Saïd Bouamama

Sociologue, signataire en 2005 de l’appel « Nous sommes les Indigènes de la République », il anime aujourd’hui le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP) à Lille, qui a invité le confusionniste Michel Collon à débattre le 20 juin 2013, entraînant une vive réaction des antifascistes lillois. Depuis, Bouamama collabore régulièrement au site de Collon, Investig’Action.

Le FUIQP de Saïd Bouamama diffuse un dessin antisémite tiré d’Egalité et Réconciliation

Le Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP), une organisation dont le porte-parole est le sociologue Saïd Bouamama, également proche de Michel Collon, vient de publier sur Facebook un dessin antisémite tout droit sorti d’Egalité et Réconciliation.

L’original :

Source : egaliteetreconciliation.fr/Les-dessins-de-la-semaine-34186.html
Source : egaliteetreconciliation.fr/Les-dessins-de-la-semaine-34186.html (26 juillet 2015)

Sa reprise par le FUIQP :

2015-12-12_fuiqp_er2L’évidence de la rhétorique dieudonniste qui consiste à mettre en concurrence les victimes de la Shoah et celles de l’esclavage aurait pourtant dû sauter aux yeux d’une organisation qui se dit « antiraciste ». Et cet Européen blanc aux cheveux poivre et sel qui enseigne à de petits Africains (représentés eux aussi en usant des clichés racistes les plus crasses), qui porte une chemise blanche entr’ouverte ne figurerait-il pas un certain philosophe, tête de Turc habituelle des antisémites de tous poils ? Ou bien cet autre philosophe réactionnaire, lui aussi d’origine juive mais porteur de lunettes, auteur d’un retentissant « Taisez-vous ! » dans une célèbre émission de télévision, les deux étant fondus dans une sorte de chimère au nez crochu ? Jusqu’aux livres tenus en main par les enfants, qui sont estampillés « Fernand Nathan », du nom du fondateur d’origine juive des éditions Nathan, qui éditent de nombreux manuels scolaires. Tout ceci ne viserait-il pas in fine à faire porter aux Juifs la responsabilité du colonialisme ? Mais non : pas ému pour un sou, le FUIQP n’y voit que de « l’humour »,  et qui plus est « au service des luttes ».

Mise à jour, 12 décembre, 23h35 : Quelques minutes après la publication de notre article, le FUIQP a retiré ce dessin de son mur. Il sera resté en ligne près de huit heures.

Mise à jour, 13 décembre, 10h45 : La référence aux éditions Nathan est tirée d’une déclaration faite par Dieudonné à la télévision iranienne, référence reprise depuis dans un de ses spectacles : « il faut savoir que le sionisme, en France, ça commence dans les manuels scolaires. Fernand Nathan, il s’appelle, celui qui écrivait l’histoire pour tous les petits Français. Cet homme est un sioniste ! » (voir, à 4 min 27 : youtube.com/watch?v=TPzgWB46iek La vidéo date de 2011, selon Le Figaro) Merci aux deux lecteurs qui nous ont fourni ces précisions.

Mise à jour, 13 décembre, 18h31 : Dans une autre interview à la télévision iranienne, Dieudonné a expliqué que selon lui, « 90 % des bateaux qui déportaient les Noirs d’Afrique vers les Antilles appartenaient à des Juifs, et la majorité des marchands d’esclaves étaient des Juifs. » Dans la même vidéo, il soutenait également qu’il y avait beaucoup de liberté d’expression en Iran. Merci au lecteur qui nous l’a signalée. (Voir, à 5 min 8 sec et 2 min : youtube.com/watch?v=pt_jvLaskM8)

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

La tournée d’automne de Michel Collon

Michel Collon et le collectif Investig’Action viennent d’achever une tournée en Belgique, dans le Nord de la France et en Suisse. Il ont été invités au Salon du livre politique de Liège les 7 et 8 novembre, ainsi qu’au Salon des médias de Namur le 13. Entre temps, deux institutions universitaires les ont reçus : l’Institut des hautes Etudes des Communications sociales (IHECS) de Bruxelles le 9 novembre et l’Association des Etudiants en Histoire Economique et Sociale de l’Université de Genève le 11. Lors de son passage à l’IHCES, Collon était accompagné par Ahmed Bensaada, auteur d’un livre publié récemment aux éditions Investig’Action, Arabesque$, dont la thèse centrale est que les révolutions arabes sont le fruit d’un complot fomenté par les Etats-Unis ; mais aussi par Majed Nehmé, directeur de la revue Afrique-Asie accusé par plusieurs sources de complaisance avec l’ancien dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali ainsi que par Bahar Kimyongür et Mohamed Hassan. Enfin, Michel Collon et sa bande ont participé à deux événements le 14 novembre, au lendemain des attentats de Paris : tout d’abord à un atelier « Etre ou ne pas être Charlie ? – Réflexions sur la guerre, la terreur, l’islam et la liberté d’expression » à l’occasion des « Huit heures pour l’Ecole démocratique » organisées par l’Association pour une école démocratique à Bruxelles ; ensuite à Lille à un débat organisé par le Front uni des immigrations et des banlieues (FUIQP) de Saïd Bouamama et la CGT Educ’Action autour du thème « Révoltes arabes : quel a été le rôle des USA ? ». Pour ce débat qui a réuni environ 200 personnes à la Bourse du Travail, Collon était accompagné de Bouamama et de Bensaada. Outre les deux instances organisatrices et Investig’Action, l’association France-Cuba y a aussi tenu un stand.

Ahmed Bensaada, Michel Collon et Saïd Bouamama le 14 novembre à Lille. (Source : FUIQP via Facebook)
Ahmed Bensaada, Michel Collon et Saïd Bouamama le 14 novembre à Lille. (Source : FUIQP via Facebook)
Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

A propos de la « Marche de la dignité »

Ce samedi doit avoir lieu à Paris une « Marche de la dignité et contre le racisme » avec le soutien d’Angela Davis, qui soulève des débats passionnés dans le monde militant. En cause : la présence parmi ses signataires de représentants du Parti des Indigènes de la République et de gens proches de cette mouvance, ainsi que d’associations musulmanes à caractère religieux. Encore une fois, on note parmi les premières signataires du collectif de la Marche des Femmes pour la Dignité (Mafed) la présence d’Houria Bouteldja, d’Ismahane Chouder (co-présidente de Participation et Spiritualité musulmanes) et de Rokahya Diallo des Indivisibles (qui sont eux sur une ligne beaucoup plus social-démocrate). Parmi les autres signataires, citons Saïd Bouamama et son  Front uni de l’Immigration et des Quartiers populaires (FUIQP) ou l’éditeur Eric Hazan, mais aussi le Collectif des musulmans de France (qui a soutenu la Manif pour Tous et les Journées de retrait de l’école), le rappeur dieudonniste Médine, un  militant associatif (ex?-)sarkozyste, Tarek Mouadane, fondateur de l’association Bleu-Blanc-Rouge basée à Argenteuil et même le réalisateur Mathieu Kassovitz, connu pour sa défense de diverses théories du complot, du 11-Septembre à l’affaire Mohamed Merah ou encore Tariq Ramadan. Même si le texte de l’appel en lui-même, rédigé par Amal Bentoussi, représentante du collectif Urgence notre police assassine, ne pose pas de problème majeur et si cet appel a été signé par des dizaines des personnes et d’organisations diverses en général classées à gauche ou dans la gauche radicale, doit-on pour autant fermer les yeux sur ce douteux compagnonnage, sous prétexte de lutte anti-répression et antiraciste ? Nous ne développerons pas plus avant notre position à ce sujet, qui n’a pas changé depuis le meeting polémique du 6 mars dernier, même si nous pouvons comprendre que certains souhaitent se rendre à cette manifestation avec l’espoir de ne pas laisser le terrain aux sus-cités et si nous sommes d’accord avec eux pour considérer que le combat contre les violences policières et le racisme structurel est trop important pour être abandonné à quelques personnalités ou organisations douteuses. Cependant, il nous semble nécessaire de relayer en complément quelques textes qui à nos yeux permettent de mieux comprendre les enjeux du débat. Tout d’abord, citons le texte à l’origine de la polémique : « Lettre ouverte à ceux qui pensent que participer à la Marche-de-la-dignité-contre-le-racisme-avec-le-soutien-d’Angela-Davis n’est pas un problème » et la réponse que lui a faite Yves Coleman de la revue Ni Patrie Ni Frontières, mais aussi un texte écrit par des militants anarchistes, « Nique la « race » ». Plus généralement, notons l’analyse matérialiste de la question raciale proposée par le collectif Racialisateurs go home, qui est intéressante même si elle ne prend sans doute pas assez en compte le ressenti des personnes victimes de racisme et qui se veut une réponse à cet autre texte publié dans la revue Vacarme, qui lui adopte un point de vue intersectionnel. Parmi ceux qui annoncent leur participation à cette marche, notons le texte du groupe « Juifs et Juives révolutionnaires » qui vient de se constituer ou encore l’appel de Solidaires, qui est sur une ligne anti-répression.

Documents au format PDF  :
L’appel et la liste des signataires
Contre la marche de la dignité
Nique la « race »
Tiens, ça glisse – Racialisateurs go home

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Michel Collon et Saïd Bouamama en tournée dans le Nord-Pas-de-Calais

Demain à Roubaix (Nord), Michel Collon et Saïd Bouamama donneront une conférence autour du livre de Collon Je suis ou je ne suis pas Charlie ? (éditions Investig’Action), à l’invitation du Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP) et des Jeunes Communistes de Lille. Le 16, les mêmes, qui sont visiblement en tournée promotionnelle, sont intervenus à la Fête L’Humain d’abord, organisée à Avion (Pas-de-Calais) par le Front de Gauche et le PCF et lors de laquelle sont également intervenus des cadres de la CGT locale.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page

Le Mrap invite un défenseur du régime iranien

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) a organisé ce samedi 25 octobre au cinéma La Clef à Paris un colloque autour du thème « Pour une lecture profane des conflits et des guerres – en finir avec les interprétations ethnico-religieuses. ». Or, parmi les invités se trouvait Bernard Hourcade, géographe spécialiste de l’Iran qui tient des propos ambigus sur la République islamique sous couvert de neutralité scientifique mais répond volontiers aux invitations à discuter de l’ambassadeur iranien à Paris, tout en prétendant ne pas être dans les petits papiers du régime. Un autre participant à cette rencontre était le sociologue Saïd Bouamama, collaborateur du site confusionniste de Michel Collon Investig’Action. Cette journée était annoncée par un grand nombre de réseaux de gauche, que ce soit l’UJFP, Le Monde diplomatique, l’agenda militant Démosphère, le site confusionniste Bellaciao, des blogs de Mediapart ou le site antifasciste La Horde.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page