Alain Soral

Aujourd’hui leader de l’association d’extrême droite Egalité et Réconciliation, Alain Soral a été cadre du Front national de l’automne 2005 au 1er février 2009. Auparavant, il aurait selon ses dires milité au Parti communiste à la fin des années 1980 et au début des années 1990 (les sources divergent cependant quant aux dates de cet engagement supposé, dont la réalité est d’ailleurs contestée). Très proche de Dieudonné, Alain Soral est connu pour ses sorties antisémites, misogynes et homophobes. Avec l’ex-humoriste et Yahia Gouasmi (leader du Centre Zahra, une organisation chiite proche du régime iranien) il s’est présenté sur la « liste antisioniste » aux élections européennes de 2009. Professionnellement, il a travaillé dans le milieu de la mode, des médias et du spectacle jusqu’au début des années 2000. Il est l’auteur du plusieurs livres et essais.

A propos du mythe : « Etienne Chouard est revenu sur sa sympathie pour Alain Soral »

C’est une chose que les adeptes d’Etienne Chouard ont partiellement réussi : faire croire que ce dernier serait revenu sur ses propos élogieux vis -à-vis d’Alain Soral et aurait retiré un lien (présenté comme « le » lien) sur son site qui pointait vers Égalité et Réconciliation (E&R). Il n’en est rien.

Vague de tags antisémites dans les rues de Paris

Dans la nuit de vendredi à samedi, une série de tags antisémites a défiguré la rue du Faubourg du Temple, le quartier de Ménilmontant et la rue Cavendish dans le 19e arrondissement. Ces graffitis haineux, inspirés des thèses d’Alain Soral et de Dieudonné, proclament entre autres : « Israël stérilise les Noirs », « Juif athée = racialisme », « Soral à raison ». A Ménilmontant, plusieurs d’entre eux ciblaient explicitement le mouvement antifasciste, l’accusant de collusion avec la politique d’Israël en Palestine ou l’assimilant au Parti socialiste ou aux capitalistes. Certains camarades ont été nommément visés. Nous vous épargnerons la vue de ces gribouillis infâmes. En revanche, on peut apprécier à sa juste valeur ce sympathique détournement, aperçu rue des Panoyaux :

DSC_0511

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Succès de la conférence sur le confusionnisme politique à Caen

Photo Université de Cean
Photo Université de Caen

Mercredi, une quarantaine de personnes ont assisté à ma conférence sur le souverainisme à la Maison de la Recherche en Sciences Humaine de l’Université de Caen. J’étais accompagnée lors de cette soirée consacrée au confusionnisme politique par Mathieu Molard, journaliste à Streetpress, qui a présenté son travail sur Alain Soral. Nos exposés ont été suivis par une intéressante discussion, au cours de laquelle ont entre autres été abordés la question du conspirationnisme ainsi que le cas Michel Onfray. Je tiens à remercier toutes les personnes présentes, ainsi que l’équipe du séminaire « Pratiques et pensées de l’émancipation » pour son accueil. O. G.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Paris : le 20 octobre dernier, des trolls au débat de Marianne à la Mutualité

Le 20 octobre, le magazine Marianne a organisé à la Mutualité à Paris un débat autour du thème : « Peut-on encore débattre en France ? », initialement annoncée avec entre autres Michel Onfray, qui n’est pas venu. Selon plusieurs témoignages que nous avons pu recueillir, si cette table ronde s’est avérée soporifique, elle a en revanche été marquée par les interventions de sympathisants soraliens ou de membres de l’UPR, présents en nombre dans la salle. Un de nos lecteurs témoigne :

« J’ai été véritablement impressionné par la force de frappe des complotistes, dans la salle (et un peu devant). Les autres médias ont annoncé qu’il n’y avait eu, en vérité, aucun débat : il y avait neuf contributions depuis la tribune (de bons somnifères), puis huit à neuf minutes top chrono en tout pour poser quelques questions avant la fermeture de la salle. Joli « débat »… Mais je me suis dit que finalement, c’était mieux ainsi… Vu qui s’est exprimé pendant ces quelques minutes : l’UPR en force (deux intervenants depuis la salle, sur les sept ou huit intervenant-e-s ayant réussi à prendre la parole dans la salle), un pro-Soral et pro-Dieudonné, plus un pro-Jacques Cheminade ! La prose de Cheminade a aussi été distribuée devant les portes de La Mutualité. Sinon, il y avait une bonne vingtaine de distributeurs du journal de l’Action française, tous jeunes sauf exception, devant les portes. »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le système Soral : « un livre à ne pas lire », selon Jean Bricmont

systèmesoralQuand Jean Bricmont déconseille un livre, c’est en général plutôt un compliment pour ses auteurs. C’est le cas de celui de Robin d’Angelo et Mathieu Molard sur le système Soral, « un livre à ne pas lire » selon le physicien belge, qui explique pourquoi sur les sites de l’Agence Info libre ou de Sylvia Cattori (Arrêt sur Info). Le livre ne serait ainsi « qu’un ramassis de ragots, vrais ou faux (sic), je n’en sais rien, n’étant pas familier de ce qu’ils appellent la « fachosphère », mais sans le début du commencement d’un argument […]. » On notera au passage que Bricmont prétend critiquer un ouvrage à propos duquel il reconnaît lui-même ne pas maîtriser le sujet dont il traite, ce qui ne l’empêche pas d’affirmer que « c’est une accumulation de faits et de bouts de phrases tirées de leur contexte, qui valent condamnation, sans discussion. Exactement comme le livre antérieur (2011) « La galaxie Dieudonné » de Briganti, Déchaut et Gauthier. » Toujours en tête pour défendre l’UPR et son chef, il indique que « pour le peu que je puisse vérifier, leurs propos sont excessifs : l’UPR n’est pas un groupuscule et Asselineau n’est pas « complotiste » », tandis que « les propos de Nicolas Bourgoin sont déformés ». Même Vincent Lapierre trouve grâce à ses yeux. « Pour le reste, c’est-à-dire le plus gros du livre, je ne peux pas juger des faits, poursuit le physicien. Alors que même la presse américaine « mainstream » parle ouvertement de la défaite du lobby pro-israélien dans l’affaire de l’accord avec l’Iran (ce qui suppose que ce lobby avait remporté des victoires auparavant), peut-on se demander si un tel lobby existe en France? Il semble que le simple fait que Soral en parle prouve son inexistence. » Bien entendu, s’agissant des interdictions de spectacles ou de livres, les auteurs « ne se posent jamais la question de la légitimité de ces interdictions ni de la possibilité que ces interdictions puissent porter atteinte à la liberté d’expression. » En bref, « ce livre illustre une réalité plutôt regrettable: ce qui se fait passer pour antiraciste et antifasciste en France a atteint de degré zéro de la pensée », car « la question ici n’est pas de « défendre Soral » […] Il s’agit plutôt de défendre le droit de discuter sérieusement de certaines questions comme le rôle du lobby pro-israélien, la censure, ou la souveraineté nationale sans reductio ad hitlerum ou ad soralum. » Ce livre, sur lequel nous reviendrons, est le fruit d’un travail d’enquête de plusieurs mois au cours duquel les auteurs ont réalisé près de 200 interviews. Au-delà de la personne d’Alain Soral qui en est le fil conducteur, il propose une excellente synthèse sur le fonctionnement des réseaux soraliens, leur histoire et l’idéologie qu’ils véhiculent.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Des documents inédits sur la sphère Soral

Streetpress vient de publier des documents inédits qui permettent de mieux appréhender le fonctionnement d’Égalité et Réconciliation, la formation d’Alain Soral. Au menu : extraits de livres de compte, d’échanges mails, stratégie sur Wikipedia, craintes de dissolution, etc. Cet article annonce la parution ce mercredi du livre de Robin d’Angelo et Mathieu Molard, Le système Soral – Enquête sur un facho business, aux éditions Calmann-Lévy.systèmesoral

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Alain Soral et Dieudonné lancent leur parti et rencontrent Jean-Marie Le Pen

Alain Soral et Dieudonné ont finalement lancé, dans l’indifférence médiatique la plus totale, leur parti Réconciliation nationale. L’objectif est notamment de se distinguer du Front national, accusé de vouloir adopter sous la houlette de Marine Le Pen conseillée par Aymeric Chauprade un positionnement « pro-israélien ». Peu après, on a appris que Jean-Marie Le Pen avait fêté son 87e anniversaire en compagnie des deux compères. Le signe d’un rapprochement à venir, en vue de concurrencer le FN dont le patriarche rêve de se venger depuis son éviction récente ?

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le rap d’extrême droite, ça existe !

Les Inrocks viennent de publier un article sur le rap d’extrême droite. La tendane, lancée par Goldofaf, monte en puissance depuis quelques années avec pour représentants notamment Kroc Blanc et Amalek, des rappeurs qui se situent, si tant est que ce soit possible, à droite du FN. A côté de cette scène identitaire, l’article aborde aussi le cas des rappeurs issus de la mouvance Soral et Dieudonné, comme le SKS Crew.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le pétard mouillé du 14 juillet

Oubliées, finalement, les grandes stratégies : comme on pouvait s’y attendre, le prétendu coup d’État du 14 juillet a fait pschitt ! Quelques centaines d’individus au plus se sont retrouvés, et on passé leur journée à errer dans Paris.

Le FN investit le champ culturel tandis que Rachline lâche Soral

Après les collectifs Racines (consacré aux questions d’éducation) et Nouvelle Ecologie, le  Front national vient récemment de fonder un Collectif Culture, Libertés et Création. Le site L’Entente détaille ce qu’il faut en savoir (voir aussi cet article des Inrocks). Toujours au FN, David Rachline, maire de Fréjus et sénateur du Var, a récemment déclaré sur France Info : « Non, je n’étais pas un admirateur d’Alain Soral, il a été au Front national à une époque et on s’est croisés, voilà tout. » Une affirmation démontée par les Debunkers de Hoaxes.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page