Annie Lacroix-Riz

Le Monde diplomatique publie un article d’Annie Lacroix-Riz

Dans son numéro de juillet, Le Monde diplomatique a publié un court article d’Annie Lacroix-Riz intitulé « Troublante indulgence envers la collaboration » et dénonçant l’exposition « La Collaboration (1940-1945) », présentée aux Archives nationales comme présentant des aspects visant à réhabiliter Vichy, ainsi que plusieurs ouvrages présentant le même biais. Osant se revendiquer de l’héritage de Robert Paxton, l’historienne stalinienne n’a pu s’empêcher d’y procéder à des raccourcis tels que celui-ci : « Elle fait silence sur les origines de Vichy, le complot contre la République et la débâcle mitonnés depuis 1924, notamment avec la création de la première vague des ligues fascistes, et ne dit presque rien des élites ». Or, si Vichy trouve très certainement une partie de ses origines (pas toutes) dans les ligues fascistes mais aussi dans les écrits de Georges Valois, qui a justement théorisé l’idée de « Révolution nationale » en 1924, en faire une sorte de complot remontant aussi loin dans le temps, soit presque dix ans avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, est très exagéré. En particulier, que des groupes aient voulu dans les années 1920 et 1930 la chute de la République ne fait aucun doute. Mais en déduire qu’ils auraient mis en place dès 1924 une conspiration en vue de provoquer la débâcle relève du fantasme. Ce faisant, Annie Lacroix-Riz reste fidèle à elle-même, mais il est toujours étonnant de voir un journal de la qualité du Monde diplomatique continuer à lui accorder du crédit.

2015-07-30_lacroixriz_diplo

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

A Bordeaux et à Lille, samedi chargé chez les souverainistes

Comme l’a annoncé il y a quelques temps le site antifasciste Bordeaux Bordel, ce samedi aura lieu à Bordeaux un rassemblement festif contre l’Union européenne, à l’initiative semble-t-il de l’inénarrable Sylvain Baron et de son Poil à gratter. Y participeront le M’Pep, les Gentils Virus d’Aquitaine la Révolution des Grenouilles (une autre organisation bordelaise inspirée par les théories d’Etienne Chouard), Solidarité et Progrès (le mouvement de Jacques Cheminade, voir ici et ), la Démosophie, Fraternité citoyenne (groupuscule présidé par un certain Marc Jutier). Apparemment, l’UPR a choisi de ne pas s’associer à cet appel, sans doute pour ne pas risquer de se retrouver dans l’ombre de ses principaux concurrents. Toutefois, l’un de ses représentants locaux devrait tout de même y prendre la parole.

Réunion de préparation de l'événement bordelais, 24 avril 2015. Une photo "témoignant de la vitalité et l'unité de la résistance bordelaise", dixit Sylvain Baron sur Facebook.
Réunion de préparation de l’événement bordelais, le 24 avril 2015. Une photo « témoignant de la vitalité et l’unité de la résistance bordelaise », dixit Sylvain Baron sur Facebook.

Le même jour, à Hellemmes-Lille (Nord) se tiendra une conférence sur un thème voisin (« La construction européenne d’hier à aujourd’hui ») en compagnie d’Annie Lacroix-Riz, de Georges Hallermayer du DKP (Deutsche Kommunistische Partei, Parti communiste allemand) et de Charles Hoareau, militant syndicaliste et politique marseillais. L’événement est organisé par le PRCF et la Coordination communiste du Nord-Pas-de-Calais.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Annie Lacroix-Riz invitée à un salon du livre antifasciste

Le week-end dernier avait lieu à l’Ecole normale supérieure (ENS) un Salon international du livre antifasciste et des écrits de résistance à l’extrême droite, organisé par Riposte antifasciste, une organisation membre de la Conex (Coordination nationale contre l’extrême droite). Le site du PRCF y a annoncé le 3 avril une intervention d’Annie Lacroix-Riz pour le lendemain 4 avril, tout en publiant un programme sur lequel elle ne figurait pas. Nous avions donc, dans le doute, décidé de ne pas relayer cette information. Néanmoins, nous avons pu avoir depuis une copie du programme imprimé (cliquer sur les images ci-dessous pour agrandir) et Annie Lacroix-Riz y figure bien, en lieu et place de Valérie Igounet, historienne spécialiste du négationnisme. De même, sa présence a été annoncée sur Démosphère Paris, ce qui nous avait au départ échappé. Il est tout de même incroyable qu’une telle personnalité, en dépit de sa sympathie affichée pour certaines théories du complot, de ses tentatives pour réhabiliter Staline et de sa fréquentation assidue de cercles « anti-impérialistes » dans lesquels sont actifs divers militants d’extrême droite puisse encore apparaître comme une interlocutrice crédible lorsqu’il s’agit de parler d’antifascisme. A noter que le 3 avril, Lacroix-Riz était l’invitée des Jeunes communistes du Loir-et-Cher, à l’invitation desquels elle a donné à Blois une conférence autour du thème « Aux origines du carcan européen (1900-1960) ».

IMG-20150412-00552IMG-20150412-00550IMG-20150412-00551

 

 

 

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Démosphère Paris continue de refuser des rendez-vous de soutien aux luttes des Kurdes

Nous pointions début novembre les problèmes posés par les choix éditoriaux de la modération de Démosphère Paris en matière de politique internationale, qui l’avait conduite à refuser un important rendez-vous de soutien aux Kurdes de Kobanê. Il semblerait que depuis rien n’ait changé, puisque Démosphère n’a toujours pas publié le rendez-vous de demain avec le militant kurde irakien Dashty Jamal. En revanche, l’agenda militant continue de relayer des conférences d’Annie Lacroix-Riz, comme c’était le cas  pour un séminaire sur Marx au 21e siècle le 14 février dernier à l’université Paris 1.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Démosphère Paris, un antifascisme à géométrie variable

L’agenda alternatif Démosphère Paris vient de publier un communiqué affirmant son engagement antifasciste. Pourtant, pas plus tard qu’aujourd’hui, tout en annonçant effectivement un rendez-vous de la CGT contre l’extrême droite, il annonce encore un débat avec Annie Lacroix-Riz qui doit se tenir ce soir à l’Université populaire des Yvelines. Or, cette historienne d’un genre particulier, en plus de nier les crimes de Staline, n’hésite pas à participer à des débats à l’invitation d’organisations pour le moins réactionnaires (Solidarité et Progrès, Union populaire républicaine) quand elle ne manifeste pas carrément aux côtés d’une négationniste, comme nous le soulignions il y a quelques jours. Il est donc pour le moins curieux de la retrouver dans un agenda « antifasciste ». De plus, aucune réponse n’est apportée par Démosphère Paris à ses refus répétés de publier des rendez-vous de soutien à des peuples en lutte contre d’autres formes de fascisme ailleurs dans le monde.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Rendez-vous de soutien à Kobanê refusés : où va Démosphère Paris ?

Engluée dans une ligne campiste, la modération de l’agenda alternatif Démosphère de la région parisienne a refusé de faire la promotion de la journée mondiale de soutien à Kobanê, au prétexte que la guerre contre Daesh servirait les intérêts de l’impérialisme occidental. Décryptage.