Ecologie

L’écologie fait partie des principaux sujets susceptibles d’ engendrer un certain confusionnisme politique.

Philippe Verdier, de France 2 à RT

2015-12-24_verdier_rtSuspendu courant octobre, Philippe Verdier a été licencié de France 2 le 1er novembre dernier, après y avoir officié pendant des années comme chef du service météo, au motif de la publication d’un livre climato-sceptique, Climat investigation, publié aux éditions du Ring, maison classée à l’extrême droite. Pour lui, le réchauffement climatique est « une religion » et il n’y aurait pas lieu de le combattre puisque égoïstement un pays comme la France pourrait même en tirer parti, ainsi que l’indique le résumé du livre sur le site de l’éditeur : « La France figure pourtant parmi les pays les moins touchés par le changement climatique. Notre économie et notre société bénéficient déjà des avantages considérables du réchauffement. Le développement des énergies renouvelables menace notre sécurité et ne compensera aucunement l’explosion démographique identifiée comme une cause principale du problème. Qui osera ouvertement rompre ces tabous sous la pression extrême des dirigeants ? » Pendant la Cop21, on a retrouvé Philippe Verdier sur RT, la télévision poutinienne. Il y animé une émission modestement intitulée « Verdier libre ». Dans le premier épisode, il affirmait par exemple : « force est de constater, c’est ce que disent certains observateurs, que depuis vingt ans nous vivons les années les plus chaudes et que nous avons en parallèle une baisse des guerres, une baisse de victimes de conflits. »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La Décroissance ou l’hôpital qui se moque de la charité

La Décroissance a finalement annulé, en raison de l’émotion suscitée par les attentats de la veille, son contre-sommet anti-Cop 21 qui devait se tenir le 14 novembre à Vénissieux et auquel la revue catholique Limite avait apporté son soutien. Devaient s’y trouver, aux côtés des contributeurs habituels du journal et d’universitaires, plusieurs de ses collaborateurs occasionnels issus de courants marxistes ou libertaires (Célia Izoard, Yannis Youlountas, Anselm Jappe), des militants antipub (Alessandro di Guiseppe, Yvan Gradis) mais aussi Thierry Jaccaud (rédacteur en chef de L’Ecologiste, revue proche de la Nouvelle Droite), Serge Latouche, le souverainiste Aurélien Bernier ou encore Cédric Biagini (éditions L’Échappée) et Pierre Thiesset (éditions Le Pas de côté), tous deux éditeurs du livre Vivre la simplicité volontaire qui réunit des chroniques du journal et dont les 4 000 premiers numérisation0017exemplaires sont épuisés. Dans le numéro du mois de décembre qui annonce ces deux nouvelles, on trouve également une chronique anti-« théorie du genre » sous couvert d’humour (voir ci-dessous), une illustration anti-Cop 21 à l’iconographie douteuse (voir ci-contre, cliquer pour agrandir) ou même un texte contre la manifestation anti-Cop 21 qui était prévue le 29 novembre et qui a finalement été interdite. « Le 18 novembre, le gouvernement a annulé les « marches pour la Cop21 à cause des événements du 13. Est-ce un mal ? », s’interroge le journal, se réjouissant presque de la répression contre cet événement, au prétexte de la présence prévue de Nicolas Hulot : « Voilà toute une partie de ce que la France compte d’organismes prêts à donner des leçons d’anticapitalisme à qui mieux mieux se ranger derrière la figure de proue du capitalisme maquillé en vert : Hulot. […] A noter que dans cette coalition figurent aussi des groupes confessionnels, quasiment tous représentés. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que La Décroissance aime jouer au jeu de l’hôpital qui se moque de la charité, lui qui publie régulièrement des partisans de la Manif pour Tous, des proches de la Nouvelle Droite ou même le vice-président de la si détestée Fondation Nicolas Hulot, Dominique Bourg, comme nous l’avons déjà montré ici, ou . Sans surprise, ce numéro compte d’ailleurs son réactionnaire attitré en la personne de Kevin Victoire (ex-Ragemag, actuellement co-animateur du Comptoir et contributeur de Limite, qui se dit « socialiste conservateur » ou « socialiste antimoderne »).

Inversion des valeurs, toujours : ce sont ici les défenseurs des études de genre qui sont traités de "pudibonds". (Cliquer pour agrandir)
Inversion des valeurs, toujours : ce sont ici les défenseurs des études de genre qui sont traités de « pudibonds ». (Cliquer pour agrandir)
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Les nouveaux papes verts

Depuis quelques années, les religions, en perte de vitesse dans des sociétés de plus en plus laïcisées (en tout cas en Occident), ont trouvé un nouveau filon pour assurer la promotion de leurs visions du monde : l’écologie. La Cop 21 leur offre une occasion en or de se faire entendre. Exemple avec l’Église catholique, particulièrement active dans ce domaine, notamment en France.

Qu’est-ce qu’Alternatiba ?

Les 26 et 27 septembre s’est tenu à Paris une Alternatiba, qui a réunit autour de 60 000 personnes sur la place de la République. Une autre, de dimension européenne, est prévue les 5 et 6 décembre à l’occasion de la Cop 21 à Montreuil. Mais d’où vient ce mouvement ? Comment fonctionne-t-il ? Quelles sont ses orientations ?

Paul Watson et Pierre Rabhi fondent la « Nation Océan »

Les fondateur de la nouvelle "nation" : Watson, Dubuquoy et Rabhi lèvent leur drapeau à La-Seyne-sur-Mer.
Les fondateurs de la nouvelle « nation » : Watson, Dubuquoy et Rabhi lèvent leur drapeau à La-Seyne-sur-Mer. (Le Monde)

Paul Watson et Pierre Rabhi ont lancé ce mois-ci la « Nation Océan » (The Ocean Nation) en compagnie du géographe Olivier Dubuquoy, initiateur du projet. Ce dernier, qui s’est fait connaître en militant contre le déversement des boues rouges en plein parc national marin des Calanques a déclaré : « « Ensemble, nous allons donner naissance à une nouvelle nation en revendiquant l’océan mondial, au nom de la totalité des citoyens liés par la Déclaration universelle de la nation océan. Nous voulons que l’océan acquière le rang de nation afin qu’il soit enfin reconnu comme un bien commun. Personne ne l’avait revendiqué avant nous. L’idée est un peu folle, mais elle nous paraît un bon moyen de rallier l’opinion publique à cette cause et, nous l’espérons, d’inciter des chefs d’Etat à s’engager » Plusieurs artistes, dont Matthieu Chedid et Sergent Garcia ce sont produits bénévolement lors du premier levé de drapeau à La-Seyne-sur-Mer, dans le Var, le 17 octobre dernier. Auparavant, le drapeau avait été agité le 1er octobre dans le Golfe de Saint-Tropez, « au moment même où se déroul[ait] le défi entre les navires du prince Albert II de Monaco et du prince Charles de Bourbon des deux Siciles dans le cadre des prestigieuses Voiles de Saint-Tropez », nous apprend Var Matin. Lire aussi l’article du Monde sur le même sujet. La Nation Océan a reçu le soutien d’Eva Joly et de José Bové :

1931984_474582506085991_335214969_n12431411_474582509419324_9714962_n

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Face à Kokopelli, solidarité avec Les Enragés

Nos camarades des Enragés ont repris il y a quelques jours deux articles documentés critiquant l’association de semences paysannes Kokopelli. Cela leur vaut d’être attaqués par un des dirigeants de cette organisation, Ananda Guillet, qui emploie un ton paranoïaque pour suggérer que le blog antifasciste pourrait être payé par l’industrie semencière :

« J’ai rédigé la présente réponse à l’article des Enragés, ou prétendus tels, qui inondent Kokopelli de calomnies et de diffamations, à partir de leur site internet […]. Au prime abord, je me suis dit que ce site était un site de l’opposition contrôlée à la solde de l’industrie semencière et de leurs complices politiques. Cependant, en règle générale, les articles de l’opposition contrôlée font part d’un minimum de cohérence, contrairement à celui-là, afin de mieux toucher la cible. En effet, l’industrie semencière a les moyens de se payer des journalistes qui rédigent des articles un tantinet mieux ficelés que ce tissu de sornettes. »

Alors que les textes diffusés par Les Enragés s’inquiètent de la diffusion par cette association de contenus mystiques et conspirationnistes qui sont une porte d’entrée vers l’extrême droite, Guillet extrapole et en conclut qu’on dénonce ses membres comme étant des militants d’extrême droite, tout en nous ressortant la rengaine désormais connue : « nous ne sommes ni de droite, ni de gauche » :

« Alors pourquoi s’attaquer à Kokopelli, à Pierre Rabhi, à Vandana Shiva et à tous les autres cités ? Serions-nous tous issus de l’extrême droite ?!? Est-ce bien cela ? L’auteur semble témoigner d’une définition, pour le moins très personnelle, des concepts “d’extrême droite” ou  “de droite radicale”. Il semblerait, même, que tout ce qui n’est pas à l’aune de sa compréhension soit automatiquement classé dans la case “extrême droite”. Nous subissons de très nombreuses attaques chez Kokopelli, souvent de la part des industriels semenciers, ou de l’état lui-même, mais c’est bien la première fois que nous sommes considérés comme partisans de “l’extrême droite”. J’inviterais, donc, l’auteur à venir nous rencontrer, dans notre ferme en Ariège, afin de discuter de la vie ensemble – et non pas de politique, car personnellement, je vomis avec force ce système politique miteux et abject – afin qu’il puisse se rendre compte, en son âme et conscience, que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique – qu’il soit de droite, de centre, ou de gauche ou de n’importe quoi d’autre, d’ailleurs… »

Parmi les mensonges véhiculés pour répondre aux Enragés, le zélé militant de Kokopelli écrit : « Là encore, il va falloir que l’auteur m’explique, par quel tour de passe-passe, il associe Pierre Rabhi aux Jardins de Gaïa. Personnellement, je ne vois absolument pas le rapport. » C’est donc sans doute sous l’effet d’un puissant produit hallucinogène qu’en nous rendant sur le site de de cette boutique partenaire de Kokopelli nous avons pu trouver ce genre de contenus annoncés en « une » (cliquer pour agrandir)  : 2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2

Notons que parmi les articles proposés par les Jardins de Gaïa, on trouve les produits biodynamiques Demeter.

Face à tant de mauvaise foi, nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec Les Enragés.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Dérives de l’écologisme

« Lundi matin », l’émission de Radio libertaire animée le groupe libertaire d’Ivry-sur-Seine, a consacré son émission de lundi dernier à la question du confusionnisme dans l’écologie. Y est en particulier évoqué le danger de certains discours anti-féministes qui sous couvert de critique de la technologie sont prêts à remettre en cause le libre accès des femmes à la contraception ou à l’avortement. Confusionnisme.info y est cité. Merci à ces camarades pour leur soutien.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Dans La Décroissance, une BD qui fait Führer

Décidément, c’est la consécration : après Michel Collon, c’est le journal La Décroissance qui vante mes succès dans la lutte contre le « confusionazisme », en me consacrant toute une bande dessinée dans son numéro d’octobre. Confusionnisme.info n’y est pas explicitement cité, au contraire du Lys noir en son temps, mais désigné sous le terme méprisant de … Continuer la lecture Dans La Décroissance, une BD qui fait Führer