Vandana Shiva

Le « Sommet des consciences », vaste farce écolo-religieuse

Une belle brochette de farceurs.
Une belle brochette de farceurs. (Source : La Croix. Cliquer pour agrandir)

Les 20 et 21 juillet derniers s’est tenu un « Sommet des consciences pour le climat » qui a réuni a Paris des représentants des grandes religions, en vue de préparer la Cop21. Le journal La Croix, qui était partenaire de l’événement, indique que celui-ci était « une initiative conjointe de Nicolas Hulot, envoyé spécial auprès du président de la République française, de l’association Alliance of Religions and Conservation (ARC), de Bayard (éditeur de La Croix), du R20 (réseau associant collectivités locales et entreprises, fondé par Arnold Schwarzenegger) et du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ». Une quarantaine de personnalités religieuses de toutes obédiences et d’hommes politiques s’y sont retrouvés, dont le président François Hollande, l’ex-secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, le Prince Albert de Monaco, Nicolas Hulot, Ségolène Royal, mais aussi le patriarche œcuménique Bartholomeos 1er (Eglise orthodoxe de Constantinople), le cardinal Turkson (catholique), Maître Zhang Gaocheng (taoïste), des représentants juifs, bouddhistes, hindous ou musulmans ou encore de peuples amazoniens, ainsi que l’indispensable Vandana Shiva (liste complète ici : whydoicare.org/fr/le-sommet-des-consciences). Même les Colibris de Pierre Rabhi étaient là :

12346456_1510922299207842_1677820086558621097_nEn revanche, Arnold Schwarzenegger a préféré se décommander à la dernière minute afin d’assurer la promotion du dernier Terminator. Le tout a débouché sur un « appel des consciences » qui en appelle à la réflexion intime des dirigeants politiques pour sauver le climat : « Alors que vous vous préparez à venir à Paris, nous souhaitons vous demander de réfléchir à votre  rôle personnel, de vous interroger sur ce qui vous a conduit aux fonctions que vous occupez aujourd’hui, et, pour cela, de vous poser, en votre for intérieur, cette simple question : Why do I care ? Votre réponse sera sans doute très intime. » L’appel vise à « inciter au questionnement individuel chacun d’entre nous, quel que soit son rôle, son investissement, sa mission au regard des négociations à venir » et cite le Pape François comme une référence. En bref, encore un énième raout aussi coûteux que ridicule et inutile, n’ayant d’autre but que de nourrir la bonne conscience de ceux qui, par leurs décisions et prises de position, contribuent à transformer l’écologie en vaste farce sans débouchés.

Partagez ce contenu :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedInDigg thisShare on RedditFlattr the authorShare on StumbleUponEmail this to someonePrint this page