Pierre Rabhi

Figure tutélaire de l’agriculture paysanne, Pierre Rabhi est le théoricien d’une pensée qui sous des dehors humanistes est en fait profondément mystique et réactionnaire. Soutenu tant par des personnalités des courants réformistes de l’écologie politique que par des militants radicaux, c’est un des vecteurs du confusionnisme politique dans le mouvement écologiste. Il dirige le mouvement des Colibris. Dans des documents datant de 2008 et 2009, il est cité comme vice-président de l’association de protection des semences paysannes Kokopelli, et est toujours mentionné comme tel par exemple sur Wikipedia. Il a également fait partie du comité éditorial du journal La Décroissance à ses débuts.

Ruffin et Lordon, une Nuit à dormir Debout

Nuit Debout nous donne l’occasion de publier, en partenariat avec plusieurs autres groupes et sites antifascistes, un dossier qui se veut aussi exhaustif que possible sur la galaxie citoyenniste, ses réseaux et ses errements idéologiques. Vous trouverez ci-dessous son sommaire avec des liens cliquables afin de naviguer à l’intérieur aussi aisément que possible. Fruit d’un … Continuer la lecture Ruffin et Lordon, une Nuit à dormir Debout

Paul Watson et Pierre Rabhi fondent la « Nation Océan »

Les fondateur de la nouvelle "nation" : Watson, Dubuquoy et Rabhi lèvent leur drapeau à La-Seyne-sur-Mer.
Les fondateurs de la nouvelle « nation » : Watson, Dubuquoy et Rabhi lèvent leur drapeau à La-Seyne-sur-Mer. (Le Monde)

Paul Watson et Pierre Rabhi ont lancé ce mois-ci la « Nation Océan » (The Ocean Nation) en compagnie du géographe Olivier Dubuquoy, initiateur du projet. Ce dernier, qui s’est fait connaître en militant contre le déversement des boues rouges en plein parc national marin des Calanques a déclaré : « « Ensemble, nous allons donner naissance à une nouvelle nation en revendiquant l’océan mondial, au nom de la totalité des citoyens liés par la Déclaration universelle de la nation océan. Nous voulons que l’océan acquière le rang de nation afin qu’il soit enfin reconnu comme un bien commun. Personne ne l’avait revendiqué avant nous. L’idée est un peu folle, mais elle nous paraît un bon moyen de rallier l’opinion publique à cette cause et, nous l’espérons, d’inciter des chefs d’Etat à s’engager » Plusieurs artistes, dont Matthieu Chedid et Sergent Garcia ce sont produits bénévolement lors du premier levé de drapeau à La-Seyne-sur-Mer, dans le Var, le 17 octobre dernier. Auparavant, le drapeau avait été agité le 1er octobre dans le Golfe de Saint-Tropez, « au moment même où se déroul[ait] le défi entre les navires du prince Albert II de Monaco et du prince Charles de Bourbon des deux Siciles dans le cadre des prestigieuses Voiles de Saint-Tropez », nous apprend Var Matin. Lire aussi l’article du Monde sur le même sujet. La Nation Océan a reçu le soutien d’Eva Joly et de José Bové :

1931984_474582506085991_335214969_n12431411_474582509419324_9714962_n

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Face à Kokopelli, solidarité avec Les Enragés

Nos camarades des Enragés ont repris il y a quelques jours deux articles documentés critiquant l’association de semences paysannes Kokopelli. Cela leur vaut d’être attaqués par un des dirigeants de cette organisation, Ananda Guillet, qui emploie un ton paranoïaque pour suggérer que le blog antifasciste pourrait être payé par l’industrie semencière :

« J’ai rédigé la présente réponse à l’article des Enragés, ou prétendus tels, qui inondent Kokopelli de calomnies et de diffamations, à partir de leur site internet […]. Au prime abord, je me suis dit que ce site était un site de l’opposition contrôlée à la solde de l’industrie semencière et de leurs complices politiques. Cependant, en règle générale, les articles de l’opposition contrôlée font part d’un minimum de cohérence, contrairement à celui-là, afin de mieux toucher la cible. En effet, l’industrie semencière a les moyens de se payer des journalistes qui rédigent des articles un tantinet mieux ficelés que ce tissu de sornettes. »

Alors que les textes diffusés par Les Enragés s’inquiètent de la diffusion par cette association de contenus mystiques et conspirationnistes qui sont une porte d’entrée vers l’extrême droite, Guillet extrapole et en conclut qu’on dénonce ses membres comme étant des militants d’extrême droite, tout en nous ressortant la rengaine désormais connue : « nous ne sommes ni de droite, ni de gauche » :

« Alors pourquoi s’attaquer à Kokopelli, à Pierre Rabhi, à Vandana Shiva et à tous les autres cités ? Serions-nous tous issus de l’extrême droite ?!? Est-ce bien cela ? L’auteur semble témoigner d’une définition, pour le moins très personnelle, des concepts “d’extrême droite” ou  “de droite radicale”. Il semblerait, même, que tout ce qui n’est pas à l’aune de sa compréhension soit automatiquement classé dans la case “extrême droite”. Nous subissons de très nombreuses attaques chez Kokopelli, souvent de la part des industriels semenciers, ou de l’état lui-même, mais c’est bien la première fois que nous sommes considérés comme partisans de “l’extrême droite”. J’inviterais, donc, l’auteur à venir nous rencontrer, dans notre ferme en Ariège, afin de discuter de la vie ensemble – et non pas de politique, car personnellement, je vomis avec force ce système politique miteux et abject – afin qu’il puisse se rendre compte, en son âme et conscience, que nous ne sommes affiliés à aucun parti politique – qu’il soit de droite, de centre, ou de gauche ou de n’importe quoi d’autre, d’ailleurs… »

Parmi les mensonges véhiculés pour répondre aux Enragés, le zélé militant de Kokopelli écrit : « Là encore, il va falloir que l’auteur m’explique, par quel tour de passe-passe, il associe Pierre Rabhi aux Jardins de Gaïa. Personnellement, je ne vois absolument pas le rapport. » C’est donc sans doute sous l’effet d’un puissant produit hallucinogène qu’en nous rendant sur le site de de cette boutique partenaire de Kokopelli nous avons pu trouver ce genre de contenus annoncés en « une » (cliquer pour agrandir)  : 2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2015-10-27_jardinsdegaia_rabhi2

Notons que parmi les articles proposés par les Jardins de Gaïa, on trouve les produits biodynamiques Demeter.

Face à tant de mauvaise foi, nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec Les Enragés.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Rabhi, Kempf et Bergé reçus à l’Assemblée nationale

2015-06-04_mardisavenir_anMardi dernier, Pierre Rabhi et Hervé Kempf ont participé aux très officiels « Mardis de l’Avenir » organisés par l’Assemblée nationale, aux côtés du patron Pierre Bergé et de divers représentants des médias dominants dont Nicolas Charbonneau, directeur adjoint à l’information à TF1 ou Fanny Agostini, présentatrice de la météo sur BFM TV, ainsi que de plusieurs députés (cliquer sur l’image ci-contre pour voir le programme complet). Loin de l’écologie radicale, il s’agissait de réfléchir à la promotion d’une « culture de la transition écologique », concept déjà fumeux abondamment utilisé par les adeptes du green washing.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Ecologie, Monnaie… Le clan Rabhi à l’avant-garde de la confusion

Gabriel Rabhi, fils de Pierre, commence peu à peu à se faire une place au sein de la complosphère, et affiche sans honte ses sympathies pour l’extrême droite. Beaucoup plus discret, son frère David partage les mêmes idées sur Facebook. Sans aller aussi loin, leur père est connu pour développer une pensée réactionnaire et mystique, sous couvert d’humanisme, qui rencontre un grand succès dans les milieux écologistes. Le confusionnisme, une tradition chez les Rabhi ?