Résistance républicaine

Riposte laïque prie à Sainte-Rita

Riposte laïque, qui ne porte depuis longtemps plus de « laïque » que le nom et sa sous-marque Résistance républicaine, ont rejoint le mouvement de soutien à l’église Sainte-Rita dans le 15e arrondissement de Paris pour une messe en l’honneur des avocats, et plus particulièrement en mémoire de Joseph Scipilliti, l’avocat des deux organisations anti-musulmans, qui s’est suicidé le 30 octobre dernier après avoir tiré sur le bâtonnier de Melun. Sur une des photos mises en ligne aujourd’hui par Karen Lagarde dite Marianne Gabriella du Mouvement du 14-Juillet, on voit un Pierre Cassen manifestement très inspiré, au contraire de Christine Tasin qui tapote frénétiquement son téléphone portable pendant la prière (c’est pas bien !). Cliquer pour agrandir :2015-11-08_ripostelaique_sterita1Il y a une semaine, le 2 novembre, la cause de l’église Sainte-Rita a eu voix au chapitre sur Radio Courtoisie, dans « Le libre journal de l’Indépendance » animé par Alain Bournazel et Nicolas Stoquer car elle « est au coeur de la résistance chrétienne en France, quel honneur », selon Stoquer. La liste des invités ce-jour-là avait de quoi laisser songeur : « Ivan Blot, haut fonctionnaire, écrivain, essayiste, consultant international avec la Russie, ancien député européen, président de l’Institut néo-socratique et de l’association Agir pour la démocratie directe [en fait un intellectuel d’extrême droite qui tente de récupérer le concept de « démocratie directe » au profit de ce courant, ndlr], Béatrice Bourges, ancien porte-parole de la Manif pour tous, Bohort [Mignolet], du mouvement Anonymous, David, du mouvement 14 juillet, Karen Lagarde, du parti des Décrocheurs [en fait, il s’agit d’une association créée par Sylvain Baron avec pour but de décrocher des drapeaux européens des bâtiments publics , ndlr] et Louis-Benoît Greffe, journaliste, chroniqueur ». Lors de l’émission, seul le prénom de Mignolet a été donné par Stoquer car « il a le courage de venir à visage découvert [à la radio ! ndlr], mais en même temps c’est un Anonymous donc il faut conserver, évidemment, vis-à-vis de ce genre de personne une certaine confidentialité, c’est tout à fait nécessaire. Il risque gros, les Anonymous dénoncent depuis longtemps des causes tout à fait justes, il faut faire extrêmement attention en termes justement de confidentialité » (ce qui est assez croquignolesque lorsque que l’on connaît la discrétion du bonhomme sur Facebook). Lors de l’émission, Béatrice Bourges n’a pas manqué de féliciter le mouvement comme il se doit, s’en disant « admirative ». Parmi les médias qui ont couvert Sainte-Rita récemment, on compte aussi ERTV avec l’ineffable Vincent Lapierre le 25 octobre dernier.  De leur côté, les Arches de Sainte-Rita ont publié il y a deux jours un communiqué aux airs martiaux, signé par Karen Lagarde :

« nous, Mouvement du 14 Juillet, Anonymous, Décrocheurs, Volontaires pour la France, avons pris la décision d’occuper l’Eglise Sainte Rita pour faire obstacle aux bulldozers et à la spéculation immobilière et organiser la démocratie dans cet arrondissement de Paris. Nous lançons une grande consultation populaire pour le 24 décembre 2015 dans le XVème arrondissement au parvis des églises afin de consulter les habitants sur l’avenir de Sainte Rita. Nous proclamons qu’il est interdit de détruire un lieu de culte accueillant du public sans qu’au préalable la population intéressée ait été consultée. Nous demandons le droit de préemption par le peuple des églises et des autres lieux de culte. Respectueux de nos racines religieuses, fiers de vivre en France, nous avons soif de liberté. »

Décidément, cette église, c’est l’auberge espagnole de la réaction !

Sources : lesarchesdesainterita.fr/leglise-le-drapeau-et-la-democratie/ ; infonation.fr/2015/11/05/libre-journal-de-lindependance-du-2-novembre-2015/

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

En Suède, l’extrême droite prétend organiser une Gay Pride

Page Facebook de la Gay Pride nationaliste.
Page Facebook de la Gay Pride nationaliste.

En marge de la Gay Pride, qui est à Stockholm un véritable festival qui dure plusieurs jours, l’extrême droite n’hésite pas à récupérer l’événement en organisant le 29 juillet prochain sa propre « Marche des Fiertés », qui est censée traverser des quartiers populaires et se veut une provocation à destination de ceux de leurs habitants, nombreux, qui sont musulmans ou d’origine musulmane et donc supposés homophobes, selon l’extrême droite locale. Derrière cette « Pride Järva » se trouve Jan Sjunnesson, ancien rédacteur en chef du journal des Démocrates suédois, le Samtiden, qui travaille aujourd’hui pour un forum raciste, Avpixlat, dont le rédacteur en chef, Mats Dagerlind, soutient également l’initiative (lire ici en anglais et ici et en suédois). En France, cette initiative a été relayée avec beaucoup de mauvaise foi par Résistance républicaine et Breiz Atao. Les deux sites d’extrême droite font ainsi mine de s’offusquer que la gauche radicale et les mouvements LGBTI suédois protestent contre cette initiative : « L’extrême-gauche a donc décidé d’organiser une “anti-Gay Pride” pour soutenir le “droit à l’homophobie” des musulmans, explique ainsi le site breton, repris par le site jacobin. Mieux, elle demande à ce qu’elle soit interdite par les autorités en tant “qu’incitation à la haine” contre les musulmans, leur sentiment homophobe pouvant être “heurté”. Gauche et militants gays se mobilisent donc, par antiracisme, en faveur des musulmans et de leur droit à haïr les homosexuels. Une sorte de “privilège” réservé aux orientaux d’obédience islamique. Ce que l’on appelle communément un cas patent de schizophrénie. » Encore un bel exemple de l’opportunisme de l’extrême droite, qui est prête à récupérer n’importe quelle cause pour se faire valoir !

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Rassemblement antifasciste à Quimper : deux camarades arrêtés

antifaDeux camarades antifascistes se sont faits arrêter ce soir à Quimper, en voulant manifester contre les racistes de Résistance républicaine, Adsav et Quimper résistance. Nous leur exprimons toute notre solidarité et espérons qu’il seront libérés aussi vite que possible. Entre trente et cinquante militants d’extrême droite ont pu se rassembler sur la place Saint-Corentin, protégés par la police qui a repoussé les antifascistes dont la manifestation avait été interdite. Dans leur groupe, des drapeaux bretons et français côte-à-côte : comme quoi, ces deux camps nationalistes qui en principe ne peuvent pas se supporter arrivent bien à se retrouver quand l’occasion se présente. Quoi qu’il en soit, bravo aux militants antifascistes quimpérois pour leur mobilisation.

Répression à Quimper : la police repousse nos camarades, pourtant arrivés les premiers sur les lieux. (Capture d'écran d'une vidéo du Télégramme de Brest)
Répression à Quimper : la police repousse nos camarades, pourtant arrivés les premiers sur les lieux. (Capture d’écran d’une vidéo du Télégramme de Brest)
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Rassemblements racistes aujourd’hui à Paris, Quimper et Montpellier

Comme à chaque fois que de tels événements surviennent, les attentats récents servent de nouveau de prétexte à manifestation pour l’extrême droite. C’est ainsi que Riposte laïque et Résistance républicaine annoncent une série de rassemblements aujourd’hui à Paris, Quimper et Montpellier. Des rendez-vous relayés notamment par Synthèse nationale. Alors même que Manuel Valls, en parlant de « guerre de civilisation », n’en finit plus de donner des gages aux racistes de tous poils, cela n’est jamais suffisant à leurs yeux : aussi, les rassemblements d’aujourd’hui auront pour but de demander « la démission du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, que nous accusons, par leur soumission à l’islam, de livrer nos compatriotes à la folie meurtrière des plus radicaux des musulmans ». Contrairement à deux initiatives qui avaient été interdites en janvier, celle-ci a été autorisée par la préfecture de Paris. Notons tout de même qu’à Quimper, un contre-rassemblement antifasciste est organisé.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page