Allemagne

Allemagne : Akif Pirinçci, la nouvelle coqueluche de Pegida

Lutz Bchmann et Akif Pirinçci à la tribune de Pegida. (D. R.)
Lutz Bachmann et Akif Pirinçci à la tribune de Pegida. (D. R.)

Toujours en Allemagne, le mouvement Pegida, que l’on croyait moribond il y a quelques mois, revient en force. Lundi dernier, 15 000 à 18 000 personnes ont défilé dans les rues de Dresde pour son premier anniversaire. Une manifestation qui a marqué le grand retour de Lutz Bachmann, son controversé leader. Cette mobilisation a aussi été l’occasion de découvrir Akif Pirinçci, écrivain allemand d’origine turque homophobe, sexiste et anti-migrants. L’homme avait déjà soutenu par le passé que les Turcs et les musulmans avaient pour but de tuer les hommes allemands et de violer les femmes allemandes pour se reproduire, expliquant sur le site Die Achse des Guten (L’axe du Bien) que « la plupart des violeurs aujourd’hui en Europe sont musulmans » (source : achgut.com/dadgdx/index.php/dadgd/article/das_schlachten_hat_begonnen). Lundi, il a fait encore plus fort lors de la manifestation de Pegida en ayant regretté la fermeture des camps nazis, quelques semaines après qu’une polémique ait justement éclaté dans le pays concernant l’hébergement de migrants et de SDF dans une annexe de l’ancien camp de concentration de Dachau. Le Monde relate la scène :

« L’invité vedette, Akif Pirinçci, un écrivain allemand d’origine turque a en effet regretté la disparition des camps nazis. Un délit passible, selon certains juristes, de trois à cinq ans de prison. Après avoir évoqué les réfugiés – qu’il appelle « envahisseurs » –, Akif Pirinçci s’en est pris à un maire (CDU) qui aurait conseillé à un habitant hostile à l’ouverture d’un foyer pour réfugiés de quitter le pays puisqu’il n’en partageait pas les valeurs. « Il y aurait bien sûr d’autres alternatives. Mais malheureusement, les camps de concentration ne fonctionnent plus », a déploré l’orateur, sous les applaudissements. »

Depuis cette sortie, le romancier a vu ses livres retirés des programmes de publication et s’est fait lâcher par son webmaster, qui a exprimé dans une lettre ouverte sa « honte » d’avoir contribué à la diffusion de sa pensée, très prisée par l’extrême droite. Un temps hors ligne, le blog a cependant repris du service.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Allemagne : Thierry Meyssan et Ron Paul au congrès de Compact

La fiche biographique de Thierry Meyssan sur le site de Compact.
La notice biographique de Thierry Meyssan sur le site de Compact (cliquer pour agrandir).

Thierry Meyssan était bien présent hier à Berlin pour le congrès du magazine souverainiste, complotiste et pro-Kremlin Compact. Présenté comme un « journaliste et activiste pour la paix », il s’est exprimé dans l’après-midi sur « le soi-disant Printemps arabe, qui est rapidement devenu l’hiver des morts » et qui été selon lui « une opération des services secrets US ayant eu pour but d’installer les Frères musulmans au pouvoir dans toute la région. » Autre résultat de l’action de ces services secrets : le développement de Daesh. Meyssan s’est également, comme il se doit, félicité de l’intervention russe en Syrie et a remercié les autorités allemandes « pour avoir rendu possible son voyage en tant que réfugié politique ». Conclusion du compte-rendu de son intervention disponible sur le site de Compact : « À la fin toute la salle c’est levée et l’a remercié par une standing ovation. Les applaudissements visaient Meyssan, mais aussi Poutine ! » Parmi les autres intervenants, Ron Paul s’est exprimé en direct du Texas en faveur de « la sortie de l’Otan et la fermeture de la Fed », la banque centrale américaine, ce qui fait dire à Compact : « cet Américain est le bienvenu chez nous ! » De son côté, Andreas von Bülow « s’est posé la question de savoir si la crise des réfugiés entrait dans le cadre des plans d’action de la CIA », concluant son discours pas un martial « nous devons mettre fin à l’attentisme stupide [Dummhalten] des masses ! » Si F. William Engdahl qui était initialement annoncé n’apparaît pas dans le compte-rendu, en revanche, il y avait une ancienne agente des services secrets britanniques, Annie Machon. De même, les deux représentants de l’Institut de la Démocratie et de la Coopération, John Laughland et Natalia Narotschnitskaïa ont comme d’habitude répondu présents : c’est même Narotschnitskaïa qui a accueilli les invités et ouvert les débats.

Source : compact-online.de/compact-konferenz-live-ticker/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Allemagne : le magazine Compact organise son congrès annuel

Headerbanner_Konferenz2-702x336

Aujourd’hui à Berlin, le magazine complotiste et souverainiste de Jürgen Elsässer Compact organise son colloque annuel à guichets fermés (les 1000 places ont été vendues  trois jours auparavant), autour du thème « Liberté pour l’Allemagne ». Au programme : nationalisme, soutien à Vladimir Poutine et théories du complot. Parmi les invités, plusieurs conspirationnistes : Thierry Meyssan, l’Américain F. William Engdahl, l’ancien ministre fédéral allemand et membre du SPD Andreas von Bülow. Un discours de l’Américain Ron Paul – qui est un libertarien de tendance paléoconservateur membre du Parti républicain – est annoncé comme point d’orgue de la journée. Elsässer, qui est une ancien maoïste, a écrit un des textes fondateurs du mouvement antideutsch au début des années 1990, avant de devenir dans les années 2000 un théoricien du conspirationnisme, ce qui l’a conduit à adopter des positions de plus en plus réactionnaires, jusqu’à fréquenter des personnalités d’extrême droite. Ainsi, Compact a reçu en 2013 Béatrice Bourges du Printemps français pour sa conférence annuelle qui était consacrée à la famille, au cours de laquelle elle s’est faite chahuter par des contre-manifestants. Ce jour-là était aussi présents l’économiste allemand et membre du SPD  Thilo Sarrazin, qui a été exclu du directoire de la Deutsche Bank en 2010 pour des propos racistes, ou encore une représentante du parti souverainiste Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne) et une autre de Russie Unie, le parti de Poutine (voir, en allemand, ici et ). L’année dernière, c’est le député français Claude Goasguen qui a pris part à l’événement, autour du thème « Paix avec la Russie », où était également présent Vladimir Yakounine. Autre habitué de ces rendez-vous : John Laughland, de l’officine pro-Kremlin basée à Paris Institut de la Démocratie et de la Coopération.

Source : compact-online.de/4-compact-konferenz-fuer-souveraenitaet-2015/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La dernière de Jean-Luc Mélenchon

Mélenchon, encore, sur la crise migratoire, il y a deux jours : « Après avoir transformé la Grèce en protectorat, le gouvernement allemand veut désormais punir les États européens qui ne se plient pas à ses exigences. » Question : ces États européens que Mélenchon prétend défendre incluent-ils ceux qui mènent des politiques directement inspirés de l’extrême droite comme celui de Viktor Orban en Hongrie ?

Source : jean-luc-melenchon.fr/2015/09/15/migrants-leurope-allemande-dicte-ses-ordres/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Revue de presse antiraciste, août 2015

Parmi les événements notables de ces deux dernières semaines, saluons les migrants qui poursuivent leur lutte à Paris et ailleurs, et en particulier ceux d’entre eux qui s’opposent à des conditions d’hébergement inhumaines dans un centre Emmaüs. Quatre personnes ont été arrêtées mi-août et placées sous contrôle judiciaire, dans l’attente d’un procès pour « séquestration ». Nous leur exprimons toute notre solidarité, ainsi qu’aux migrants. Pendant que les gouvernements européens s’emploient à rechercher les moyens de renforcer encore les frontières de la « forteresse Europe », en Allemagne, les migrants et leurs soutiens ont dû faire face ces derniers jours lors de manifestations appelées par le NPD à des violences néo-nazies à Heidenau, une petite ville à l’Est du pays proche de Dresde, le berceau de Pegida, dans laquelle doit être ouvert un centre de réfugiés (voir ici et ). Globalement, l’Allemagne connaît un regain d’actes racistes ces derniers mois. Racisme d’État toujours : le secrétaire d’État aux transports Alain Vidaliès s’est dit favorable à des contrôles aléatoires de bagages dans les transports, sur des bases discriminatoires, alors même que l’État a été condamné en juin dernier à dédommager des victimes de contrôles au faciès.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Revue de presse antifasciste, juillet 2015

A Brême en Allemagne, Valentin, un militant antifasciste, est en détention préventive, accusé de faits de violence dans le cadre d’affrontements contre des hooligans d’extrême droite. La Horde donne les détails de cette affaire en français. Il est aussi possible de se tenir au courant sur le site en allemand qui lui est consacré. Pendant ce temps en Espagne, des militants communistes partis combattre Daesh aux côtés des kurdes ont été inculpés pour terrorisme. Rappelons à cette occasion que l’Espagne a adopté ces derniers mois des lois renforçant drastiquement l’arsenal répressif (voir ici, , et ). Parallèlement, les violences fascistes continuent un peu partout. Il y a quelques jours, des membres du Gud ont ainsi été incarcérés pour avoir revendiqué sur Facebook l’agression de trois étudiants noirs à la sortie d’un bar de nuit lyonnais dans la nuit du 5 au 6 juin derniers. Une ratonnade qui n’a bien entendu pas empêché Bruno Gollnisch d’aller prendre l’apéro au bar parisien de l’organisation quelques jours après. S’agissant du FN et de son entourage, signalons aussi la rencontre Florian Philippot / Brigitte Bardot, preuve pour ceux qui en douteraient des liens persistents de cette dernière avec l’extrême droite, quoi qu’elle en dise. Enfin aux Etats-Unis, le Ku Klux Klan et les néo-nazis qui manifestent contre le retrait du drapeau confédéré des bâtiments officiels de Caroline du Sud, non sans opposition de la part des militants des droits civiques néanmoins. Au milieu de ces tristes nouvelles, à noter tout de même l’action réjouissante d’un groupe anarchiste qui est allé redécorer il y a quelques jours le local de l’Oeuvre française.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Jean-Luc Mélenchon compare le gouvernement Merkel au régime nazi

Jean-Luc Mélenchon vient encore de faire une comparaison historique osée :

2015-07-16_mélenchon_gvtallemandComme on s’en doute, il fait ici référence à trois événements : les deux conflits mondiaux qui ont ensanglanté l’Europe au 20e siècle et la crise actuelle. Outre l’anachronisme de la chose, faut-il lui rappeler que s’agissant de la Première guerre mondiale, on peut considérer tous les États belligérants comme étant co-responsables du déclenchement du conflit et de son enlisement ? Quant à la Seconde guerre mondiale, si la responsabilité du régime nazi est en effet écrasante, faut-il pour autant rappeler qu’entre 1933 et 1939, les gouvernements français et britannique ont plus souvent qu’à leur tour fait preuve d’une complaisance coupable envers le dictateur, abandonnant au passage à son sort la révolution espagnole ? Quant à la crise actuelle, outre qu’elle n’a rien à voir avec un conflit armé et que dresser un parallèle entre les deux est même assez odieux car cela revient notamment à relativiser la gravité des crimes nazis, faut-il encore souligner que toutes les bourgeoisies nationales européennes (pour rester dans le cadre de ce continent) en sont co-responsables, qu’elles soient allemande, française ou grecque ? Mélenchon multiplie en ce moment les références au régime nazi quand il évoque le gouvernement d’Angela Merkel. Il a beau tenter de se rattraper ensuite en précisant que tout cela «n’a rien de comparable à la deuxième Guerre mondiale», et qu’«on ne parle pas de la même idéologie», le mal est fait.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Allemagne : Alternative für Deutschland se radicalise, copiant Pegida

Le dernier congrès du parti eurosceptique et conservateur allemand Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne – AFD) a vu l’aile libérale représentée par son fondateur Bernd Lucke être évincée à la tête du parti par une frange beaucoup plus dure, caractérisée notamment par un discours anti-migrants, représentée par Frauke Petry, élue à la tête de la formation avec 60% des voix, signant l’issue d’une crise interne qui dure depuis plusieurs mois. La tendance représentée par Petry prône un durcissement de la politique d’asile ou un renforcement du contrôle des frontières, à tel point que certains observateurs, comme le site Blick nach Rechts (BNR) qui étudie l’extrême droite, n’hésitent pas à comparer son programme à celui de Pegida. Le site relate, pour donner une idée de la teneur des débats, qu’Albert Glaser, candidat au poste de vice-président, considère par exemple que l’Union européenne est un projet de « gauche radicale ». Son concurrent Peter Streichan considère lui les Verts (die Grünen) comme une « troupe pédophile défendant le fascisme du genre » et surnomme le premier ministre vert du Bade-Wurtemberg « Kretschmann, le Pol Pot gangster ». Bien entendu, l’immigration correspond pour lui à une « invasion ». De son côté, un candidat au bureau fédéral (Bundesschiedsgericht) du parti a estimé que Barack Obama était un « nègre de quota ». Enfin l’eurodéputé AFD Marcus Pretzell s’est demandé si l’AFD était plutôt un parti anti-euro ou une sorte de Pegida. Il a trouvé la réponse : « c’est les deux, et bien plus encore ».

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Propagande, haine et meurtre : l’histoire du terrorisme d’extrême droite en Europe

Alors que l’existence d’un terrorisme islamiste sert de prétexte à la libération de la parole et des actes racistes et que certains de nos dirigeants irresponsables agitent le chiffon rouge d’une « guerre de civilisation », nous vous proposons pour mémoire une plongée dans l’histoire du terrorisme d’extrême droite, qui a fait plus de deux cents morts dans toute l’Europe depuis quarante ans. Ce documentaire, diffusé sur Arte en 2012, souligne la complicité dont certains groupes ont pu jouir par le passé de la part de larges pans des appareils étatiques, par exemple dans l’Italie des années de plomb. Mais il montre aussi l’actualité encore prégnante du phénomène, puisque, au-delà du cas spectaculaire d’Anders Behring Breivik, dans les années 2000, une cellule de trois activistes a perpétré en Allemagne des meurtres sur des personnes d’origine immigrée à l’ombre du terrorisme islamiste, qui détournait alors l’attention de la police et à permis à ces néo-nazis d’agir en toute impunité. Encore aujourd’hui, on peut se demander si les militants néo-fascistes partis combattre en Ukraine feront à leur retour l’objet des mêmes mesures de surveillance que les islamistes désireux de rejoindre Daesh.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le hareng de Bismarck, ou le poison nationaliste

L’initiative communiste ouvrière (ICO) propose une critique du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. L’organisation marxiste analyse :

« Le Hareng de Bismarck (le poison allemand) est le titre du dernier livre de Jean-Luc Mélenchon. Si dans quelques interview, il tempère à peine son propos pour dire qu’il n’a rien contre les Allemands, dans le fond, ce n’est pas seulement contre Angela Merkel ou la bourgeoisie allemande que se dirige sa plume, mais bien contre tous les Allemands, riches ou pauvres, bourgeois ou prolétaires. […] Un tel pamphlet serait risible s’il s’agissait d’une rédaction bâclée d’un lycéen ayant dû subir l’intégrale de Derrick en VO pendant ses cours d’allemand ; de la plume d’un politicien ayant malheureusement une certaine influence dans les cercles de ceux qui veulent changer ce monde, elle instille le poison du nationalisme. »

Mélenchon insiste beaucoup dans son livre sur une « domination allemande » sur l’Europe, dont pâtirait à ses yeux l’économie française. Or, souligne l’ICO, « s’il est vrai que l’Union Européenne est tout sauf égalitaire, la France est, avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne, une des principales puissances impérialistes dans cette union. La France qui dispose d’un des plus puissants complexe militaro-industriel, qui envoie ses troupes au Mali et ailleurs, dont les multinationales comme Bolloré, Total ou Areva contrôlent des pays entiers, serait donc « un pays dominé » ? » A contrario de l’union internationale des prolétaires prônée par Marx, « Toute une partie de la thèse de Mélenchon revient à opposer non pas les prolétaires et les bourgeois, les ouvriers et les patrons, mais les « Français » aux retraités allemands. […] faut-il rappeler qu’en Allemagne comme en France ou ailleurs, la grande majorité des retraités sont des ouvriers et employés en retraite ? L’ouvrier en retraite de Volkswagen est-il l’ennemi de l’ouvrier de PSA ? » Dans une interview à Politis, le leader du Parti de gauche a même été jusqu’à envisager de remplacer « l’Europe allemande » par une « Europe française ». Impérialisme, quand tu nous tiens…

"Prolétaires de tous les pays, unissez-vous" : un beau slogan pour répondre à Jean-Luc Mélenchon
« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » : un beau slogan à opposer à Jean-Luc Mélenchon
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page