Première guerre mondiale

Il y a 100 ans dans l’Artois : « deux armées ennemies face à face sans tirer un coup de fusil »

Pour Noël, nous vous offrons quelques extraits des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918. En ces temps de prolifération des discours nationalistes et bellicistes, il est bon de se souvenir que la guerre n’est pas un jeu mais qu’au milieu de ses horreurs peuvent parfois jaillir des étincelles de fraternité.

Nicolas Dupont-Aignan et le « 4e Reich »

Jean-Luc Mélenchon n’est pas le seul à oser les métaphores historiques douteuses. Nicolas Dupont-Aignan a lui carrément comparé sur Twitter la politique du gouvernement allemand à celle d’un 4e Reich :

2015-07-17_NDA_GrèceIl a par la suite tenté de se justifier maladroitement, en expliquant trois jours plus tard sur France 2 que « personne n’a compris ma formulation parce que ‘Reich’ en allemand, ça ne veut pas dire ‘régime hitlérien’, pas du tout, ça veut dire ’empire’. Il y a le 1er Reich, le 2e Reich. Même la République de Weimar s’est appelée ‘Reich’. […] J’ai volontairement, de manière un peu provocatrice c’est vrai, employé ce mot car je crois, en tant que gaulliste, à l’amitié franco-allemande. » Toujours le 12 juillet, il a retweeté une brillante analyse de son économiste préféré comparant la situation actuelle à celle qui prévalait en Europe à la veille du déclenchement de la Première guerre mondiale :

2015-07-17_NDA_Sapir_Grèce

Décidément, l’Allemagne et les deux guerres mondiales sont une obsession chez les souverainistes !

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Jean-Luc Mélenchon compare le gouvernement Merkel au régime nazi

Jean-Luc Mélenchon vient encore de faire une comparaison historique osée :

2015-07-16_mélenchon_gvtallemandComme on s’en doute, il fait ici référence à trois événements : les deux conflits mondiaux qui ont ensanglanté l’Europe au 20e siècle et la crise actuelle. Outre l’anachronisme de la chose, faut-il lui rappeler que s’agissant de la Première guerre mondiale, on peut considérer tous les États belligérants comme étant co-responsables du déclenchement du conflit et de son enlisement ? Quant à la Seconde guerre mondiale, si la responsabilité du régime nazi est en effet écrasante, faut-il pour autant rappeler qu’entre 1933 et 1939, les gouvernements français et britannique ont plus souvent qu’à leur tour fait preuve d’une complaisance coupable envers le dictateur, abandonnant au passage à son sort la révolution espagnole ? Quant à la crise actuelle, outre qu’elle n’a rien à voir avec un conflit armé et que dresser un parallèle entre les deux est même assez odieux car cela revient notamment à relativiser la gravité des crimes nazis, faut-il encore souligner que toutes les bourgeoisies nationales européennes (pour rester dans le cadre de ce continent) en sont co-responsables, qu’elles soient allemande, française ou grecque ? Mélenchon multiplie en ce moment les références au régime nazi quand il évoque le gouvernement d’Angela Merkel. Il a beau tenter de se rattraper ensuite en précisant que tout cela «n’a rien de comparable à la deuxième Guerre mondiale», et qu’«on ne parle pas de la même idéologie», le mal est fait.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

A lire : Les dix derniers jours, de Jean-Claude Lamoureux

Eté 1914 : dans les dix jours qui précédèrent le déclenchement du premier conflit mondial, le mouvement ouvrier perdit la bataille de l’internationalisme et de l’antimilitarisme et se convertit dans une large mesure, bon gré mal gré, aux nécessités belliqueuses du moment. Mais cet apparent retournement idéologique en était-il vraiment un ?