pour agrandir :

2015-10-23_bricmont_debenoist 2015-10-23_lgs_limonov 2015-10-23_lgs_walter

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Au sommaire de Krisis et d’Éléments : Maurice Godelier et Michel Onfray

Maurice Godelier, un ancien disciple de Claude Lévi-Strauss, a collaboré au dernier numéro de la revue Krisis d’Alain de Benoist. Au gré de ses études, cet anthropologue qui était initialement d’obédience marxiste a abandonné « l’idée de la « détermination en dernière instance de l’économie », au profit d’une priorité accordée au « sacré » » (voir Jean-Loup Amselle, Les nouveaux rouges-bruns, p.81), s’inscrivant ainsi dans le cadre du primitivisme, cette école caractérisée par une idéalisation des sociétés dites « primitives », vues comme isolées du cadre historique global, caractérisé par l’avènement du capitalisme à l’échelle mondiale. Rien de très étonnant donc qu’il accepte de publier dans une revue du Grece, chantre de « l’ethno-différentialisme » et qui dit d’elle-même qu’elle « n’est pas une revue politique. Si elle n’est «ni de droite ni de gauche», c’est aussi tout simplement qu’elle n’a pas vocation à se positionner sur un axe qui ne la concerne pas » (voir : revuekrisis.blogspot.fr/2015/10/plaidoyer-pour-le-dialogue-reponse-eric.html). Autre contributeurs de ce numéro consacré aux questions de genre : le militant d’extrême droite suisse David L’Epée, l’écrivaine anti-études de genre (mais qui se dit néanmoins « féministe ») Nancy Huston ou l’écrivaine et journaliste Agnès Giard. Cliquer pour agrandir :2015-10-18_krisis_godelier

Toujours du côté des revues de la Nouvelle Droite, le prochain numéro d’Eléments affiche en « une » Michel Onfray. Un juste renvoi d’ascenceur, après que ce dernier a déclaré au magazine Le Point en février dernier : « Je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL ».

onfray_elements

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Bernard Langlois, son soutien au Yéti et ses élans réactionnaires

Un lecteur (merci à lui) nous a signalé les flatteries de Bernard Langlois, fondateur de Politis, a l’endroit du blogueur confusionniste Le Yéti, hébergé par le site du journal. Langlois assume partager les analyses de haute volée proposées sur la situation internationale par le Yéti, pourtant connu pour sa complaisance avec divers régimes autoritaires, dont celui de Vladimir Poutine en Russie, celui de Bachar Al-Assad en Syrie et celui des mollahs en Iran. Voici ci-dessous la quintessence de la conversation, publiée sous un article intitulé « Comment l’Occident prépare une 3e guerre mondiale perdue d’avance contre ses « barbares » ». On y lit Bernard Langlois donner du « cher Yéti » au blogueur et opérer la chasse aux « trolls » (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_yéti_langlois_1 2015-08-26_yéti_langlois_2 2015-08-26_yéti_langlois_3 2015-08-26_yéti_langlois_42015-08-26_yéti_langlois_5A noter que trois jours après cet échange sur le blog du Yéti, Bernard Langlois assurait sur son propre blog la promotion d’un roman de David Desgouilles, membre de la rédaction du Causeur dont on retrouve aussi la signature sur Atlantico ou Le Comptoir (source : politis.fr/En-entrant-Nafissatou,31455.html). Pour rappel, Bernard Langlois avait participé en 1992 au n°12 de la revue Krisis, dirigée par Alain de Benoist. Erreur de parcours ? Le doute est permis, puisqu’il rendait encore hommage à l’intellectuel d’extrême droite sur Twitter en 2013 (cliquer pour agrandir) :

2015-08-26_langlois_debenoist1 2015-08-26_langlois_debenoist2

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Pour ceux qui douteraient des rapports entre Olivier Rey et la Nouvelle Droite

Olivier Rey, intellectuel populaire auprès de certains militants anti-technologie, écologistes et/ou libertaires (il a participé à l’ouvrage controversé Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques publié en 2013 aux éditions L’Échappée et a été publié par le journal La Décroissance) est, nous apprend Radio Vosstanie, « un drôle de personnage. Créationniste « éclairé », critique catholique de la « théorie du genre » sous le signe de l’assignation divine. Dont les contributions sont reprises dans diverses publications de la Nouvelle Droite dont la revue Krisis ». Dans une vidéo mise en ligne le 13 mars dernier par la webTV d’extrême droite TVLibertés dans le cadre de son l’émission « Les idées à l’endroit », on peut voir Rey débattre avec Alain De Benoist (animateur de l’émission), Frédéric Rouvillois (un professeur de droit public qui étudie notamment la « démocratisation » du Royaume du Maroc sous Mohamed VI) et Gaultier Bès (de Berc), un décroissantiste membre des Veilleurs autour du thème « L’idéologie du progrès, nouvelle religion des temps modernes ? »

2015-03-16_tvlibertésDe gauche à droite sur le plateau de TVLibertés : Frédéric Rouvillois, Gaultier Bès, Alain De Benoist (animateur), Olivier François (présentateur) et Olivier Rey.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

L’extrême droite et l’écologie

L’intérêt d’une certaine extrême droite pour l’écologie a des origines anciennes. Le partage de thématiques communes favorise les ponts avec d’autres courants de l’écologie, notamment à gauche, qui tendent malheureusement à se développer largement depuis quelques années, au cœur même de nos mouvements. Petit tour d’horizon de la mouvance