Manuel Valls

Manuel Valls pousse les députés PS à applaudir en mémoire de Charles Pasqua

Alors que les députés des Républicains ont lancé avant-hier une standing ovation pour Charles Pasqua, ceux du Parti socialiste ont dans un premier temps refusé de le rejoindre. Une offense pour Manuel Valls, qui s’est aussitôt levé, s’est mis à applaudir en incitant ses collègues hésitants à faire de même (voir ici et ). Rejoint bon gré mal gré par les bancs de la gauche, le ministre de l’Intérieur s’est ensuite fendu d’un petit discours appelant à « honorer la mémoire » d’« un des plus jeunes résistants de notre pays », alors que l’Elysée s’est lui contenté de son côté d’un communiqué laconique publié douze heures après l’annonce du décès. Il est à noter qu’il y a quelques mois, les mêmes députés avaient refusé d’observer une minute de silence en hommage à Rémi Fraisse. Face au concert de louanges quasi-unanimes qui agite la classe politique française depuis le décès de Charles Pasqua, notons le communiqué détonnant du NPA qui salue la « mort d’un pourri » et rappelle les aspects les plus sombres de la carrière de l’ancien ministre de l’Intérieur, dont l’image restera associée à des lois répressives notamment à l’encontre des migrants et à la mort de Malik Oussekine.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Rassemblements racistes aujourd’hui à Paris, Quimper et Montpellier

Comme à chaque fois que de tels événements surviennent, les attentats récents servent de nouveau de prétexte à manifestation pour l’extrême droite. C’est ainsi que Riposte laïque et Résistance républicaine annoncent une série de rassemblements aujourd’hui à Paris, Quimper et Montpellier. Des rendez-vous relayés notamment par Synthèse nationale. Alors même que Manuel Valls, en parlant de « guerre de civilisation », n’en finit plus de donner des gages aux racistes de tous poils, cela n’est jamais suffisant à leurs yeux : aussi, les rassemblements d’aujourd’hui auront pour but de demander « la démission du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, que nous accusons, par leur soumission à l’islam, de livrer nos compatriotes à la folie meurtrière des plus radicaux des musulmans ». Contrairement à deux initiatives qui avaient été interdites en janvier, celle-ci a été autorisée par la préfecture de Paris. Notons tout de même qu’à Quimper, un contre-rassemblement antifasciste est organisé.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Propagande, haine et meurtre : l’histoire du terrorisme d’extrême droite en Europe

Alors que l’existence d’un terrorisme islamiste sert de prétexte à la libération de la parole et des actes racistes et que certains de nos dirigeants irresponsables agitent le chiffon rouge d’une « guerre de civilisation », nous vous proposons pour mémoire une plongée dans l’histoire du terrorisme d’extrême droite, qui a fait plus de deux cents morts dans toute l’Europe depuis quarante ans. Ce documentaire, diffusé sur Arte en 2012, souligne la complicité dont certains groupes ont pu jouir par le passé de la part de larges pans des appareils étatiques, par exemple dans l’Italie des années de plomb. Mais il montre aussi l’actualité encore prégnante du phénomène, puisque, au-delà du cas spectaculaire d’Anders Behring Breivik, dans les années 2000, une cellule de trois activistes a perpétré en Allemagne des meurtres sur des personnes d’origine immigrée à l’ombre du terrorisme islamiste, qui détournait alors l’attention de la police et à permis à ces néo-nazis d’agir en toute impunité. Encore aujourd’hui, on peut se demander si les militants néo-fascistes partis combattre en Ukraine feront à leur retour l’objet des mêmes mesures de surveillance que les islamistes désireux de rejoindre Daesh.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page