Parti communiste français (PCF)

Chalon-sur-Saône : les recrues de « gauche » de Debout la France

De gauche à droite sur la photo : Yves Guillot, conseiller politique Debout la République (DLR) dans le Mâconnais ; France Robert, gérante du camping municipal d’Épinac et sur la liste DLR aux sénatoriales ; Nicolas Dupont-Aignan, député-maire d’Yerres et Président de DLR ; Armand Roy, maire de Flagy (dans le Clunisois) et tête de la liste DLR aux sénatoriales ; Maxime Thiebaut, représentant départemental DLR et Jean-Noël Chassigneux, conseiller municipal d’opposition à Gueugnon et sur la liste DLR aux sénatoriales. Photo N.D. / JSL
De gauche à droite sur la photo, prise en 2014 à l’occasion des élections sénatoriales : Yves Guillot, conseiller politique Debout la République (DLR) dans le Mâconnais ; France Robert, gérante du camping municipal d’Épinac et sur la liste DLR aux sénatoriales ; Nicolas Dupont-Aignan, député-maire d’Yerres et Président de DLR ; Armand Roy, maire de Flagy (dans le Clunisois) et tête de la liste DLR aux sénatoriales ; Maxime Thiebaut, représentant départemental DLR et Jean-Noël Chassigneux, conseiller municipal d’opposition à Gueugnon et sur la liste DLR aux sénatoriales. Photo N.D. / JSL

A Chalon-sur-Saône, la liste Debout la France (DLF) conduite par Maxime Thiébaut pour les élections régionales réunit des candidats venus de la gauche, nous a appris il y a quelques temps un média local. Des faits confirmés depuis le dépôt officiel des listes. Samuel Brandily s’était présenté aux municipales de 2001 au nom du Mouvement républicain et citoyen (MRC) alors présidé par Jean-Pierre Chevènement sur la liste d’union de la gauche conduite par Bettina Laville, et aux législatives de 2002. Après avoir arrêté la politique pendant dix ans, il a rejoint DLR en janvier 2013 et se définit comme « un souverainiste de gauche qui a rejoint Dupont-Aignan » (Le Journal de Saône-et-Loire (JSL) édition Montceau, 9 novembre 2015). Si les porosités entre chevènementistes et souverainistes de droite sont néanmoins connues, le parcours de Jean-Noël Chassigneux est sans doute moins commun. En remontant dans le temps, on retrouve la trace de cet ancien militant de la CGT Métallurgie en tant que premier adjoint du maire PCF de Clichy-sous-Bois André Deschamps, mis en cause à la fin des années 1980 pour des propos racistes et désavoué par son parti. En 1992, son nom apparaît sur une liste classée à l’extrême gauche aux élections régionales en Ile-de-France, puis en 1995 lors des élections municipales à Clichy-sous-Bois comme bras droit de André Sainjon, ancien secrétaire de la fédération des métaux CGT évincé par les communistes les plus «durs», réélu député européen sur la liste de Bernard Tapie en juin 1994, selon Libération. L’année dernière, il s’était présenté aux élections sénatoriales pour Debout la République en Saône-et-Loire. Notons aussi la présence sur la liste de Thiébaut de France Robert, présentée comme « engagée dans l’écologie intelligente » et qui serait une adepte de Pierre Rabhi. D’autre part, DLF a aussi réussi à rallier à lui des candidats venus de la droite la plus classique, à savoir des Républicains (ex-UMP) comme Michèle Boucomont, qui se présente dans la Nièvre. Si la campagne de Nicolas Dupont-Aignan en région parisienne vise les « automobilistes maltraités », celle de Thiébaut en Bourgogne n’est pas moins démagogique, puisqu’elle vise les « usagers maltraités » des TER, auprès desquels le jeune candidat est allé diffuser sa propagande le 8 novembre dernier. Enfin, il aimerait bien s’allier les voix du Medef local, comme en témoigne cette lettre ouverte au syndicat patronal dans laquelle il regrette de ne pas avoir été invité à un débat économique organisé par lui  (cliquer pour agrandir) :

12186479_935305706558335_487280178493954988_o 12188137_935305683225004_8696233905496826456_o

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Ce soir à Béziers : Maxime Vivas (LGS) à l’avant-garde de la lutte anti-Ménard ?

Ce soir à Béziers, le PCF invite l’inimitable Maxime Vivas pour débattre autour de ses derniers livres. Cela devrait encore une fois permettre à l’animateur du Grand Soir (LGS) de se poser en parangon de vertu antifasciste, puisque la soirée tournera logiquement autour de la dénonciation de Robert Ménard et du FN. Rappelons pourtant que Le Grand Soir est toujours aussi peu regardant quant aux contenus qu’il diffuse, puisqu’il s’est encore illustré cette année par la publication de contenus sexistes ou par des attaques contre des militants antifascistes, mais aussi tout récemment par la publication d’un article de l’écrivain d’extrême droite russe Edouard Limonov. En ce moment-même, sa « une » affiche des contenus pro-Assad et pro-Poutine, un article de Pierre Lévy ou encore un éditorial à connotation raciste (voir-ci-dessous). Comme média antifasciste, on fait mieux ! Maxime Vivas avait déjà été invité en octobre 2013 dans les locaux de la Cimade biterroise par Europe-Ecologie-Les-Verts. Cliquer pour agrandir :

Le débat annoncé sur le Twitter du principal représentant local du PCF.
Le débat annoncé sur le compte Twitter du principal représentant local du PCF.
L'édito qui est à la "une" du Grand Soir à l'heure où nous écrivons.
L’édito qui est à la « une » du Grand Soir à l’heure où nous écrivons.
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

A lire sur Mondialisme.org : « Idéologues et militants du social-chauvinisme »

A lire sur Mondialisme.org, un long dossier de Ni Patrie Ni Frontières qui revient sur l’histoire et l’actualité du social-chauvinisme et dresse un panorama de ses idéologues et militants. Voici sa présentation :

« Le « social-chauvinisme » est une vieille expression polémique utilisée durant la Première Guerre mondiale par les socialistes marxistes internationalistes (Lénine, Luxembourg, etc.) pour dénoncer les sociaux-démocrates qui soutenaient leurs bourgeoisies nationales respectives en usant d’une phraséologie pseudo-radicale… Aujourd’hui on retrouve le même type d’arguments sociaux-patriotes chez :

– des intellectuels (Todd, Lordon, Michéa, Ariès , les équipes du « Monde diplomatique » et de « Politis », à gauche mais aussi les mêmes arguments nationalistes chez des républicains de droite, Taguieff, Finkielkraut, etc.)

– et des organisations (ATTAC, PCF, Parti de Gauche, MPEP, etc.).

Les membres de cette mouvance :

– critiquent « l’oligarchie » (vieux concept d’extrême droite), la dictature de la finance et la Bourse (idem) ;

– ils prônent un capitalisme industriel, productif, national et un Etat fort menant une politique keynésienne d’indépendance nationale, sans oublier, bien sûr, la défense des PME « bien de chez nous ».

Pour ce faire, ils s’affublent d’un masque critique, anticapitaliste ou altermondialiste, toujours chauvin.

Démystifier ces discours et ces organisations est essentiel dans une période où la compétition économique entre les Etats européens ne fait qu’attiser les régionalismes, les nationalismes, et la xénophobie sous toutes ses formes. »

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Les derniers soutiens d’Alexis Tsipras

Photomontage circulant sur les réseaux sociaux : "Pour la première fois, la gauche frappe et gaze."
Photomontage circulant sur les réseaux sociaux : « Pour la première fois, la gauche frappe et gaze. »

Alors qu’Alexis Tsipras a fait voter son mémorandum avec le soutien de l’opposition de droite, alors qu’il a du coup perdu le soutien d’une bonne partie de son propre parti (voir aussi ici) et alors que manifestations et émeutes se multiplient en Grèce contre ces nouvelles mesures d’austérité et font l’objet d’une forte répression, le premier ministre grec peut toujours compter sur ses soutiens à l’étranger, que ce soit en France Pierre Laurent ou Jean-Luc Mélenchon ou en Espagne le leader de Podemos, Pablo Iglesias. « C’est triste, mais c’est la seule chose qu’il pouvait faire », a déclaré ce dernier, précisant : « La politique est abjecte. […] Ce qui s’est passé en Grèce, c’est la vérité du pouvoir. » Et d’affirmer : « mais c’était une situation limite : soit l’accord, soit une sortie de l’euro […] d’une certaine manière le gouvernement [grec] a gagné en stabilité » Quant à Jean-Luc Mélenchon, interrogé par la télévision associative Télé Bocal sur le non respect de ses promesses par Tsipras, il a eu cette réponse très énervée : « Et toi par exemple, est-ce que tu n’es pas un menteur dans ta vie privée ? Tu n’as jamais menti à personne ? Tu n’a jamais menti à aucune femme ? […] Ce n’est pas un politique « qui a décidé que » comme tous les autres, c’est un homme qui est tout seul face à dix-huit personnes. » Enfin, Pierre Laurent, le porte-parole du PCF, trouve lui que « si un accord est signé, c’est grâce au courage du Premier Ministre grec. Pour la première fois, un chef de gouvernement a osé affronter les puissances dominantes qui pensent que tout leur est permis en Europe. Le soutien de son peuple n’a cessé de grandir depuis janvier pour cette raison. » De son côté, le ministre de l’économie démissionnaire Yanis Varoufákis a été invité par Arnaud Montebourg et ses amis à leur Fête de la Rose.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Les louvoiements de Bruno Drweski entre le PCF et l’extrême droite

On retrouve le nom de Bruno Drweski dans de très nombreuses initiatives anti-impérialistes. Personnage discret, cet universitaire n’en entretient pas moins un important réseau d’influence tant à gauche (et notamment auprès de militants communistes) qu’à l’extrême droite. Non content de théoriser le confusionnisme politique, il le met en pratique.

Ruptures, nouveau mensuel souverainiste

Ce 29 mai, jour anniversaire des dix ans du « non » au TCE, une nouvelle revue souverainiste devait voir le jour : Ruptures, héritière de Bastille République Nations. Sa sortie est repoussée à fin juin, mais nul doute que quoiqu’en prétende son titre, elle sera dans la lignée de son prédécesseur, cultivant un nationalisme bon teint mâtiné de protectionnisme et de républicanisme.

Michel Collon et Saïd Bouamama en tournée dans le Nord-Pas-de-Calais

Demain à Roubaix (Nord), Michel Collon et Saïd Bouamama donneront une conférence autour du livre de Collon Je suis ou je ne suis pas Charlie ? (éditions Investig’Action), à l’invitation du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP) et des Jeunes Communistes de Lille. Le 16, les mêmes, qui sont visiblement en tournée promotionnelle, sont intervenus à la Fête L’Humain d’abord, organisée à Avion (Pas-de-Calais) par le Front de Gauche et le PCF et lors de laquelle sont également intervenus des cadres de la CGT locale.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Jean-Luc Mélenchon partage le site complotiste Réseau International

Jean-Luc Mélenchon a partagé cette nuit un lien vers Réseau International, site de « réinformation » sur l’actualité internationale à tonalité complotiste et pro-Poutine qui publie notamment les écrits de Silvia Cattori, de Paul Craig Roberts ou d’Hicham Hamza et conseille de visiter les « sites incontournables » que sont Wikistrike, Les Moutons enragés, Le Réseau Voltaire, La Voix de la Russie ou même Egalité et Réconciliation. A noter que parmi ceux qui y occupent une place de choix, on compte Résistance-politique.fr, un site soviéto-Mao-nostalgique animé par des militants du PCF lillois, dont le dénommé Capitaine Martin, collaborateur du Grand Soir. Enfin, la page « A propos » de Réseau international rend hommage aux travaux de Marc-Edouard Nabe et de Thierry Meyssan.

2015-05-18_mélenchon_réseauinternational3réseauinternational_liens réseauinternational_auteursPage de liens et liste des auteurs de RéseauInternational.net. (Cliquer sur les images pour agrandir)

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

René Balme nommé maire honoraire de Grigny (Rhône)

Dans deux jours se tiendra à Givors une cérémonie visant à faire de René Balme un maire honoraire de Grigny (Rhône). Sous les étiquettes PCF puis Front de Gauche, René Balme a dirigé cette ville pendant vingt-deux ans, avant de perdre son siège lors des dernières municipales face à la droite. Il s’était surtout fait connaître au-delà de sa ville par l’animation d’un site web complotiste à tonalité antisémite, Oulala.net. « Maire honoraire » est un titre honorifique décerné à tout élu ayant rempli la fonction de maire pendant au moins 18 ans, à sa demande ou à celle de la municipalité qu’il a dirigée. Dans son cas, on peut supposer que l’actuelle municipalité de Grigny ne soutient pas cette initiative, puisque c’est le maire PCF de Givors Martial Passi qui lui remettra son diplôme.Maire-Honoraire_700

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page