François Ruffin

Ruffin et Lordon, une Nuit à dormir Debout

Nuit Debout nous donne l’occasion de publier, en partenariat avec plusieurs autres groupes et sites antifascistes, un dossier qui se veut aussi exhaustif que possible sur la galaxie citoyenniste, ses réseaux et ses errements idéologiques. Vous trouverez ci-dessous son sommaire avec des liens cliquables afin de naviguer à l’intérieur aussi aisément que possible. Fruit d’un … Continuer la lecture Ruffin et Lordon, une Nuit à dormir Debout

Les Citoyens constituants : « une idée qui mérite d’être creusée », selon Frédéric Lordon

Lors d’une rencontre organisée le 2 avril dernier par le collectif Penser l’émancipation-Paris Frédéric Lordon a été interrogé à propos du mouvement des Citoyens constituants, que nous avons déjà évoqué ici. Voici sa réponse :

« Que dire qui ne soit pas trop mièvre sur Les Citoyens constituants ? Sinon que tout ce qui développe la raison politique est bon à prendre, donc y compris le fait que les individus se réapproprient la question constitutionnelle, acquièrent à son propos une compétence et oui peut-être, offrent par tirage au sort […] les éléments d’une assemblée constituante. Bon, pourquoi pas ? Si vous voulez, dit comme ça, ça me paraît une idée à propos de laquelle je ne me prononcerai pas catégoriquement mais qui mérite au moins en tant que telle d’être creusée. »

La vidéo de cette conférence a été reprise avec son accord par le site du M’Pep. En janvier 2014, le conférencier gesticulant Franck Lepage avait témoigné dans l’émission de webradio « Nager entre deux chaises » avoir tenté de raisonner Etienne Chouard, principale référence théorique des Citoyens constituants, en sa compagnie : « On s’est engueulé avec un ami qui m’est cher, Etienne Chouard, à cause de son lien vers Egalité et Réconciliation. On a discuté avec Etienne, avec Frédéric Lordon, Bernard Friot, François Ruffin. On a essayé de dire à Etienne d’enlever ses liens vers Egalité et Réconciliation. » Pour l’anecdote, en 2012, Etienne Chouard s’était vanté d’avoir initié Frédéric Lordon au parapente, à l’occasion des Rencontres déconnomiques d’Aix-en-Provence :chouard_lordon_parapenteAujourd’hui Frédéric Lordon appelle à « tenir une ligne politique d’une rigueur de fer, ce qui signifie ne prêter le flanc en rien à des associations douteuses ». Or, « dans le cas d’Etienne Chouard il y a le frayage avéré avec des personnalités les plus nocives du secteur le plus nocif de la politique française. Alors c’est quand même un problème de première grandeur. Il m’est impossible de ne pas le dire. » L’économiste invite donc à « disjoindre cette question générale des modalités d’écriture de la constitution de la personne qui est devenue sont principal promoteur et qui à mon avis est devenu son principal boulet ». Mais est-ce encore possible ? Ce n’est en tout cas pas en faisant la promotion, même réservée, d’une organisation qui se réfère explicitement au « boulet » en question et qui multiplie les références complostistes et réactionnaires sur son compte Facebook que l’on peut contribuer à clarifier les choses, sans même parler des biais théoriques des thèses qu’elle défend…

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Pierre Carles prétendu adversaire de Soral, mais futur partenaire de Chouard ?

Dans un communiqué publié hier sur sa page Facebook, Pierre Carles relate qu’Alain Soral est mécontent qu’il ait fait retirer des extraits de son film Choron, dernière de la dernière vidéo d’auto-promotion du leader d’Égalité et Réconciliation. Le réalisateur indique à propos de Soral que « son parcours est pourtant aux antipodes de celui du prof ». Si refuser de voir ses œuvres détournées par la propagande soralienne est louable, il n’est cependant pas étonnant que Soral cherche à utiliser l’image de Choron : le fondateur d’Hara Kiri était un réactionnaire et un misogyne assumé, cela faisait partie de son personnage, ce que montre d’ailleurs le film de Carles. Plus intéressante est cependant la polémique qui l’oppose dans les commentaires à Yannis Youlountas. En effet, Pierre Carles a pris part à un projet de film, Demokratia, dans lequel apparaît également Étienne Chouard. Youlountas lui demande donc : « pourquoi acceptes-tu de participer actuellement à un documentaire qui fait la promotion d’Etienne Chouard ? On est nombreux à se poser la question. » Peu convaincu par la réponse alambiquée du réalisateur qui reprend l’article de François Ruffin dénonçant la lutte des antifascistes contre le confusionnisme (voir ci-dessous), le philosophe militant conclut : « la réponse est très claire : Pierre Carles n’es pas d’accord avec la présence de Chouard à ses côtés, mais il accepte quand même de se laisser faire par charité chrétienne, considérant les réalisateurs trop faibles physiquement pour retoucher leur montage. Chacun sa façon de lutter. » Un différend avait déjà opposé les deux hommes quand Pierre Carles avait publié, durant l’été 2013 dans Siné Mensuel, un texte en faveur d’Esteban Morillo contre Clément Méric, à la stupeur d’une partie des collaborateurs du journal non informés. 11124402_1438673599776596_1316944242_nDans le numéro suivant, ces derniers dont Yannis Youlountas avaient obtenu deux pages de droits de réponses pour contre-attaquer. Et Berth avait fait un dessin qui résumait bien la situation déjà contradictoire de Pierre Carles (cliquer pour agrandir).

2015-04-24_Carles_Youlountas1

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Philippe Corcuff : « Le confusionnisme néoconservateur brouille l’espace idéologique »

Nous avons rencontré le sociologue Philippe Corcuff, afin qu’il nous présente son livre paru récemment, Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard : un ouvrage stimulant qui mérite d’être lu et discuté car il pose publiquement un problème trop souvent éludé dans les milieux de la gauche radicale et libertaires.