Les Enragés

Calaisiens en colère : « Je vais chercher mon gun, c’est la guerre ce soir »

Nos camarades des Enragés font le point sur les violences d’extrême droite contre les migrants à Calais. C’est à lire ici. En particulier, ils reproduisent à titre documentaire des menaces de violences voire de mort proférées notamment par des membres du groupe Calaisiens en colère ou des gens qui lui sont proches.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Soutenez Les Enragé-e-s !

chomeurs_enragésNos camarades des Enragé-e-s connaissent des difficultés matérielles. Ils lancent un appel à soutien financier. Au delà du travail d’information et de transmission de savoir politique qu’ils font sur leur site, les membres des Enragé-e-s mènent un indispensable travail de veille sur les réseaux d’extrême droite, conspirationnistes, confusionnistes… Nous vous prions donc de les aider si vous le pouvez. Un grand merci pour eux !cropped-cropped-bannièrelesenragés2

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Face à Kokopelli, solidarité avec Les Enragés

Nos camarades des Enragés ont repris il y a quelques jours deux articles documentés critiquant l’association de semences paysannes Kokopelli. Cela leur vaut d’être attaqués par un des dirigeants de cette organisation, Ananda Guillet, qui emploie un ton paranoïaque pour suggérer que le blog antifasciste pourrait être payé par l’industrie semencière :

« J’ai rédigé la présente réponse à l’article des Enragés, ou prétendus tels, qui inondent Kokopelli de calomnies et de diffamations, à partir de leur site internet […]. Au prime abord, je me suis dit que ce site était un site de l’opposition contrôlée à la solde de l’industrie semencière et de leurs complices politiques. Cependant, en règle générale, les articles de l’opposition contrôlée font part d’un minimum de cohérence, contrairement à celui-là, afin de mieux toucher la cible. En effet, l’industrie semencière a les moyens de se payer des journalistes qui rédigent des articles un tantinet mieux ficelés que ce tissu de sornettes. »

Alors que les textes diffusés par Les Enragés s’inquiètent de la diffusion par cette association de contenus mystiques et conspirationnistes qui sont une porte d’entrée vers l’extrême droite, Guillet extrapole et en conclut qu’on dénonce ses membres comme étant des militants d’extrême droite, tout en nous ressortant la rengaine désormais connue : « nous ne sommes ni de droite, ni de gauche » :

« Alors pourquoi s’attaquer à Kokopelli, à Pierre Rabhi, à Vandana Shiva et à tous les autres cités ? Serions-nous tous issus de l’extrême droite ?!? Est-ce bien cela ? L’auteur semble témoigner d’une définition, pour le moins très personnelle, des concepts “d’extrême droite” ou  “de droite radicale”. Il semblerait, même, que tout ce qui n’est pas à l’aune de sa compréhension soit automatiquement classé dans la case “extrême droite”. Nous subissons de très nombreuses attaques chez Kokopelli, souvent de la part des industriels semenciers, ou de l’état lui-même, mais c’est bien la première fois que nous sommes considérés comme partisans de “l’extrême droite”. J’inviterais, donc, l’auteur à venir nous rencontrer, dans notre ferme en Ariège, afin de discuter de la vie ensemble – et non pas de politique, car personnellement, je vomis avec force ce système politique miteux et abject – afin qu’il puisse se rendre compte, en son âme et conscience, que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique – qu’il soit de droite, de centre, ou de gauche ou de n’importe quoi d’autre, d’ailleurs… »

Parmi les mensonges véhiculés pour répondre aux Enragés, le zélé militant de Kokopelli écrit : « Là encore, il va falloir que l’auteur m’explique, par quel tour de passe-passe, il associe Pierre Rabhi aux Jardins de Gaïa. Personnellement, je ne vois absolument pas le rapport. » C’est donc sans doute sous l’effet d’un puissant produit hallucinogène qu’en nous rendant sur le site de de cette boutique partenaire de Kokopelli nous avons pu trouver ce genre de contenus annoncés en « une » (cliquer pour agrandir)  : 2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2

Notons que parmi les articles proposés par les Jardins de Gaïa, on trouve les produits biodynamiques Demeter.

Face à tant de mauvaise foi, nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec Les Enragés.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Des ressources sur le fascisme et le confusionnisme

A lire chez les Enragés, un très long texte qui s’interroge sur ce qu’est le fascisme, au travers d’analyses passées et présentes et de citations d’auteurs ayant longuement réfléchi au sujet (Daniel Guérin, Léon Trotsky, Ernest Mandel, Moishe Postone), ainsi que de documents illustrant la nature du fascisme contemporain. L’occasion de (re)découvrir une synthèse du collectif antifasciste sur Frédéric Taddeï et son émission « Ce soir ou jamais », connue pour inviter régulièrement des théoriciens d’extrême droite sous couvert d’impertinence, ou encore un démontage du concept de « classe moyenne ». A lire par ailleurs sur le site de Radio Vosstanie, une critique très intéressante des implications et des limites du concept de « confusionnisme ». Extraits :

« En qualifiant toute la nébuleuse crypto-soralienne ou chouardo-compatible, les Lordon et Ruffin et autres promoteurs du protectionnisme national taxateur de la finance, par des caudillos peinturlurés de diverses nuances de rouges et les spectateurs pacifiés par d’innombrables “complots”, de « confus”, n’y a t-il pas une prétention à vouloir encore les éclairer de nos “lumières” ou à dénoncer des attitudes sous vocable psychologique là où elles ne sont que politiques ? Car ces gens là ne sont pas “confus” ! Si certains sont des abrutis et des moutons qui n’attendent que sermons et bénédictions (et se retrouvent pour certains en compagnie de religieux), Ils n’en défendent pas moins des options politiques très claires. Elles ne sont ni obscures ou embrouillées, et si nous avons du mal à les identifier c’est notre absence de culture politique qu’il faut remettre en cause et ne pas faire de projection. […] Les vouloir moins étatistes ou revenant sur leurs positions génétiquement nationalistes (jusqu’à être identitaires) n’est pas simplement une gageure c’est un combat perdu d’avance. A la fois pour des questions de rapports de forces mais aussi parce qu’infléchir n’est pas les faire changer de positions. Je me demande d’ailleurs si cela ne s’apparente pas à la bonne vieille tactique réformiste ? Il n’y a rien à sauver dans les appareils. Peut-on y voir une « Stratégie par la confusion » ? Même pas. Mais ils ont bien une stratégie et même une très vieille qui consiste à promouvoir les mêmes solutions de bureaucrates-régulateurs du capitalisme et de l’encadrement des masses (par l’Etat, la nation, l’identité et les hiérarchies). Leur conception du monde s’occupe de “réguler” (grâce à ce package politique bourgeois) l’économie et les esprits. […] »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page